Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

vendredi 13 mai 2022

Est-on condamné à n'apprendre rien de l'Histoire ?

 

Les mesures strictes en cas de pandémie ont déjà été discréditées il y a des années. Alors pourquoi les avons-nous utilisés pour COVID?

"L’expérience a montré que les communautés confrontées à des épidémies ou à d’autres événements indésirables réagissent mieux et avec le moins d’anxiété lorsque le fonctionnement social normal de la communauté est le moins perturbé."


Dr Donald Ainslie Henderson / Université Johns Hopkins/capture d’écran

Aaron Kheriaty

mer. 11 mai 2022

(Brownstone Institute) – Donald Henderson, décédé en 2016, était un géant dans le domaine de l’épidémiologie et de la santé publique. C’était aussi un homme dont nous avons choisi d’ignorer les avertissements prophétiques de 2006 en mars 2020.

Le Dr Henderson a dirigé un effort international de dix ans de 1967 à 1977 qui a réussi à éradiquer la variole. Par la suite, il a été doyen de la Johns Hopkins School of Public Health de 1977 à 1990. Vers la fin de sa carrière, Henderson a travaillé sur des programmes nationaux de préparation et d’intervention en santé publique à la suite d’attaques biologiques et de catastrophes nationales.

En 2006, Henderson et ses collègues du Centre pour la sécurité sanitaire de l’Université de Pittsburgh, où Henderson a également maintenu un poste universitaire, ont publié un article historique avec le titre anodin, "Disease Mitigation Measures in the Control of Pandemic Influenza", dans la revue Biosecurity et terrorisme : stratégie, pratique et science de la biodéfense.

Cet article a passé en revue ce que l’on savait sur l’efficacité et la faisabilité pratique d’une gamme de mesures qui pourraient être prises pour tenter de réduire le nombre de cas et de décès résultant d’une pandémie de virus respiratoire. Cela comprenait un examen des mesures de biosécurité proposées, utilisées plus tard pour la première fois pendant le COVID, telles que « la mise en quarantaine à grande échelle ou à domicile des personnes soupçonnées d’avoir été exposées, les restrictions de voyage, les interdictions de rassemblements sociaux, les fermetures d’écoles, le maintien de la distance personnelle et l’utilisation de masques. »

Même en supposant un taux de létalité (CFR) de 2,5%, à peu près égal à la grippe espagnole de 1918 mais bien supérieur au CFR pour le COVID, Henderson et ses collègues ont néanmoins conclu que ces mesures d’atténuation feraient beaucoup plus de mal que de bien.

Ils ont découvert que la stratégie la plus utile serait d’isoler les personnes symptomatiques (mais pas celles qui avaient simplement été exposées) à domicile ou à l’hôpital, une stratégie qui faisait depuis longtemps partie de la santé publique traditionnelle.

Ils ont également mis en garde contre le recours à la modélisation informatique pour prédire les effets de nouvelles interventions, avertissant qu’"aucun modèle, quelle que soit la précision de ses hypothèses épidémiologiques, ne peut éclairer ou prédire les effets secondaires et tertiaires de mesures d’atténuation de maladies particulières".

En outre, "si des mesures particulières sont appliquées pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, les effets à long terme ou cumulatifs de second et troisième ordre pourraient être dévastateurs sur le plan social et économique".

Concernant les quarantaines forcées de grandes populations, les auteurs ont noté : « Il n’y a pas d’observations historiques ou d’études scientifiques qui soutiennent le confinement par quarantaine de groupes de personnes potentiellement infectées », et ils ont conclu,

« Les conséquences négatives d’une quarantaine à grande échelle sont si extrêmes (confinement forcé des personnes malades avec les bien-portants; restriction complète des mouvements de grandes populations; difficulté à faire parvenir des fournitures essentielles, des médicaments et de la nourriture aux personnes à l’intérieur de la zone de quarantaine) que cette mesure d’atténuation devrait être éliminée de tout examen sérieux. »

De même, ils ont constaté que « les restrictions de voyage, telles que la fermeture des aéroports et le contrôle des voyageurs aux frontières, ont toujours été inefficaces ». Ils ont fait valoir que la distanciation sociale était également peu pratique et inefficace.

Les auteurs ont noté que lors des précédentes épidémies de grippe, de grands événements publics étaient parfois annulés; cependant, ils n’ont trouvé aucune preuve "que ces actions aient eu un effet définitif sur la gravité ou la durée d’une épidémie", et ils soutiennent que "la fermeture de théâtres, de restaurants, de centres commerciaux, de grands magasins et de bars... aurait des conséquences gravement perturbatrices". L’examen a présenté des preuves claires que les fermetures d’écoles s’avéreraient inefficaces et extrêmement préjudiciables. Ils n’ont également trouvé aucune preuve de l’utilité des masques en dehors du cadre hospitalier.

Henderson et ses collègues ont conclu leur examen avec ce principe primordial de bonne santé publique : « L’expérience a montré que les communautés confrontées à des épidémies ou à d’autres événements indésirables réagissent mieux et avec le moins d’anxiété lorsque le fonctionnement social normal de la communauté est le moins perturbé. »

Inutile de dire que nous n’avons tenu compte d’aucun de ces conseils en mars 2020. Nous avons plutôt avancé avec les confinements, les masques, la distanciation sociale et le reste. Face au COVID, nous avons rejeté les principes éprouvés de santé publique et adopté à la place le modèle de biosécurité non testé. Nous vivons maintenant au lendemain de ce choix.


https://www.lifesitenews.com/opinion/strict-pandemic-measures-were-already-debunked-years-ago-so-why-did-we-use-them-for-covid/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire