Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

vendredi 3 juin 2022

Existe-t-il une issue à la guerre russo-ukrainienne

Réflexions d'Oliver Stone, réalisateur connu, suite à ses interviews avec Wladimir Poutine.

Analyse par Dr. Joseph Mercola

3 juin 2022

 

https://www.youtube.com/watch?v=ygAqYC8JOQI

Dans la vidéo ci-dessus, Lex Fridman interroge Oliver Stone sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Stone, réalisateur primé, était le producteur exécutif de "Ukraine on Fire "1,2, un documentaire sorti en 2016.

Stone a également interviewé le président russe Vladimir Poutine entre 2014 et 2016. Ces entretiens ont donné lieu à la série documentaire "The Putin Interviews", diffusée en 2017. Stone a donc une certaine connaissance des deux pays. Fridman, quant à lui, est mi-russe, mi-ukrainien.

L’Ukraine en feu

"Ukraine on Fire" s’est concentré sur la révolution Maidan3 qui a débuté à Kiev en 2013. Après trois mois de manifestations pacifiques contre la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord global de libre-échange avec l’UE, privilégiant une offre de la Russie en lieu et place, des violences meurtrières ont éclaté.

Petro Porochenko a été élu président lors d’une élection spéciale en mai 2014. Selon la version officielle, les Ukrainiens étaient mécontents de "l’autoritarisme croissant" du président Viktor Ianoukovitch et de son refus de signer l’accord d’association avec l’UE, et ils l’ont donc renversé.

Viktor Ianoukovitch et d’autres hauts responsables affirment toutefois que la violente révolution a été orchestrée par les États-Unis dans le but de changer de régime. Des fuites de conversations ont révélé que des responsables de haut niveau discutaient de la manière de mettre en œuvre un coup d’État pour renverser le gouvernement démocratiquement élu de l’Ukraine.

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet et voir le film dans mon article précédent, "L’Ukraine en feu : documentaire 2016 d’Oliver Stone". L’actuel président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, un ancien comédien et acteur, a été élu en avril 2019.

Poutine, le leader et l’homme

Dans cette interview, Fridman et Stone se concentrent principalement sur Poutine – comment il réfléchit et ce qu’il pense, selon la perception de l’homme par Stone – et sur l’incursion de la Russie en Ukraine. Stone présente une autre facette de Poutine que de nombreux Américains n’ont probablement jamais vue, et explique pourquoi le comportement de Poutine est, de manière surprenante, rationnel.

Les États-Unis ont une longue histoire de partialité antisoviétique. Comme l’a noté Stone, la position américaine était que le capitalisme fonctionne et que le communisme ne fonctionne pas. La Russie moderne n’est plus communiste4,5,6, mais l’antagonisme des États-Unis à l’égard de la Russie demeure, alors que le gouvernement américain, ironiquement, fait maintenant tout ce qui est en son pouvoir, et même au-delà, pour implanter le communisme ici.

Stone note que Poutine est "un homme de marché" et qu’il a été très clair sur sa conviction que la souveraineté nationale est primordiale pour la paix mondiale et les relations harmonieuses. Poutine insiste sur le fait que toutes les nations doivent être souveraines, "et je crois que les États-Unis n’ont jamais accepté cela", dit Stone. Selon lui, les États-Unis sont bien plus intéressés par la soumission des nations à leur idéologie.

Selon M. Stone, M. Poutine a généralement bonne réputation dans les autres pays, car c’est un homme qui défend les intérêts de son pays, mais pas au détriment des autres. Garder le monde en harmonie, "cela a toujours été son idée", insiste Stone.

Lorsqu’on lui demande s’il pense que le pouvoir a une influence corruptrice sur Poutine, Stone insiste sur le fait que Poutine ne durerait jamais s’il agissait comme un dictateur. Le peuple russe ne le maintiendrait pas en position de pouvoir – ce qu’il fait, par intermittence, depuis environ 20 ans.

La Russie est une démocratie qui fonctionne, et le mécontentement du peuple se manifesterait de plusieurs manières différentes. Les urnes ne sont qu’un moyen parmi d’autres de manifester son mécontentement. Mais, apparemment, ils pensent que Poutine fait du bon travail en protégeant le pays et en veillant à ses besoins.

Fridman, quant à lui, note qu’il ressent un mélange de peur et d’apathie à l’égard des dirigeants lorsqu’il parle à sa famille et à ses amis russes, et cela l’inquiète. M. Stone répond aux inquiétudes de M. Fridman en disant qu’il a vu "beaucoup plus de liberté dans la presse (russe) que ce que l’on imagine à l’Ouest, et cela signifie différents points de vue. Les Russes se disputent toujours entre eux. Je n’ai jamais vu un pays plus contestataire".

L’expérience de Stone avec Poutine

La longévité politique de Poutine tient peut-être en partie à sa capacité à rester imperturbable. "Je ne l’ai jamais vu perdre son sang-froid", dit Stone, notant que si la plupart des Américains ont tendance à être émotifs, Poutine, en revanche, est calme, rationnel, équilibré, mature et respectueux, même sous pression. Et, contrairement aux dictateurs charismatiques tels que l’ancien dirigeant vénézuélien Hugo Chavez, Poutine n’essaie pas de vous charmer. Il va droit au but.

Tous ses entretiens avec M. Stone ont été accordés sans règles ni restrictions. Toutes les questions étaient autorisées. Rien n’était interdit. Poutine n’a pas non plus demandé à voir une partie du travail avant sa publication. "Il m’a fait confiance", déclare Stone.

Selon Stone, Poutine n’a "aucune intention d’empire" et a exprimé à plusieurs reprises son désir d’entretenir des relations amicales avec les États-Unis. Malheureusement, la réputation de Poutine a été ternie par les médias américains, des personnes agissant à partir d’un agenda politique, ceux qui ne l’ont jamais rencontré, ne sont jamais allés en Russie et ne connaissent pas l’histoire russe. Cette personnalité fabriquée par les États-Unis de Poutine en tant qu’ennemi à la fois de son propre peuple et du reste du monde a rendu ces relations difficiles.

Le point de vue initial de Stone sur l’invasion russe de l’Ukraine

Stone avait une critique plus sévère contre Poutine dans un post Facebook de mars 2022, dans lequel il avait dit ce qui suit sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie :7

Bien que les États-Unis aient de nombreuses guerres d’agression sur la conscience, cela ne justifie pas l’agression de M. Poutine en Ukraine. Une douzaine de torts ne font pas un droit. La Russie a eu tort d’envahir. Il a fait trop d’erreurs :

1)   sous-estimer la résistance ukrainienne

2)   surestimer la capacité de l’armée à atteindre son objectif

3)   sous-estimer la réaction de l’Europe, en particulier l’Allemagne qui augmente sa contribution militaire à l’OTAN, à laquelle elle résiste depuis une vingtaine d’années ; même la Suisse s’est jointe à la cause. La Russie sera plus isolée que jamais de l’Occident

4)   sous-estimer la puissance accrue de l’OTAN, qui mettra désormais plus de pression sur les frontières de la Russie

5)   mettre probablement l’Ukraine dans l’OTAN

6)   sous-estimer les dommages causés à sa propre économie et créer certainement plus de résistance interne en Russie

7)   créer un réajustement majeur du pouvoir dans sa classe d’oligarques

8)   mettre en jeu des bombes à fragmentation et thermobariques

9)   et sous-estimer le pouvoir des médias sociaux dans le monde.

Mais nous devons nous demander : comment Poutine aurait-il pu sauver les russophones de Donetsk et Louhansk ?

Sans aucun doute, son gouvernement aurait pu faire un meilleur travail en montrant au monde les huit années de souffrance de ces personnes et de leurs réfugiés – ainsi qu’en soulignant l’accumulation de 110.000 soldats ukrainiens à la frontière Donetsk-Luhansk, qui se produisait essentiellement avant la concentration des troupes russes. Mais l’Occident a un outil de relations publiques bien plus fort que les Russes.

Ou peut-être que Poutine aurait dû abandonner les deux provinces récalcitrantes et offrir à 1 à 3 millions de personnes une aide pour se réinstaller en Russie. Le monde aurait peut-être mieux compris l’agression du gouvernement ukrainien. Mais encore une fois, je n’en suis pas sûr.

Mais maintenant, c’est trop tard. Poutine s’est laissé appâter et est tombé dans le piège tendu par les États-Unis et a engagé son armée, autorisant les pires conclusions que l’Occident puisse tirer. Il a probablement, je pense, abandonné l’Occident, et cela nous rapproche plus que jamais d’une confrontation finale. Il semble qu’il n’y ait pas de chemin de retour.

Les seuls heureux à ce sujet sont les nationalistes russes et la légion de ceux qui haïssent la Russie, qui ont finalement obtenu ce dont ils rêvaient depuis des années, c’est-à-dire : Biden, le Pentagone, la CIA, l’UE, l’OTAN, les médias grand public – et ne négligez pas Nuland et son sinistre gang néocon à Washington D.C. Cela justifiera de manière significative les super faucons aux yeux du public.

Souligner la toxicité de leurs politiques (Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Libye, Syrie, élargissement de l’OTAN, rupture des traités nucléaires, censurer et omettre des faits cruciaux de l’actualité, etc.) sera œuvre presque impossible. Souligner les doubles standards occidentaux, y compris le mauvais comportement de Kyiv et Zelenskyy, tombera également dans l’oreille d’un sourd alors que nous tirons à nouveau les mauvaises conclusions.

Il est maintenant plus facile de salir ceux d’entre nous qui ont essayé de comprendre la position russe au cours de ces deux dernières décennies. Nous avons essayé. Mais le moment est venu, comme au temps où JFK et Khrouchtchev affrontaient la situation périlleuse à Cuba en octobre 1962, pour les deux puissances nucléaires de revenir de l’abîme. Les deux parties doivent sauver la face.

Ce n’est pas le moment pour les États-Unis de se réjouir. En tant que vétéran de la guerre du Vietnam et en tant qu’homme qui a été témoin de l’antagonisme sans fin de la guerre froide, diaboliser et humilier les dirigeants étrangers n’est pas une politique qui peut réussir. Cela ne fait qu’empirer la situation. Des négociations en coulisses sont nécessaires, car quoi qu’il arrive dans les prochains jours ou semaines, le spectre d’une guerre finale doit être accepté et négocié de manière réaliste.

Qui peut faire ça ? Y a-t-il de vrais hommes d’État parmi nous ? Peut-être Macron. Que nous puissions retrouver des gens comme Metternich, Talleyrand, Averell Harriman, George Shultz, James Baker et Mikhail Gorbachev.

La grande tragédie invisible au cœur de cette histoire de notre temps est la perte d’un véritable partenariat pacifique entre la Russie et les États-Unis – et, oui, potentiellement avec la Chine, pourquoi pas, sinon le désir de domination de l’Amérique.

Les idiots qui ont continué à provoquer la Russie après la fin de la guerre froide en 1991 ont commis un terrible crime contre l’humanité et l’avenir. Ensemble, nos pays auraient pu être des alliés naturels dans la plus grande bataille contre le changement climatique.

Rien que dans ses réalisations techniques, dans la science à grande échelle, dans ses fusées, ses industries lourdes et ses réacteurs nucléaires les plus modernes et les plus propres, la Russie a été un grand ami de l’homme. Hélas, dans notre siècle jusqu’à présent, l’homme n’a pas réussi à voir cela ou à atteindre un tel avenir.

Comment le voit-il maintenant ?

Maintenant, deux mois plus tard, que pense-t-il de la situation ? « C’est très difficile d’être honnête à ce sujet parce que l’Occident a fait tomber un rideau. Quiconque remet en question l’invasion de l’Ukraine et ses conséquences est un ennemi du peuple », répond Stone. « Je n’ai jamais vu de ma vie un tel MUR de propagande que celui que j’ai vu en Occident. »

Et, la façon dont les pays européens sautent pieds joints dans la mêlée de l’OTAN suggère qu’ils n’ont en fait pas la souveraineté sur leur propre pays, dit Stone. Pourquoi l’OTAN ne s’est-elle pas opposée aux massacres qui ont eu lieu dans la région du Donbass en Ukraine depuis 2014, lorsque l’Ukraine sous Porochenko a pris une position anti-russe en tant qu’alliée des États-Unis ?

Il y avait des escadrons de la mort, des dirigeants locaux étaient assassinés, tout comme des journalistes. On estime que 14.000 Russes ukrainiens ont été tués entre 2014 et début 2022 par l’armée ukrainienne et les bataillons nazis8, et les États-Unis l’ont soutenu et continuent de le faire.

Stone affirme que les journaux de la mission spéciale d’observation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Ukraine montrent qu’avant «l’invasion» de l’Ukraine par la Russie, le 24 février 2022, de l’artillerie lourde arrivait dans le Donbass du côté ukrainien. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, l’action de Moscou contre l’Ukraine était une "opération militaire spéciale" visant à mettre fin à "l’extermination systématique de la population du Donbass".

Les forces ukrainiennes s’étaient accumulées à la frontière et Stone pense que l’Ukraine prévoyait en fait d’envahir le Donbass. La Russie a alors réagi en envoyant des forces à la frontière, mais cette accumulation des deux côtés a été largement ignorée par les médias occidentaux, qui l’ont décrite comme une invasion soudaine et non provoquée par la Russie.

En d’autres termes, on ne peut pas analyser l’invasion russe de l’Ukraine sans prendre en compte le conflit du Donbass, qui dure depuis 2014. Stone est convaincu que Porochenko a été chargé, dès le début de sa présidence, de refuser les négociations avec la Russie et de maintenir une position hostile.

« C’est très, très dangereux », dit Stone. Zelensky, également, a maintenu cette position depuis 2019. « Le monde entier en souffre, et personne n’ose le dire. »

Stone pense que Poutine s’est rendu compte que les États-Unis avaient l’intention de changer de régime en Russie et qu’ils étaient prêts à détruire l’Ukraine pour le faire. Alors, il a pris des mesures. Fridman suggère que le conflit en Ukraine pourrait en réalité être une guerre par procuration entre la Russie et les États-Unis, et Stone semble être d’accord avec cette théorie. Mais cela ne nous donne toujours pas un meilleur aperçu de cette guerre. Poutine aurait pu abandonner le Donbass et offrir un refuge sûr aux réfugiés. Il a choisi de ne pas le faire, mais nous ignorons le pourquoi.

Quelle qu’en soit la raison, Stone est convaincu qu’il s’agissait d’une décision calculée – et non fondée sur l’abus de pouvoir. Il souligne également que Zelensky avait mentionné l’introduction d’armes nucléaires en Ukraine peu de temps avant l’invasion de la Russie, ce qui aurait pu déclencher les sonnettes d’alarme et influencer les décisions de Poutine.

Stone avertit également que les États-Unis sont plus que capables d’une opération sous faux drapeau nucléaire et/ou chimique. Un petit engin nucléaire pourrait être déclenché dans le Donbass, et même si cela n’avait pas de sens, la machine de propagande le rejetterait automatiquement sur la Russie. Bien sûr, la Russie dispose également d’un arsenal nucléaire important, qui pourrait être mis en avant.

"Pouvons-nous revenir du bord de la guerre nucléaire?" demande Fridmann. « Oui », répond Stone. « De quoi avons-nous besoin pour revenir ? » Stone répond :

Pae la raison. Par la raison, puis par la diplomatie. Parlez au gars ! M. Biden, pourquoi ne vous calmez-vous pas et n'allez-vous pas parler à M. Poutine à Moscou ? Et essayez d’avoir une discussion sans tomber dans les idéologies.


Sources and References

 

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2022/06/03/oliver-stone-russia-ukraine.aspx?ui=898ebc824befc32904d171674130ea6a49b98fed5d3c81fa82874de03de7d918&sd=20220525&cid_source=dnl&cid_medium=email&cid_content=art1HL&cid=20220603&mid=DM1175674&rid=1508956438


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire