Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

mercredi 13 mars 2013

Pire qu’une catastrophe nucléaire ? La bombe démographique.


Il n’est guère étonnant que pour l’anniversaire de la catastrophe de Fukushima on reparle partout des possibles désastres nucléaires. Encore qu’il ne faut pas oublier que les 19.000 victimes l’ont été principalement à cause du tsunami.

Cependant, pire nous guette ailleurs. Pire qu’une catastrophe nucléaire ? N’est-ce pas exagéré ?

Mara Hvistendahl est correspondante du magazine américain Science, basée en Chine. Elle est l’auteure du livre  Unnatural Selection: Choosing Boys Over Girls, and the Consequences of a World Full of Men (La sélection non naturelle : le choix des garçons à la place des filles et les conséquences d’un monde rempli d’hommes), PublicAffairs 2011. Elle y raconte ce qui se passe actuellement dans un certain nombre de pays, dont les deux nations les plus peuplées au monde, la Chine et l’Inde. Encouragé et rendu possible par les techniques développées et exportées par l’Occident, un drame démographique se joue à nos portes.

Le rapport naturel de naissances se situe entre 104 et 106 garçons pour 100 filles. Ce rapport est tellement stable que tout changement est cause d’inquiétude. Ce rapport change, par exemple, après une guerre, mais revient ensuite aux proportions normales. Cependant, depuis un certain temps, ce taux est sujet à des changements importants et durables. En Chine, il est actuellement de 121/100. En Inde de 112/100. En Géorgie de 118/100 et en Arménie de 120/100. Mondialement, le taux est aujourd’hui de 107/100. De tels taux sont biologiquement insupportables, selon Hvistendahl. Il manque actuellement, depuis les années ’70, quelques 163 millions de filles dans le monde. Ce chiffre correspond à l’ensemble des femmes vivant aux Etats-Unis. La Chine et l’Inde ont chacune entre 20 et 30 millions de jeunes hommes en excès. Des hommes qui ne trouveront pas d’épouse. En Chine, on les appelle les Fenqing, les jeunes gens en colère.

Le résultat ? Ceux qui en ont les moyens se trouveront des femmes là où ils peuvent en trouver. Hvistendahl rapporte le cas de femmes vietnamiennes en vente sur ebay au Taiwan pour 5.400$... D’autres femmes se trouvent de plus en plus forcées dans les circuits de prostitution.

D’où vient le problème ? Il y a la politique chinoise qui limite à un seul le nombre des enfants avec des avortements forcés à la clé. Il faudrait y ajouter les avortements sélectifs devenus possibles avec le développement des échographies (en Asie, plus de 95% de tous les avortements durant ces 50 dernières années étaient des avortements sélectifs afin de choisir le sexe de l’enfant). Et que dire des politiques de Planning Familial, importées de l’Occident parce qu’il faut absolument limiter les naissances, peu importe les moyens – stérilisations forcées, avortements ? Cela ne se passe pas seulement en Orient. Aux Etats-Unis, cela s’étend à certaines couches de la population. La politique de l’avortement sélectif devient peu à peu un argument de vente, telle cette clinique de fertilité à Los Angeles qui annonce : “Soyez sûr que votre prochain enfant aura le genre que vous désirez”.

Ajoutez à cela l’effondrement général des taux de naissances dans nos pays. Le résultat n’est pas seulement alarmant, il est catastrophique. Une véritable bombe démographique est posée sous notre monde. Il n’y a pas que la colère des jeunes gens chinois. Eux ne forment que la petite partie visible de l’iceberg. Une autre colère gronde. Considérez le chiffre suivant: chaque année, environ un quart, 25%, de tous les enfants conçus sont avortés. Non pas parce que la mère est en danger grave. Non, la plupart de ces avortements sont faits pour des raisons peu avouables : le confort, la pression brutale des familles et des pères, la préférence sexuelle. Une société qui hait à ce point ses propres enfants court à la ruine. La colère qu’elle provoque n’est pas seulement celle des hommes. C’est celle de Dieu.  Ce que Dieu dit à Israël dans les prophètes, il le dit à notre monde : “Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu !”

Est-il encore possible de redresser la barre ? Cela semble peu probable. Si déjà c’était possible, il faudrait pour cela opérer un revirement total de la politique pro-avortement bien enracinée dans notre (in)culture occidentale et renoncer au rêve de l’héritier mâle en Orient. Y a-t-il encore le ressort moral pour un tel retournement radical ?  Les tendances actuelles ne nous encouragent pas à y croire. Nous sommes destinés à la perdition et avec le secours des moyens techniques modernes, le monde semble préférer y aller en TGV.

Dans la cathédrale de Durham en Angleterre se trouve un manuscrit avec une collection de proverbes en vieil Anglais, datant du XIme siècle. Un de ces proverbes dit : “L’homme fait comme il est lorsqu’il peut faire comme il veut.” Quand la technique rend possible des horreurs et que les fondements moraux sont sciemment renversés, non seulement l’homme ne fera pas mieux que ces ancêtres, il fera infiniment pire. Et un jour, il lui faudra payer. C. S. Lewis, en son temps professeur à Cambridge, écrit dans son livre Le grand divorce : “Dieu finira par donner aux gens ce qu’ils désirent. Mais ils pourraient ne pas aimer ce qu’ils recevront.”

Le désastre démographique européen – une menace pour le monde ?
Oct 09, 2016

Depuis une quinzaine d’année la France s’enorgueillissait de sa vitalité démographique. Vers la fin des années 2000, elle était un des rares pays développés à approcher le seuil de 2,1 enfants par femme en âge de procréer.

Depuis 2010, c’est reparti en baisse sensible. En 2015, le nombre de naissances en France métropolitaine a péniblement atteint 762,000 contre 802,000 en 2010. L’accroissement naturel n’a été que de 175,000 personnes, le chiffre le plus bas depuis 1945 et le taux de natalité n’était que de 11,9 pour 1000 – le plus bas depuis 1917 quand la natalité s’était effondrée parce que les hommes étaient à la guerre.

2016 ne s’annonce pas mieux avec une baisse de presque 2% des naissances sur les 8 premiers mois de l’année.

Malheureusement les chiffres ne nous donnent pas de répartition religieuse et ethnique – contrairement à la plupart des autres pays développés – donc on peut difficilement dire si cette baisse est générale ou affecte plus certains secteurs.

Il est quand même possible d’avoir une petite idée. Selon l’INSEE, le nombre de naissances dont les deux parents sont nés en France est passé de 583,600 en 2010, à 535,300 en 2015 tandis que les naissances dont les deux parents sont nés hors de l’Union Européenne (essentiellement Maghreb, Afrique etc.) sont passées de 79,659 a 96,750. Si on ajoute les naissances dont au moins un parent est né hors de l’UE – on est passé de 191,000 à 196,000. Tous ces gens hors-UE ne sont pas musulmans, mais en recoupant avec d’autres statistiques c’est la grande majorité et cela n’inclut pas les enfants des musulmans nés eux mêmes en France.

Il semble donc que l’effondrement de la natalité touche les Français dits “de souche” ou d’origine européenne qui s’alignent sur l’ultra-basse natalité générale du continent tandis que la communauté musulmane, supposément 6 à 9% de la population, représente au moins 25% des naissances.

Et dans le reste de l’Europe, la situation n’est guère meilleure. Les Pays-Bas ont une population d’environ 17 millions d’habitants, le double d’Israël, et pourtant ils ont fait en 2015 moins d’enfants que l’Etat hébreu (170,000 contre 180,000). Le pays publie des statistiques ethniques. On apprend que la part de Hollandais ethniques est tombée à 78% en 2015 et que les naissances non-européennes dépassent 20%.

L’Autriche est un pays de 8,7 millions d’habitants, à peu près comme Israël. Le nombre d’enfants n’a été l’an passé que de 84,000. La natalité s’est effondrée au début des années 70 et depuis la croissance démographique est quasi nulle. Mais le pays a quand même connu une croissance démographique de 1,2 million d’habitants. 20% des habitants de l’Autriche sont aujourd’hui immigrants ou fils d’immigrants.

Ces exemples reflètent la situation des 28 pays de l’Union européenne et de ses 510 millions d’habitants. Hors immigration, la croissance démographique naturelle était négative en 2015 – ce qui signifie qu’il y a eu plus de décès que de naissances. Malgré tout, la population a légèrement augmenté grâce à l’arrivée de près de 2 millions d’immigrés extra-européens.  Il y a évidemment des différences entre les pays, certains, à l’est surtout, conjuguent basse natalité et forte émigration, tandis qu’à l’ouest la situation est plus variée au niveau de la natalité (de très basse à juste basse) mais l’immigration (intra et extra européenne) est généralement positive.

Au vu de ces chiffres, certains s’inquiètent d’une possible islamisation de l’Europe et d’un “grand remplacement” de sa population par des immigrés à forte natalité venus d’Afrique et d’Asie. La situation est plus complexe et le risque de voir une Europe musulmane de notre vivant est quasi nulle sauf bouleversement imprévisible. Par contre, cette faiblesse démographique aura de lourdes conséquences économiques et géopolitiques qu’il est aujourd’hui difficile à évaluer.
Sur le plan économique, le Japon nous montre la voie. Premier pays du monde à avoir vu sa population baisser pour cause de non-natalité et refus d’accepter l’immigration, il connait depuis 25 ans une stagnation économique complète couplée à une dette qui dépasse maintenant 200% du PIB. Le PIB par habitant du Japon, autrefois un des plus élevés du monde, est maintenant inférieur à celui d’Israël. Chaque pays réagira différemment, mais ce qui est certain c’est que le vieillissement général entraîne une hausse des dépenses de santé et une baisse de l’innovation et de la créativité. Comme ce qui est en train de se passer est unique dans l’histoire de l’humanité, impossible d’en dire plus pour le moment.

Une chose est certaine par contre, la civilisation occidentale traverse la plus grave crise de son existence et c’est sa survie, au sens physique du terme, qui est remise ne question.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire