Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

lundi 13 mai 2024

SOS : Arrêtez la prise de pouvoir tyrannique de l’Organisation mondiale de la santé le 27 mai

 Le Traité pandémique que l'OMS cherche à faire voter à la fin de ce mois de mai 2024 est une atteinte à la liberté telle que nous l'avons connue depuis longtemps dans "le monde libre" non-communiste. Vous pouvez penser que cela n'arrivera jamais.  Je voudrais que vous ayez raison ! Mais on ne pourra jamais dire qu'ils, les élites onusiennes, ont bien caché leur jeu. Comme Hitler, ils ont clairement exposé leurs intentions. Faut-il les prendre au sérieux ?

Combien de temps restera-t-il à la liberté ?


par Robert Williams

Le 13 mai 2024

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’est pas élue, n’a aucune légitimité démocratique, n’a de comptes à rendre à personne et ne dispose d’aucun mécanisme de contrôle pour restreindre sa portée. Après les horribles échecs de l’OMS pendant le Covid-19, la réponse n’est pas de donner plus de pouvoir à l’organisation, mais de s’en désengager complètement. Sur la photo : le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus (à gauche), partage un moment avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à Pékin le 28 janvier 2020. (Photo de Naohiko Hatta - Pool/Getty Images)

 

La plupart des pays n’ont lancé aucun débat public critique sur la manière dont le Covid-19 a été géré. Les gouvernements responsables de la réponse scandaleusement bâclée au virus n’ont pas été tenus pour responsables. La Chine communiste, bien qu’elle ait libéré le virus sur le monde en mentant délibérément sur sa transmissibilité interhumaine, n’a subi aucune conséquence négative. Rien n’a été fait non plus contre le rôle trompeur joué par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a repris la propagande du Parti communiste chinois sur le virus, même après avoir été informée par écrit très tôt, par le Taiwan, que le virus était hautement contagieux.

L’OMS, toujours dirigée par Tedros Adhanom Ghebreyesus, apparemment corrompu (ici et ici), a caché l rôle de  la Chine et a félicité à plusieurs reprises ce pays pour avoir effectivement assassiné plus de sept millions de personnes dans le monde, dont plus d’un million rien qu’aux États-Unis.

Personne n’a demandé de comptes à la façon dont la Chine a géré le virus en rappelant les équipements de protection pour qu’elle en ait assez pour elle-même. Elle a gagné des milliards en exportant des équipements de protection défectueux « inutiles » (ici et ici), pour envoyer ses citoyens à l’étranger infecter le monde alors qu’il fermait ses propres frontières et tentait d’isoler Wuhan, où, dans un laboratoire, le virus semble avoir commencé. La Chine a littéralement imposé des confinements : empêchant physiquement 25 millions de ses propres citoyens de quitter leur appartement. Certains qui étaient enfermés de l’extérieur ont été brûlés vifs dans un incendie ; d’autres, y compris des scientifiques qui ont tenté de mettre en garde contre la létalité du virus, ou qui ont mentionné le rôle de la Chine dans la propagation du virus, ou qui ont exprimé un quelconque scepticisme quant aux remèdes, ont été soit arrêtés, réduits au silence, soit sont « disparus ».

Les mêmes gouvernements et organisations qui ont menti et dissimulé la mauvaise gestion du Covid-19 sont maintenant en train de finaliser les négociations sur les amendements au Règlement sanitaire international (RSI) de l’OMS et au nouveau Traité sur la pandémie qui, ensemble, donneront au directeur général de l’OMS un pouvoir sans précédent sur la santé publique mondiale.

À l’heure actuelle – au moins jusqu’à ce que l’Assemblée mondiale de la santé, l’organisation mère de l’OMS, se réunisse à Genève du 27 mai au 1er juin, l’OMS est en mesure de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale, mais pour le moment, les recommandations de l’organisation ne sont pas contraignantes. Tant mieux.

Les amendements proposés au RSI donnent toutefois au directeur général de l’OMS le pouvoir de déclarer non seulement une urgence de santé publique internationale réelle mais potentielle et d’énoncer des recommandations contraignantes sur la manière d’y faire face, que les États soient d’accord ou non avec lui.

Cela signifie que l’OMS pourra déclarer tout ce qu’elle considère comme une urgence sanitaire réelle ou potentielle et imposer des confinements, des examens médicaux, exiger la vaccination ou d’autres prophylaxies, placer des individus sous observation de santé publique, mettre en œuvre une quarantaine ou d’autres mesures sanitaires.

En outre, le RSI adoptera l’utilisation mondiale de passeports vaccinaux numériques. En juin 2023 déjà, l’Union européenne et l’OMS ont annoncé « un partenariat numérique à long terme pour offrir une meilleure santé pour tous ».

« Ce partenariat visera à développer techniquement le système de l’OMS avec une approche par étapes pour couvrir des cas d’utilisation supplémentaires, qui peuvent inclure, par exemple, la numérisation du certificat international de vaccination ou de prophylaxie. L’expansion de ces solutions numériques sera essentielle pour offrir une meilleure santé. pour les citoyens du monde entier. »

L’amendement proposé au RSI garantira un « échange numérique mondial d’informations sur la santé » sous l’égide de l’OMS.

Pire encore, aucune critique du nouveau régime de l’OMS et de ses décisions de déclarer des pandémies potentielles ou réelles, des confinements et des traitements, y compris les vaccins, ne sera autorisée dans le cadre du RSI modifié :

"L’OMS collaborera avec les États parties, en particulier les pays en développement qui en font la demande, et les aidera rapidement à lutter contre la diffusion d’informations fausses et peu fiables sur les événements de santé publique, les mesures et activités préventives et anti-épidémiques, dans les médias, les réseaux sociaux et par d’autres moyens. de diffuser de telles informations.

En d’autres termes, les mensonges du gouvernement et les dissimulations qui ont tant dominé la dernière pandémie deviendront la règle et toutes les critiques seront interdites.

Le mois dernier, l’Allemagne a été réveillée par des révélations selon lesquelles les autorités de santé publique du pays avaient menti à propos du Covid. Des documents récemment publiés, obtenus par des journalistes d’investigation après une bataille judiciaire de deux ans, ont montré que l’autorité de santé publique allemande, également connue sous le nom d’Institut Robert Koch (RKI), a informé le gouvernement allemand que la grippe présentait un plus grand risque que le Covid et que les masques seraient inutiles. , et que les confinements étaient plus dangereux que le virus et pourraient entraîner une augmentation de la mortalité infantile. Aucune de ces préoccupations n’a été appliquée dans la pratique. Le gouvernement allemand – comme la plupart des autres gouvernements – a plutôt choisi des mesures draconiennes et totalitaires inspirées par la Chine.

En outre, les préoccupations du RKI n’ont jamais été communiquées au public allemand.

Déjà, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus (qui n’est pas médecin) a fustigé les critiques des amendements prévus et du nouveau Traité sur la pandémie en les qualifiant de théoriciens du complot qui propagent « de fausses nouvelles, des mensonges et des théories du complot ».

Cette prise de pouvoir donnera non seulement à l’OMS corrompue des pouvoirs sans précédent, mais bénéficiera également aux intérêts particuliers qui contrôlent effectivement l’OMS – principalement la Chine communiste.

Gebreyesus est un ami de longue date de la Chine, qui a obtenu le poste de directeur général après que Pékin ait appuyé sa candidature, malgré les objections catégoriques du Ghana et de l’Éthiopie.

Gebreyesus, ancien ministre des Affaires étrangères et ministre de la Santé de l’Éthiopie, accusé en 2017 d’être « pleinement complice des terribles souffrances » causées par trois épidémies de choléra au Soudan et en Éthiopie, a utilisé son rôle à l’OMS pour aider la campagne mondiale de la Chine en faveur de sa domination économique. Il a même nommé l’allié de Pékin, le dictateur zimbabwéen Robert Mugabe, comme « ambassadeur de bonne volonté » de l’OMS. Gebreyesus a en outre remboursé sa dette envers Pékin au début de la pandémie de Covid-19. Il n’a pas réussi à contester les informations erronées chinoises sur l’épidémie, a retardé la déclaration d’une urgence internationale et a protégé l’économie chinoise en décourageant les gouvernements d’introduire des contrôles de voyage. "Cela", écrit le Sunday Times, "a permis au virus de se propager à travers le monde au cours des premières semaines cruciales".

L’OMS n’est pas élue, n’a aucune légitimité démocratique, n’a de comptes à rendre à personne et ne dispose d’aucun mécanisme de contrôle pour restreindre son influence. Après les horribles échecs de l’OMS pendant le Covid-19, la réponse n’est pas de donner plus de pouvoir à l’organisation, mais de s’en désengager complètement.

Les projets antilibéraux de l’OMS visant à faire taire toute dissidence en la qualifiant de « désinformation » représentent une corruption de la science et de la liberté d’expression – un résultat qui n’est guère surprenant compte tenu de l’influence démesurée que la Chine exerce de toute évidence sur l’organisation et les États membres de l’ONU. Il suffit de regarder la facilité avec laquelle les gouvernements occidentaux apparemment libéraux ont mis en œuvre les mesures autoritaires du Parti communiste chinois.

Une fois les nouveaux instruments juridiques adoptés, rien n’empêchera l’OMS de prendre des décisions insensées fondées sur sa vision corrompue de la science. L’un de ces points de vue, totalitaire dans sa mentalité, est qu’il existe une seule véritable science, apparemment celle de l’OMS, et qu’il ne peut y avoir de discussion à ce sujet. « Nous possédons la science et nous pensons que le monde devrait la connaître », a déclaré Melissa Fleming, secrétaire générale adjointe à la communication mondiale de l’ONU, lors de la réunion du Forum économique mondial de 2022 à Davos. Elle a également révélé que les plateformes de médias sociaux « savent » déjà que l’ONU « possède » la science :

"Vous savez, nous avons collaboré avec Google, par exemple, si vous cherchez sur le changement climatique sur Google, vous obtiendrez, en haut de votre recherche, toutes sortes de ressources de l’ONU. Nous avons commencé ce partenariat lorsque nous avons été choqués de constater que lorsque nous avons recherché le changement climatique sur Google, , nous recevions des informations incroyablement déformées directement en haut de la liste. Nous devenons donc beaucoup plus proactifs."

Puisque l’ONU prétend qu’elle « possède la science », elle fait maintenant un lavage de cerveau au public en lui faisant croire que le « changement climatique » menace la santé mondiale. Ce point de vue laisse penser qu’il est probable que vous vous retrouverez un jour dans un confinement imposé par l’OMS pour atténuer les effets de la « crise climatique », avec des limites quant à l’endroit où vous allez, comment vous pouvez y arriver, ce que vous y ferez et ce que vous pourrez posséder.

Les États-Unis en voient déjà des précurseurs dans les décrets anticonstitutionnels de l’administration Biden, notamment ses tentatives d’interdire les véhicules à moteur à combustion interne et les cuisinières à gaz ; rendre obligatoire les lave-vaisselle qui peuvent nécessiter des cycles répétés pour nettoyer la vaisselle, et de nouvelles réglementations plus strictes sur les climatiseurs, les machines à laver, les réfrigérateurs et même les souffleurs de feuilles – et ce n’est que le début.

L’OMS a écrit dans un communiqué de presse le 22 mars à propos de sa nouvelle « boîte à outils permettant aux professionnels de la santé de lutter contre le changement climatique » :

"Le changement climatique présente l’un des défis de santé mondiaux les plus importants et affecte déjà négativement les communautés du monde entier. Communiquer sur les risques sanitaires du changement climatique et les avantages des solutions climatiques pour la santé est à la fois nécessaire et utile..."

"Le changement climatique affecte la santé de diverses manières, notamment les événements météorologiques extrêmes, la pollution de l’air, l’insécurité alimentaire, la pénurie d’eau et la propagation de maladies infectieuses. Les vagues de chaleur, l’évolution des conditions météorologiques et la pollution de l’air contribuent à toute une série d’effets néfastes sur la santé, notamment les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires, les problèmes de santé mentale et la malnutrition. En outre, les systèmes de santé sont confrontés à des pressions croissantes liées aux défis liés au climat, ce qui renforce l’urgence d’agir…"

"En donnant aux professionnels de santé et de soins les moyens de communiquer sur le changement climatique et la santé, il vise à stimuler l’action collective pour atténuer le changement climatique, renforcer la résilience et protéger la santé publique."

L’ONU et l’OMS veulent évidemment un contrôle illimité. S’ils ne sont pas arrêtés dès maintenant par les gouvernements nationaux qui refusent d’approuver le nouveau Traité sur la pandémie et les amendements proposés au Règlement sanitaire international, ils auront un contrôle illimité – et c’est nous qui le leur aurons donné.

 

Robert Williams est un chercheur basé aux États-Unis.

https://www.gatestoneinstitute.org/20637/who-tyrannical-power-grab


vendredi 19 avril 2024

Bruxelles, l'antre de la Bête ?

 

Melanie Phillips donne ici un témoignage remarquable de ce qui vient de se passer à Bruxelles où les autorités ont fait de leur mieux pour interdire une conférence de politiciens européens, parce que leur point de vue ne correspondait pas au leur. La liberté d’opinion aurait-elle donc vécu ? Big Brother, ou ceux qui ont pris les devant en occupant sa place, auraient donc déjà autant d’influence pour interdire que s’expriment des opinions qu’ils désavouent ? Lisez cet article et tremblez !

Si un politicien ne veut plus permettre à quelqu'un du bord opposé de s'exprimer, ou même accepter de l'écouter, un tel politicien a-t-il encore sa place dans une démocratie ?

Que vous soyez d'accord ou non avec les points de vue des Conservateurs est sans importance. Mais les mettre hors la loi est digne des pires dictatures de notre histoire européenne.

 

L’État gangster bruxellois

La tentative de faire taire les conservateurs nationaux a fourni un rare moment de clarté

 

Image : rts.ch
MELANIE PHILLIPS

17 avril 2024

 

Ce lundi, je me suis rendu d'Israël à Bruxelles pour la conférence de deux jours sur le conservatisme national où je devais prendre la parole ce matin. J'ai voyagé depuis une zone de guerre. Je ne m’attendais pas à en entrer dans un autre.

Le conservatisme national, mouvement soutenu par la pensée du philosophe israélo-américain Yoram Hazony, promeut l'État-nation et la défense de ses valeurs historiques contre le nihilisme des idéologies post-morales, anti-occidentales et anti-humaines qui passent pour beaucoup de pensée progressiste.

Cette position dominante est dénoncée comme « d’extrême droite » par les gens de gauche qui utilisent cette calomnie pour dénoncer quiconque ose s’opposer à leur programme de destruction de la nation occidentale, de sa culture et de ses valeurs historiques.

Lors de la conférence du National Conservatism de l’année dernière à Londres, les gauchistes étaient devenus fous du fait que cela se produisait.

La conférence de cette année à Bruxelles a provoqué un effondrement avant même que les participants ne commencent à se rassembler dans la capitale belge. En effet, les orateurs incluaient certains des « Hitler » caricaturaux de l'imagination libérale fébrile : le président du parti réformateur Nigel Farage, l'ancienne ministre de l'Intérieur anglais Suella Braverman, des représentants de partis « populistes » comme un nationaliste flamand du Vlaams Belang, le brandon anti-islamiste français Éric Zemmour – et le grand-père de Satan lui-même, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Les journalistes qui calomnient régulièrement les gens en les qualifiant d’« extrême droite » ou d'« extrême droite », un peu comme s'ils utilisaient des poupées vaudou pour parer à toute remise en question de la pureté de leurs haines partisanes, ont déployé leurs tactiques familières de diffamation et de culpabilité par association pour demander à l’avance l’arrêt de cette conférence « d’extrême droite ».

Bruxelles, siège de l’Union européenne, est devenue le point zéro du gauchisme totalitaire que combattent les NatCons. Ils savaient donc qu’ils se rassembleraient dans le ventre même de la bête anti-occidentale et anti-État-nation. Mais personne n’aurait pu prédire ce qui s’est réellement passé.

Cédant aux protestations de gauche, le bourgmestre socialiste de Bruxelles, Philippe Close – qui avait invité l'année dernière le maire de Téhéran, Alireza Zakani, membre du régime islamiste tyrannique d'Iran, pour une visite officielle – a fait pression sur le lieu des NatCons, le Concert Noble, pour qu'il annule l’événement. Le Concert Noble, un espace événementiel haut de gamme, a dûment cédé.

Les organisateurs de la conférence ont réservé un deuxième lieu à l'hôtel Sofitel. Lundi soir, Sofitel a également annulé après qu'un deuxième bourgmestre de Bruxelles, Vincent de Wolf, ait resserré les poucettes. Sofitel a dûment demandé l'aide de la police pour expulser les organisateurs de la conférence de ses locaux quelques heures avant le début de la conférence.

Les organisateurs de la conférence ont saisi le tribunal pour demander une injonction contre Sofitel. Le juge a rejeté cela. Des centaines de personnes arrivaient à Bruxelles pour une conférence qui n'avait aucun endroit où se réunir.

Avec une persévérance et une détermination remarquables, les organisateurs ont localisé un troisième lieu de conférence, une discothèque appelée Claridge. Ils ont travaillé la majeure partie de la nuit de lundi pour préparer de toutes pièces tout l'équipement, la nourriture et les autres fournitures nécessaires à une conférence de deux jours. Au moment où les inscriptions à la conférence ont ouvert à 8 heures le mardi matin, tout était opérationnel – une réussite formidable. Mais l’histoire était loin d’être terminée.

Un autre bourgmestre du Parti Socialiste à Bruxelles, Emir Kir, a ordonné l'arrêt de la conférence. Ses raisons étaient

que la vision [de la NatCon] est non seulement éthiquement conservatrice (par exemple l’hostilité à la légalisation de l'avortement, aux unions homosexuelles, etc.) mais également centrée sur la défense de la « souveraineté nationale », ce qui implique, entre autres, une attitude « eurosceptique » …

Il a également déclaré que certains des intervenants « sont réputés être des traditionalistes » et que la conférence doit être interdite « pour éviter des atteintes prévisibles à l'ordre public et à la paix ».

Le bourgmestre Kir, un homme d'origine turque qui aurait soutenu le président islamiste turc Recep Tayyip Erdoğan, s'est ensuite mis au travail en utilisant des tactiques de type mafieux pour faire fermer la conférence.

Après que son ordre ait été émis, trois policiers se sont présentés au fond de la salle pour exiger une fermeture avec « effet immédiat », au motif que les opinions de Farage, Braverman et d’autres orateurs pourraient conduire à des troubles à l’ordre public. Cependant, lorsque les caméras de télévision se sont retournées pour filmer la police, ils ont battu en retraite à l’extérieur, sans doute conscients qu’être vues en train de faire taire d’éminents politiciens européens ne serait pas une bonne idée.

Lors des négociations qui ont suivi, la police a déclaré qu'elle ne mettrait fin à la conférence que « progressivement ». Cela signifiait qu’ils ne prendraient pas d’assaut la salle pour expulser tout le monde, mais ils ne laisseraient personne entrer et si quelqu’un partait, il ne serait pas autorisé à revenir.

Les laquais du bourmestre ont menacé à plusieurs reprises le propriétaire tuniso-belge du Claridge, Lassaad Ben Yaghlane, pour le contraindre à annuler la conférence. Ils ont remorqué sa voiture, menacé sa famille et déclaré qu’ils lui retireraient la licence du lieu pour le mettre en faillite. Ils ont contraint la société assurant la sécurité de la conférence à annuler son contrat. Ils ont fait de même avec les entreprises fournissant des services de restauration comme de la vaisselle ou de la nourriture. Ils ont menacé de couper l’électricité de la salle.

Mais avec un courage remarquable, Ben Yaghlane a tenu bon, se mettant de plus en plus en colère face aux menaces croissantes contre lui et sa famille. La raison pour laquelle il vit à Bruxelles plutôt qu'en Tunisie, dit-il, est qu'il apprécie la liberté d'argumenter plutôt que de recourir à la violence. Il déclara aux médias :

Je suis ouvert à la discussion. Ce ne sont pas les gens avec qui je partage habituellement les mêmes valeurs. Mais je préfère débattre, même si c'est [avec] le Vlaams Belang.

Quel héros.

Ainsi, barricadés dans le Claridge avec peu de nourriture et de boissons et apparemment sans assiettes ni tasses, la conférence s'est déroulée. Un esprit de guerre prévalait. Les conférenciers invités sont entrés clandestinement par une entrée arrière ; la députée conservatrice anglaise Miriam Cates a enfilé un foulard pour se déguiser. D'une manière ou d'une autre, l'héroïque personnel de restauration a préparé des plats de style réception pour que tout le monde dans la salle puisse continuer.

Le programme a été réorganisé à la hâte pour permettre aux principaux intervenants de monter rapidement sur scène au cas où la police déciderait d'interrompre complètement la conférence. Au bout de la route, plusieurs fourgons de police étaient garés et attendaient.

Le tout aurait pu être spécialement chorégraphié pour Nigel Farage, l’homme qui avait mis en garde pendant des années contre la menace pour la démocratie que représentait l’UE et sa bureaucratie bruxelloise. Il a dûment rebondi sur la scène pour profiter de chaque instant, observant que le comportement des bourgmestres et de la police avait désormais révélé au monde que Bruxelles était effectivement l'épicentre de l'antilibéralisme. Les actions des autorités contre le Claridge ont montré que « les opinions légalement exprimées par des personnes qui vont gagner les élections nationales » n’étaient « plus acceptables à Bruxelles, le berceau du mondialisme. Il s’agit d’une énorme annulation de la culture », a-t-il déclaré.

Suella Braverman est ensuite venue parler de la nécessité pour le Royaume-Uni de se retirer de la Convention européenne des droits de l'homme. Elle a ajouté:

La police de la pensée mandatée par le bourgmestre de Bruxelles a jugé bon de tenter de saper et de dénigrer ce qu'est la liberté d'expression et le libre débat. Ce qui m'inquiète vraiment, c'est que l'année dernière encore, le bourgmestre de Bruxelles était heureux d'accueillir le bourgmestre de Téhéran. Et pourtant, il semble assez offensé par des hommes politiques démocratiquement élus, des gens de tout le continent européen, qui donnent la parole à des millions de personnes qui parlent de choses comme la sécurité de nos frontières.

D’autres sujets prétendument terrifiants abordés par les intervenants étaient la main lourde excessive de l’UE, les protestations des agriculteurs, la baisse du taux de natalité et les pressions de l’immigration de masse.

Un autre orateur, le cardinal allemand Ludwig Müller, a été visiblement choqué par la police bloquant l'entrée du Claridge à son arrivée. « C'est comme l'Allemagne nazie », a-t-il déclaré. « Ils sont comme les SA. »

Ce qui était à l’origine une petite conférence sans grand intérêt pour quiconque au-delà de quelques milliers de passionnés de politique créait désormais des vagues à travers le monde. Pays après pays ont exprimé leur choc et leur indignation face à la manière dont ils avaient été traités. Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a qualifié la tentative d’interrompre la conférence de « extrêmement inquiétante ». Les événements du Claridge étaient à la mode sur Twitter. C’était une publicité pour le conservatisme national au-delà des rêves les plus fous de ses partisans.

Mais la conférence aurait-elle lieu le deuxième jour, avec la participation du Seigneur des Ténèbres lui-même, le Premier ministre hongrois Orbán ? À la porte du Claridge, la police, qui semblait mal à l'aise quant à son rôle, a déclaré qu'elle n'enfermerait les participants qu'à 10 heures du matin. S’ils arrivaient avant cette date, la police fermerait les yeux.

Cependant, mardi après-midi, le Premier ministre belge Alexander De Croo, opposant de centre-droit au Parti socialiste, a exprimé son mécontentement. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, il a déclaré que ce qui s’était passé était « inacceptable ». Il écrit :

L'autonomie communale est une pierre angulaire de notre démocratie mais ne peut jamais l'emporter sur la constitution belge garantissant la liberté d'expression et de réunion pacifique depuis 1830. Interdire les réunions politiques est inconstitutionnelle. Point à la ligne.

La police à la porte a commencé à fondre. Les espoirs ont augmenté. L’intervention du Premier ministre belge avait-elle désamorcé la crise ?

Le bourgmestre Kir a immédiatement redoublé d'efforts et a demandé à la police de ne permettre à personne d'entrer à la conférence de mercredi, et cela à aucun moment.

Une deuxième fois, les organisateurs de la conférence se sont adressés au tribunal pour obtenir l'annulation de l'ordonnance. Une fois de plus, le tribunal les a repoussé.

Alors que le deuxième jour de la conférence n'était plus qu'à quelques heures, il s'est avéré impossible de trouver un quatrième lieu. En désespoir de cause, les organisateurs ont décidé que, s'il en était ainsi, tous les participants à la conférence arriveraient tôt et tenteraient d'entrer dans le Claridge, en espérant que la police n'apprécierait pas les images télévisées diffusées dans le monde entier de la police bruxelloise. malmenant des centaines de personnes très inoffensives parce qu’ils avaient des opinions traditionnelles.

Pendant ce temps, les avocats du NatCons ont déposé un recours auprès d’un tribunal plus haut placé, dans une dernière tentative de donner du sens à la justice bruxelloise. Mercredi matin, à 2 heures du matin, ce tribunal s'est prononcé contre le bourgmestre. La barricade a été levée. La conférence pourrait avoir lieu comme prévu. Et j'ai fait ma propre présentation, que je publierai sur ce site dès que la vidéo sera disponible,

Comme Yoram Hazony l'a dit lors de la conférence alors que nous étions tous barricadés dans le Claridge :

Il y a de nouvelles règles pour la démocratie : empêcher l’autre de parler. Nous ne pouvons pas nous attendre à une décence élémentaire ni à aucune sorte de grâce de la part de nos adversaires…

Nous voulons avoir la possibilité de contrôler nos propres frontières, de contrôler le système d’immigration, de contrôler nos propres budgets. Ce ne sont pas de choses extraordinaires à exiger… Mais nos adversaires nous trouvent si effrayants, si menaçants, qu’ils ne peuvent même pas nous permettre de parler, pas même une seule fois lorsque nous arrivons à Bruxelles, tant l’idée du conservatisme national est effrayante.

Nous ne savons pas si nous allons gagner cette fois-ci, mais nous savons que nous allons gagner. Nous le savons parce que nous demandons des choses démocratiques décentes, l’héritage de nos ancêtres et de nos aïeux. Ce n’est pas grand-chose à demander. C’est la bonne chose à demander et elle triomphera à la fin de ce que nous devrons peut-être bientôt qualifier de l’ancienne démocratie.

Et quelle a été la réaction face à cette brutalité de ces prétendus champions britanniques du juste milieu, le nouveau parti travailliste modèle de Sir Keir Starmer ? Alors que la conférence était barricadée dans le Claridge par la police, le porte-parole travailliste en matière de santé, Wes Streeting, a déclaré à la Chambre des Communes de Suella Braverman, sous les rires et l'hilarité générale des banquettes travaillistes, qu'elle

ne pouvait pas être parmi nous aujourd’hui car elle se trouve actuellement à Bruxelles entourée par la police qui tente d’empêcher l’événement auquel elle participe avec d’autres fanatiques d’extrême droite avec lesquels elle a beaucoup de points communs.

C’est ce que pense le nouveau modèle du parti travailliste, lorsqu’on envoie la police pour interdire un rassemblement politique légitime. Il diffame les victimes des tactiques d’une dictature tout en se moquant de leur sort.

Ce qui s’est passé à Bruxelles a été un moment d’une rare clarté. D’un seul coup, ceux qui qualifient les conservateurs d’intolérants, d’oppresseurs et de menace pour la démocratie se sont vu montrer qu’en fait ce sont eux qui sont intolérants, oppressifs et une menace pour la démocratie – en fait, ils représentent une menace effrayante pour la liberté dans le style de l’ex-Union soviétique ou du Parti communiste chinois. Le conservatisme national se révèle désormais comme la résistance.

Vous ne pouviez vraiment pas inventer ça. Toutes nos félicitations aux bourgmestres bruxellois qui ont réussi à marquer un but à ce point spectaculaire contre leur propre camp.

 

https://melaniephillips.substack.com/p/the-brussels-gangster-state?publication_id=77655&post_id=143679090&isFreemail=true&r=8t6ei&triedRedirect=true

Image : rts.ch 


samedi 2 décembre 2023

À qui appartient la Palestine ?

 Il y a un certain temps, j'avais entendu l'auteure de cet article expliquer cette même question et cela m'avait impressionné. Elle vient de le résumer dans l'article que voici. Les mises au gras sont de ma main.

L'importance de ces choses n'échappe à personne. Tristement, trop de nos politiciens et de nos media préfèrent rester ignorants de cette réalité et répandre à la place les mensonges distillés sans fin par les "Palestiniens".

MELANIE PHILLIPS

1 DÉC. 2023


J’ai participé à l’émission du petit-déjeuner de Times Radio pour discuter de l’actualité du jour avec mon collègue chroniqueur Hugo Rifkind et les présentateurs Aasmah Mir et Stig Abell. Lorsque nous avons commencé à discuter des manifestations anti-israéliennes qui ont lieu en Grande-Bretagne depuis des semaines, la discussion a pris une tournure quelque peu animée.

Un certain nombre de personnes ont été étonnées de m’entendre déclarer au cours de cette discussion qu’Israël n’occupe pas la « terre palestinienne » et que seuls les Juifs ont droit, en vertu de la loi, à ce territoire.

Leur étonnement n’était pas surprenant, puisque ces faits ne sont jamais évoqués dans le discours dominant.

Pourtant, Israël a droit à cette terre – à la totalité – à plusieurs reprises en vertu de la loi, ainsi que selon l’histoire, la vérité et la moralité.

Il n’y a jamais eu de terre palestinienne dans la loi. Il n’y a jamais eu d’État de Palestine. Lorsque les Romains ont conquis le royaume juif de Judée, détruit le Temple juif et contraint les Juifs de Judée à l’exil, ils l’ont rebaptisé Palaestina dans le but d’effacer son identité juive. Lorsque le dernier occupant colonial du pays, l’empire ottoman, est tombé après la Première Guerre mondiale, la communauté internationale qui a découpé le Moyen-Orient pour créer un certain nombre de nouveaux États a conservé le nom de Palestine pour décrire le territoire qui allait maintenant être recréé. comme patrie du peuple juif.

Cela a été cimenté lors de la Conférence de San Remo de 1920 et a donné force de droit international conventionnel par la Société des Nations – le précurseur de l’ONU – dans le Mandat de 1922 sur la Palestine. Cela a fait du Royaume-Uni la puissance mandataire et lui a donné le devoir d’installer les Juifs dans toute la Palestine. Après que la Grande-Bretagne ait coupé environ 70% de ces terres pour créer la (Trans)Jordanie dans un acte de realpolitik arbitraire, la Palestine se composait de ce qui est aujourd’hui Israël, la « Cisjordanie » et Gaza.

Pour que ce soit très clair : seuls les Juifs ont obtenu le droit légal de s’installer dans ce qui est aujourd’hui Israël, la « Cisjordanie » et Gaza.

Ce droit n’a jamais été abrogé. Le mandat de la Société des Nations de 1922 a été ratifié par la Charte des Nations Unies de 1945, qui s’engageait à respecter les accords conclus par son prédécesseur.

Les principes juridiquement contraignants autorisant le peuple juif à s’installer sur toutes ces terres ont ensuite été codifiés dans la Convention de Vienne de 1969, qui a confirmé qu’elle incluait la Judée et la Samarie (la « Cisjordanie ») et Gaza. En 2013, les juges français de la Cour d’appel de Versailles ont statué qu’« Israël est l’occupant légal de la Cisjordanie ».

Lorsque la Jordanie s’est emparée de la quasi-totalité de la Judée et de la Samarie pendant la guerre de 1948-1949, rebaptisant ces territoires « Cisjordanie » en 1950, cela n’a pas éteint les revendications d’Israël sur ce territoire. De 1949 à 1967, la Jordanie a occupé la « Cisjordanie » en tant qu’occupant militaire. Lorsqu’Israël a pris possession de ce territoire après la guerre des Six Jours en 1967, cela n’a pas donné lieu, comme beaucoup le croient, à une revendication sur ce territoire. La victoire d’Israël l’a libéré de l’occupation jordanienne illégale et a permis que la revendication légale du peuple juif sur ce territoire soit enfin mise en œuvre.

Au moment où le mandat fut accordé aux Britanniques, la Palestine n’était que peu occupée. Si certains Juifs sont toujours restés dans le pays – notamment à Safed et à Jérusalem où ils étaient majoritaires à partir du milieu du XIXe siècle – la majorité de ces occupants étaient des Arabes ; mais ils se considéraient comme faisant partie du peuple arabe, ou parfois comme des Syriens du sud. À mesure que les Juifs retournaient dans leur pays, les Arabes, attirés par la perspective d’une prospérité croissante, affluèrent des États voisins. Mais ils étaient toujours considérés comme des Arabes et se considéraient toujours comme tels. Entre 1922 et 1948, lorsque les gens parlaient des Palestiniens, ils parlaient des Juifs.

Ainsi, la première raison pour laquelle le terme « territoires palestiniens occupés » est absurde est que les zones en question n’ont jamais été des terres palestiniennes mais ont toujours été légalement désignées pour que seuls les Juifs aient le droit de s’y installer. La deuxième raison est que la définition juridique du terme « occupation » s’applique uniquement lorsqu’un État souverain a été occupé. Les territoires contestés de Judée et de Samarie n’ont jamais fait partie d’un État souverain.

Eli Hertz, auteur de Mythes et faits, a écrit :

Le droit relatif à « l’occupation » est contenu dans la Quatrième Convention de Genève. Le professeur Julius Stone, une autorité majeure en matière de droit des nations, a catégoriquement rejeté l’utilisation du terme « territoire occupé » pour décrire les territoires contrôlés par Israël pour les raisons suivantes :

(1) L’article 49 concerne l’invasion d’États souverains et est inapplicable parce que la Cisjordanie n’appartenait et n’appartient à aucun autre État.

(2) L’historique de la rédaction de l’article 49 [Protection des personnes civiles en temps de guerre] – c’est-à-dire la prévention des « objectifs génocidaires »] doit être pris en compte. Ces conditions n’existent pas dans le cas d’Israël.

(3) L’installation des Juifs en Cisjordanie est volontaire et ne déplace pas les habitants locaux. De plus, Stone affirmait : « qu’« il n’existe pas de dilution sérieuse (et encore moins d’extinction) des populations indigènes » ; plutôt « une amélioration spectaculaire de la situation économique des habitants [palestiniens locaux] depuis 1967 [s’est produite] ».

La Quatrième Convention de Genève stipule qu’un pays ne peut « expulser ou transférer une partie de sa propre population civile dans le territoire qu’il occupe ». Mais cette disposition visait à empêcher le transfert forcé de personnes. Les résidents israéliens des territoires contestés n’ont été ni expulsés ni transférés. Ils ont choisi d’y vivre librement et de leur propre gré.

Le professeur Eugene Rostow, ancien doyen de la faculté de droit de Yale, ancien sous-secrétaire d’État américain aux Affaires politiques et l’un des principaux rédacteurs de la résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui traitait de la répartition des territoires conquis par Israël lors de la guerre des Six Jours, a conclu que la Quatrième Convention de Genève n’était pas applicable à la situation juridique d’Israël. Il a noté:

L’opposition aux colonies juives en Cisjordanie s’appuyait également sur un argument juridique : de telles colonies violaient la Quatrième Convention de Genève interdisant à la puissance occupante de transférer ses propres citoyens dans les territoires occupés. La manière dont cette Convention pourrait s’appliquer aux Juifs qui avaient déjà le droit légal, protégé par l’article 80 de la Charte des Nations Unies, de vivre en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, n’a jamais été expliquée.

Et voici Howard Grief, auteur du livre définitif « Le fondement juridique et les frontières d’Israël selon le droit international : un traité sur la souveraineté juive sur la terre d’Israël » :

Israël, qui a hérité des droits souverains du peuple juif sur la Palestine, a le droit légal de conserver toutes les terres qu’il a libérées pendant la guerre des Six Jours et qui étaient soit incluses dans le Foyer national juif pendant la période du Mandat, soit faisaient partie intégrante de la Terre d’Israël et qui ont été illégalement détachées du Foyer national juif lorsque les frontières de la Palestine ont été fixées en 1920 et 1923. Pour la même raison, Israël ne peut être accusé par quiconque d’avoir « occupé » des terres en vertu du droit international qui faisaient clairement partie du Foyer national juif ou de la terre d’Israël.

Ainsi, tout le débat d’aujourd’hui centré sur la question de savoir si Israël doit restituer les « territoires occupés » à leurs prétendus propriétaires arabes afin d’obtenir la paix est l’un des plus grands mensonges du droit international et de la diplomatie.

Un argument supplémentaire a été avancé par le professeur de droit international Eugène Kontorovitch. Il a écrit:

De plus, on ne peut pas occuper son propre territoire. Si l’Ukraine reprend la Crimée à la Russie, il ne s’agira pas d’une occupation simplement parce qu’elle a longtemps été administrée par Moscou. Comme le professeur Avi Bell et moi-même l’avons longuement démontré, selon les règles générales du droit international applicables dans le monde entier, Israël aurait une revendication souveraine sur la Cisjordanie à partir de 1948 (ce qui n’est pas le cas pour le plateau du Golan). En effet, les États nouvellement créés héritent des frontières des unités administratives antérieures du territoire – dans ce cas, la Palestine mandataire.

Quant à l’affirmation selon laquelle les « colonies » israéliennes dans ces territoires sont illégales, Kontorovitch a écrit :

Les discussions sur les colonies illégales et l’art. 49(6) de la Quatrième Convention de Genève, ne se posent invariablement que dans le seul contexte d’Israël. En effet, le terme « colonies illégales » est devenu une manière de parler des communautés juives là où la communauté internationale estime qu’elles ne devraient pas s’y trouver. Avant 1967, la règle désormais dirigée contre Israël n’avait jamais été appliquée nulle part. Malgré l’occupation actuelle de Berlin-Ouest par les États-Unis, personne n’a jamais suggéré qu’il fallait interdire aux Américains de s’y installer, ou que l’occupation exigeait de faire quelque chose d’impossible : mettre un terme aux schémas naturels de migration et préserver la démographie dans l’ambre pendant des décennies…

Quand on cherche la prétendue règle appliquée ailleurs, on ne trouve rien. Les Nations Unies ont fait référence à l’art. 49(6) des centaines de fois en relation avec Israël, mais aucun organisme de l’ONU n’a jamais accusé un autre pays de le violer.

Cela n’est pas dû au manque de cas dans lesquels on pourrait penser que cela s’appliquerait. Du Maroc au Sahara occidental à l’Indonésie au Timor oriental, du nord de l’Irak occupé par la Turquie au Cambodge autrefois occupé par le Vietnam, les occupations prolongées de territoires ont presque toujours entraîné une migration depuis le territoire de la puissance occupante. L’impact démographique éclipse généralement celui des colons juifs en Cisjordanie, comme au Sahara occidental ou dans le nord de Chypre, où les colons constituent la majorité de la population. Il y a eu autant de Russes qui se sont installés en Crimée au cours de la dernière décennie, que de Juifs qui se sont installés en Judée au cours du dernier demi-siècle. Contrairement au cas de la Judée et de la Samarie, tous ces cas (à l’exception du Sahara occidental) impliquent sans ambiguïté l’occupation du territoire d’un État préexistant. Pourtant, même dans les situations où la CPI a compétence, elle a spécifiquement refusé de considérer qu’un tel mouvement constitue un crime de guerre.

Il y a ensuite la justification juridique de la présence d’Israël dans ces territoires à travers le droit de la légitime défense. La résolution 242 de l’ONU, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée générale le 22 novembre 1967, déclarait qu’Israël avait le droit de conserver les territoires dont il avait besoin s’il voulait, comme le dit la phrase clé de la résolution, avoir des « limites sûres [c’est-à-dire défendables] et reconnues ». En d’autres termes, Israël a le droit de conserver les territoires saisis dans le cadre d’une guerre d’auto-défense pendant que la population y reste belligérante. Ce qui est très certainement le cas.

Eli Hertz, auteur de Mythes et faits, a écrit ici :

Le droit international est clair : toutes les guerres d’Israël avec ses voisins arabes étaient des guerres de légitime défense. Le professeur le juge Schwebel a écrit dans ‘What Weight to Conquest’ :

« (a) un État [Israël] agissant dans l’exercice légitime de son droit de légitime défense peut saisir et occuper un territoire étranger aussi longtemps que cette saisie et cette occupation sont nécessaires à sa légitime défense ;

« (b) comme condition de son retrait d’un tel territoire, cet État peut exiger l’institution de mesures de sécurité raisonnablement conçues pour garantir que ce territoire ne sera plus utilisé pour organiser contre lui une menace ou un recours à la force de telle nature que pour justifier l’exercice de la légitime défense ;

« (c) Lorsque le détenteur antérieur du territoire s’est emparé illégalement de ce territoire, l’État qui prend ensuite ce territoire dans l’exercice licite de légitime défense a, contre ce détenteur antérieur, un meilleur titre.

« Entre Israël, agissant de manière défensive en 1948 et 1967, d’une part, et ses voisins arabes, agissant de manière agressive, en 1948 et 1967, d’autre part, Israël a le meilleur titre sur le territoire de ce qui était la Palestine, y compris l’ensemble de la Palestine. de Jérusalem, que ne le font la Jordanie et l’Égypte.

Le professeur Schwebel explique que le principe selon lequel « l’acquisition de territoires par la guerre est inadmissible » doit être lu conjointement avec d’autres principes :

« À savoir qu’aucun droit légal ne peut naître d’un tort, et le principe de la Charte selon lequel les Membres des Nations Unies doivent s’abstenir, dans leurs relations internationales, de la menace ou du recours à la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État. »

En termes simples : l’agression arabe illégale contre l’intégrité territoriale et l’indépendance politique d’Israël ne peut et ne doit pas être récompensée. Le professeur Julius Stone, une sommité en matière de droit des gens, a déclaré :

« Les droits territoriaux en vertu du droit international. ... Par leurs attaques armées [des pays arabes] contre l’État d’Israël en 1948, 1967 et 1973, et par divers actes de belligérance tout au long de cette période, ces États arabes ont bafoué leurs obligations fondamentales en tant que membres des Nations Unies de s’abstenir de toute menace ou recours à la force contre l’intégrité territoriale et l’indépendance politique d’Israël. Ces actes constituaient une violation flagrante, entre autres, de l’article 2(4) et des paragraphes (1), (2) et (3) du même article.

Ainsi, en vertu du droit international, Israël a agi légalement en exerçant son droit de légitime défense lorsqu’il a racheté et réoccupé légalement la Judée et la Samarie, également connues sous le nom de Cisjordanie.

Les gens prétendent que, parce que divers organismes comme la Cour internationale de Justice ou la Cour pénale internationale ont déclaré qu’Israël est en situation d’occupation illégale, il doit en être ainsi. Mais ce n’est pas parce que de tels organismes affirment une telle chose que cela est vrai. De tels organismes ne font pas le droit international. Celui-ci est inhérent aux traités et accords internationaux. Et ceux-ci ne soutiennent pas les affirmations tendancieuses de ces organismes, qui ne doivent rien à l’autorité légale et tout à leur haine institutionnelle profonde et persistante envers l’État d’Israël.

Israël n’est pas en « occupation illégale des territoires palestiniens ». Chaque partie de cette phrase, à l’exception de « de » et « le », est juridiquement analphabète. Les Juifs sont les seuls à avoir droit, en vertu de la loi, à ces territoires. Passez donc à autre chose.

 

https://melaniephillips.substack.com/p/why-israel-is-entitled-in-law-to?publication_id=77655&post_id=139302938&isFreemail=true&r=8t6ei

mercredi 8 novembre 2023

Autre guerre, mêmes atrocités


 Les horreurs d’une autre guerre, cette fois-ci contre des chrétiens, sont venues à la surface. Comme en Israël le 7 octobre, les tueurs sont fêtés et récompensés. Comme pour le pogrom du Hamas, les pires bestialités ont été commises. Comme pour le Hamas, les média préfèrent taire ces horreurs, si c’est possible. Et quand ce n’est pas possible, on commence par dire que les autres sont la cause réelle du problème. Quand les victimes sont Juifs ou chrétiens, on préfère regarder ailleurs. On trouvera toujours une bassine pour s’en laver les mains. Nos media aiment les mains propres…

The Gates of Artsakh near Kornidzor in the caucasus mountain landmark of Nagorno-Karabakh Armenia

 

by Uzay Bulut
November 3, 2023 at 5:00 am

 

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré le 13 octobre que dans les semaines à venir, l’Azerbaïdjan pourrait envahir l’Arménie. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a menacé l’Arménie de guerre à plusieurs reprises.

Pendant ce temps, les médias pro-Erdogan en Turquie jouent également leur tambour de guerre contre les Arméniens. Le titre du journal pro-Erdogan Türkiye du 3 octobre qualifie les Arméniens de la province arménienne de Syunik (Zangezur) de « serpents », de « gangs » et de « terroristes ». Un titre dit : « Le nouveau nid du serpent est Zangezur ». Il affirme que les Arméniens déplacés d’Artsakh (également connu sous le nom de Haut-Karabakh) reçoivent une formation militaire dans des « camps terroristes de Zangezur ».

Lorsque les médias turcs utilisent de tels mots, leur intention est de préparer le public à une guerre prochaine contre un « ennemi ».

Le 1er novembre, l’Institut Lemkin pour la prévention du génocide a émis une alerte drapeau rouge « en raison du potentiel alarmant d’une invasion de l’Arménie par l’Azerbaïdjan dans les jours et semaines à venir ».

Le gouvernement américain sait également que la prochaine étape pour l’Azerbaïdjan et la Turquie est d’attaquer la République d’Arménie.

Après que l’Azerbaïdjan ait assiégé et affamé 120.000 Arméniens chrétiens en République d’Artsakh dans le Caucase du Sud pendant neuf mois, le 19 septembre 2023, l’Azerbaïdjan a bombardé les communautés de l’Artsakh.

Des centaines de civils, dont des enfants, ont été assassinés. Presque tous les Arméniens d’Artsakh ont fui : ils savent qu’après tous les raids militaires, les Arméniens tombés aux mains de l’armée azerbaïdjanaise ont été traités avec la plus grande cruauté.

Depuis le début de leur invasion, les soldats azéris ont mis en ligne des vidéos sur les réseaux sociaux les montrant décapitant et mutilant des Arméniens.

L’Institut Lemkin pour la prévention du génocide a noté le 23 septembre :

« Il y a des histoires venant de l’Artsakh de décapitation d’enfants et de séparation de garçons et d’hommes plus âgés des femmes et des enfants... L’Azerbaïdjan a régulièrement traité les Arméniens avec ce niveau de barbarie, en particulier lors des guerres de 2016, 2020 et 2022. C’est un pays dirigé par des gens qui ne cachent pas leur haine viscérale envers les Arméniens. »

La décapitation et la mutilation des Arméniens semblent être une tradition de longue date des soldats azéris. Ces actions sont promues et récompensées par l’État d’Azerbaïdjan. Les soldats azéris qui commettent des crimes de guerre similaires à ceux de l’État Islamique échappent non seulement à leurs responsabilités et ne sont jamais poursuivis, mais sont plutôt traités comme des héros nationaux par leur gouvernement.

Le 19 février 2004, par exemple, au cours d’un cours d’anglais de trois mois dans le cadre du programme Partenariat pour la paix parrainé par l’OTAN à Budapest, Ramil Safarov, un officier de l’armée azerbaïdjanaise, est entré par effraction dans le dortoir du lieutenant de l’armée arménienne Gurgen Margaryan la nuit et l’a tué à coups de hache pendant son sommeil. Safarov a frappé Margaryan 16 fois à la tête et au cou avec la hache, le décapitant presque.

Un tribunal de Budapest a condamné Safarov en 2006 pour le meurtre de Markaryan et pour tentative d’assassinat d’un autre participant arménien au cours, Hayk Makuchian, de la même manière. Safarov a été condamné à la prison à vie en 2006. Cependant, lorsque Safarov a été extradé vers l’Azerbaïdjan en 2012, il a été accueilli en héros dans la capitale Bakou.

Selon l’anthropologue Sarah Kendzior :

« Le 31 août 2012, Ramil Safarov a été extradé vers l’Azerbaïdjan, où il a été accueilli comme un héros. Sous les applaudissements d’une foule en adoration, Safarov a parcouru les rues de la capitale, drapé du drapeau azerbaïdjanais, portant un bouquet de roses. Il a été gracié. par le président Ilham Aliyev, promu au grade de major et doté d’un nouvel appartement et d’argent par le ministère azerbaïdjanais de la Défense.

En 2020, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a statué que les actions de l’Azerbaïdjan équivalaient à « l’approbation » et à la « reconnaissance » du « très grave crime à caractère ethnique » commis par Safarov. Le tribunal a conclu que « les actes de l’Azerbaïdjan accordaient en fait à [Safarov] l’impunité pour les crimes commis contre ses victimes arméniennes ».

« En outre, la Cour juge particulièrement troublantes les déclarations faites par un certain nombre de responsables azerbaïdjanais glorifiant [Safarov] ses actes et sa grâce. Elle déplore également le fait qu’une grande majorité de ces déclarations exprimaient un soutien particulier au fait que les crimes de [Safarov ] avaient été dirigés contre des soldats arméniens, l’a félicité pour ses actions et l’a qualifié de patriote, de modèle et de héros. »

Lors d’un raid azéri contre l’Artsakh du 1er au 5 avril 2016, un membre yézidi de l’armée de défense de l’Artsakh, Kyaram Sloyan, a été décapité et mutilé par des soldats azéris. Des vidéos et des photos montrant des soldats azéris posant avec la tête coupée de Sloyan ont été publiées sur les réseaux sociaux. Le Sunday Times les a qualifiées de « photos souvenirs choquantes de soldats azerbaïdjanais en uniforme posant avec la tête coupée ».

Sloyan a été enterré de nouveau dans le village de son père en Arménie après que le Comité international de la Croix-Rouge ait récupéré sa tête coupée et l’ait rendue à sa famille.

"Quand ils ont amené le corps, nous ne savions pas qu’il était sans tête", a déclaré Sloya. Kyalash, le père affligé de Sloyan, a déclaré au service arménien de RFE/RL le 11 avril 2016 : "C’était très douloureux de découvrir cela. Ils ont amené la tête hier."

L’officier azerbaïdjanais qui a décapité Sloyan serait devenu un héros national en Azerbaïdjan. Le président Aliyev lui a décerné une médaille en mai 2016.

Le Bureau du Défenseur des droits humains de la République d’Artsakh a publié un rapport public intérimaire sur les atrocités commises par les forces militaires azerbaïdjanaises pendant la guerre de quatre jours en avril 2016.

Le rapport indique que des civils et des militaires ont été exécutés et mutilés par l’armée azérie. Certains soldats de l’Artsakh ont été, "ainsi qu’à d’autres formes de démembrement, également soumis à la décapitation". Des images graphiques des abus ont également été publiées dans le rapport.

Pendant la guerre de l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh en 2020, des comptes azéris ont de nouveau publié des vidéos sur Telegram montrant des Azéris décapitant des civils, des soldats et des prisonniers de guerre arméniens. L’un d’eux était Yuri Asryan, un homme solitaire de 82 ans qui avait refusé de quitter son village le 20 octobre 2020 à l’approche des forces d’invasion azerbaïdjanaises.

Lors de l’incursion militaire de l’Azerbaïdjan en Arménie en septembre 2022, des soldats azéris ont violé, mutilé et massacré une Arménienne de 36 ans qui servait dans les forces arméniennes. Ils ont ensuite publié une vidéo montrant leur crime de guerre sur les réseaux sociaux. La morte y apparaît nue, les bras et les jambes démembrés. Un de ses yeux est arraché. Un doigt coupé semble sortir de sa bouche et un autre sort de ses parties intimes.

La vidéo montre également plusieurs autres hommes arméniens mutilés et décapités. On peut entendre les soldats azéris filmer en riant et en plaisantant en arrière-plan.

Les paroles de Kamil Zeynallı, un athlète azéri comptant 1,7 million de followers sur Instagram, démontrent le chemin azéri vers « l’héroïsme » national. Zeynalli a déclaré lors d’un appel WhatsApp publié plus tard sur les réseaux sociaux :

"Versez le sang des Arméniens. Vous reviendrez dans notre pays comme un homme. Vous serez libre comme un homme. Notre président [Aliyev] est derrière ceux qui décapitent les Arméniens.

"Quiconque coupe la tête des Arméniens, notre estimé président est à ses côtés."

L’Azerbaïdjan tente de diffuser en Occident une propagande prétendant être une société « tolérante » et « multiculturelle ». Cette propagande est réfutée par les récompenses accordées par l’Azerbaïdjan aux soldats qui décapitent les Arméniens, parmi de nombreux autres crimes de guerre qu’ils commettent contre les Arméniens.

Il n’existe aucun gouvernement autre que l’Azerbaïdjan qui récompense avec autant de fierté les soldats qui décapitent et mutilent leurs captifs, à l’exception peut-être de l’Autorité palestinienne et de l’État islamique (EI).

Le recours aux décapitations par les djihadistes est basé sur les écritures islamiques et l’histoire islamique :

« Ainsi, lorsque vous rencontrez des mécréants [au combat], frappez [leurs] cous jusqu’à ce que, lorsque vous les aurez infligés le massacre, puis assurez leurs liens..., et soit [conférez] une faveur ensuite, soit [leur] rançonnez jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. C’est [le commandement]. Et si Allah l’avait voulu, Il aurait pu se venger d’eux [Lui-même], mais [Il a ordonné la lutte armée] pour éprouver les uns d’entre vous par les autres. Et ceux qui sont tués dans la cause d’Allah – jamais Il ne gaspillera leurs actes. » – Coran 47:4, traduction Sahih International

"Je vais semer la terreur dans le cœur de ceux qui ont mécru, alors frappe-les au cou et arrache-leur le bout des doigts." – Coran 8:12 : traduction Sahih International

Les décapitations sont couramment utilisées par les musulmans dans leur jihad (guerre au service d’Allah) contre les non-musulmans depuis l’avènement de l’Islam au VIIe siècle. (Pour plus d’exemples de décapitations et d’autres formes de violence par l’Islam, voir ici.)

La guerre de l’Azerbaïdjan contre les Arméniens est à la fois djihadiste et nationaliste. Lors de la guerre de l’Azerbaïdjan contre les Arméniens en 2020, Erdogan a déclaré :

"Nous soutenons l’Azerbaïdjan jusqu’à la victoire... Je dis à mes frères azerbaïdjanais : que votre ghazwa soit bénie."

« Ghazwa » en Islam signifie une bataille ou un raid contre des non-musulmans pour l’expansion du territoire musulman et/ou la conversion des non-musulmans à l’Islam. Erdogan a ainsi ouvertement annoncé que les attaques contre le territoire arménien constituent le jihad. Pour lutter contre les Arméniens en Artsakh, la Turquie a également été rejointe en Azerbaïdjan par des mercenaires terroristes djihadistes venus de Syrie.

Lors de la première guerre d’Artsakh (1991-94), remportée par les Arméniens, le Dr Araks Pashayan, expert en Islam politique et l’Azerbaïdjan, a noté que « des mercenaires d’Afghanistan, d’Iran, des États-Unis, de Russie et de Turquie étaient inclus dans l’armée azerbaïdjanaise. , et en particulier la Turquie et l’Iran ont fourni à Bakou des instructeurs militaires.

Mohammad Younas faisait partie des milliers de combattants afghans que le Hezb-e Islami, un important parti islamiste afghan, a envoyé en Azerbaïdjan dans les années 1990 pour soutenir Bakou dans sa guerre contre les Arméniens.

"Si possible, je rejoindrais à nouveau les musulmans d’Azerbaïdjan pour les défendre contre les non-musulmans", a déclaré Younas à Radio Free Afghanistan de RFE/RL. "Ma véritable motivation en allant en Azerbaïdjan était de participer au jihad, mais je voulais aussi gagner un peu d’argent", a-t-il déclaré.

Face à cette barbarie, le monde regarde sans rien faire. Une telle complaisance a permis à l’Azerbaïdjan de déplacer de force environ 120.000 Arméniens de leur patrie, l’Artsakh. Les Arméniens savent ce qui se passera s’ils tentent de vivre sous le régime azéri.

Alors, les États-Unis vont-ils enfin demander des comptes au gouvernement azerbaïdjanais ? Vont-ils réduire l’aide militaire américaine à l’Azerbaïdjan ? Vont-ils regarder une fois de plus la Turquie et l’Azerbaïdjan massacrer davantage d’Arméniens et envahir davantage de terres arméniennes ?

Il est grand temps que l’Occident sanctionne le gouvernement azerbaïdjanais et le tienne pour responsable du traitement des Arméniens de la manière la plus brutale. Tant que les gouvernements occidentaux poursuivent leur coopération militaire et commerciale avec l’Azerbaïdjan et ferment les yeux sur ses atrocités de masse, ils resteront complices des crimes de l’Azerbaïdjan.

Uzay Bulut, journaliste turc, chercheur pour le projet Philos et chercheur émérite au Gatestone Institute.

 https://www.gatestoneinstitute.org/20123/new-war-armenia-azerbaijan