Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

vendredi 22 juillet 2022

L’appât et l’attrape - vers un contrôle global

 

Où veut-on nous mener ? Nous venons de vivre une accélération du temps et de l'histoire à une vitesse énorme. La société a été soumise à un contrôle qui tend vers le totalitarisme. L'auteur de cet article en trace quelques étapes. C'est à faire froid dans le dos ...

par Jon Rappoport

19 juillet 2022

 

"L’une des nouvelles réalités est l’interconnectivité mondiale et le fait que tous les défis doivent être abordés sur la base de l’"ensemble". Ainsi, le facteur le plus crucial pour accepter cette nouvelle réalité et affronter ses opportunités et ses risques est notre volonté de développer des normes partagées à tous les niveaux." (Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial)

La citation ci-dessus est un aperçu de l’appât et de l’attrape.

Tout d’abord, au début de 2020, il y a eu un récit, une histoire de virus, et la vente de cette histoire, et la vente de toutes les restrictions (ruineuses) qui devraient être mises en place, afin de "freiner la propagation."

Puis vint ce que l’on pourrait appeler le "langage de transition" :

Pour être prêts à faire face à la prochaine pandémie, nous avons besoin d’une alerte précoce, à l’échelle mondiale; et cela implique un niveau de coopération beaucoup plus élevé entre les nations.

Vous le connaissez, ce genre de discours.

Cela inclut : Nous devons être en mesure d’identifier les porteurs humains d’un virus avant qu’ils ne développent des symptômes, car ils répandent silencieusement un tueur.

Cela inclut : Ces pandémies ne vont jamais s’arrêter. Avec les voyages internationaux massifs, le transport de marchandises au-delà des frontières nationales, avec les virus mortels qui s’échappent des forêts tropicales... nous devons créer une société mondiale PERMANENTE, avec des contrôles appropriés, qui puisse résister et survivre à l’assaut de ces germes dévastateurs.

Langage de transition.

De l’appât (une histoire de virus), l’arnaque passe à l’attrape (une grille de contrôle mondiale permanente).

Y a-t-il une sorte d’image de ce à quoi ressemblera la grille de contrôle ? Une esquisse peut-être ?

Oui, il y en a une.

Nous devons nous tourner vers la nation qui a reçu le plus d’éloges pour sa gestion de la "crise de la pandémie". Des éloges de la part de l’élite mondiale comme l’Organisation mondiale de la santé, l’ONU et Bill Gates.

Bien sûr, je parle de la Chine.

La Chine est le modèle de l’élite. Elle a confiné 50 millions de citoyens du jour au lendemain, au début de 2020. Et elle recommence.

Mais il y a plus.

Beaucoup plus.

J’attire votre attention sur un article étonnant de The Atlantic. "Le Panopticon est déjà là" (septembre 2020), par Ross Andersen.

Voici des extraits significatifs :

"L’intelligence artificielle a des applications dans presque tous les domaines humains, de la traduction instantanée du langage parlé jusqu’à la détection précoce des épidémies virales. Mais Xi [Xi Jinping, président de la Chine] veut également utiliser les formidables pouvoirs analytiques de l’IA pour pousser la Chine à la pointe de la surveillance. Il veut construire un système numérique de contrôle social omniprésent, patrouillé par des algorithmes de reconnaissance rapide qui identifient les dissidents potentiels en temps réel."

"La Chine dispose déjà de centaines de millions de caméras de surveillance. Le gouvernement de Xi espère bientôt parvenir à une couverture vidéo complète des principaux lieux publics. Une grande partie des images recueillies par les caméras chinoises est analysée par des algorithmes pour détecter des menaces de sécurité d’un type ou d’un autre. Dans un avenir proche, chaque personne qui pénètre dans un espace public pourrait être identifiée, instantanément, par l’IA qui la met en correspondance avec un océan de données personnelles, y compris toutes ses communications textuelles et le schéma unique de construction des protéines de son corps. À terme, les algorithmes seront capables d’assembler des points de données provenant d’un large éventail de sources – dossiers de voyage, amis et associés, habitudes de lecture, achats – pour prédire la résistance politique avant qu’elle ne se produise. Le gouvernement chinois pourrait bientôt obtenir une emprise politique sans précédent sur plus d’un milliard de personnes."

"La Chine développe déjà de nouveaux outils de surveillance puissants et les exporte vers des dizaines d’autocraties actuelles et potentielles dans le monde. Au cours des prochaines années, ces technologies seront affinées et intégrées dans des systèmes de surveillance complets que les dictateurs pourront brancher et utiliser."

"Le gouvernement chinois pourrait récolter les images de produits chinois équivalents. Ils pourraient exploiter les caméras fixées sur les voitures de covoiturage, ou les véhicules à conduite autonome qui pourraient bientôt les remplacer : Les véhicules automatisés seront équipés de toute une série de capteurs, dont certains recueilleront des informations bien plus riches que les vidéos en 2D. Les données provenant d’une flotte massive de ces véhicules pourraient être assemblées et complétées par d’autres flux du Cerveau urbain [City Brain, Alibaba], afin de produire un modèle tridimensionnel de la ville, mis à jour seconde par seconde. Chaque rafraîchissement pourrait enregistrer la localisation de chaque humain dans le modèle. Un tel système ferait des visages non identifiés une priorité, peut-être en envoyant des essaims de drones pour obtenir une identification positive."

"Un État autoritaire disposant d’une puissance de traitement suffisante pourrait obliger les fabricants de ces logiciels à alimenter une base de données gouvernementale avec chaque bip de l’activité neuronale d’un citoyen. La Chine a récemment poussé les citoyens à télécharger et à utiliser une application de propagande. Le gouvernement pourrait utiliser un logiciel de suivi des émotions pour surveiller les réactions à un stimulus politique dans une application. Une réponse silencieuse et réprimée à un mème ou à un extrait d’un discours de Xi serait un point de données significatif pour un algorithme de reconnaissance rapide."

"Tous ces flux synchronisés de données sur le terrain pourraient être complétés par des images provenant de drones, dont les caméras gigapixels peuvent enregistrer des paysages urbains entiers avec le genre de détails cristallins qui permettent de lire les plaques d’immatriculation et de reconnaître la démarche. Des drones "oiseaux-espions" tournent déjà au-dessus des villes chinoises, déguisés en colombes. Les informations fournies par City Brain pourraient être synthétisées avec des données provenant de systèmes installés dans d’autres zones urbaines, afin de constituer un compte rendu multidimensionnel et en temps réel de la quasi-totalité de l’activité humaine en Chine. Les fermes de serveurs à travers la Chine seront bientôt capables de contenir de multiples angles de séquences haute définition de chaque moment de la vie de chaque Chinois."

"Le gouvernement pourrait bientôt disposer d’un profil de données riche et auto-remplissant pour l’ensemble de ses plus d’un milliard de citoyens. Chaque profil comprendrait des millions de points de données, y compris chaque apparition de la personne dans l’espace surveillé, ainsi que toutes ses communications et ses achats. Son risque de menace pour le pouvoir du parti pourrait être constamment mis à jour en temps réel, avec un score plus granulaire que ceux utilisés dans les programmes pilotes de "crédit social" de la Chine, qui visent déjà à donner à chaque citoyen un score de réputation sociale publique basé sur des éléments tels que les connexions aux médias sociaux et les habitudes d’achat. Les algorithmes pourraient surveiller son score numérique, ainsi que celui de tous les autres, en permanence, sans jamais ressentir la fatigue qui frappe les agents de la Stasi travaillant en fin de journée. Les faux positifs, c’est-à-dire le fait de considérer quelqu’un comme une menace pour un comportement inoffensif, seraient encouragés, afin de renforcer les effets refroidissants intégrés du système, de sorte qu’elle tournerait ses yeux aiguisés sur son propre comportement, pour éviter la moindre apparence de dissidence."

"Si son facteur de risque fluctuait à la hausse – que ce soit en raison d’un schéma suspect dans ses déplacements, de ses associations sociales, de l’attention insuffisante qu’elle porte à une application de consommation de propagande, ou d’une corrélation connue uniquement de l’IA – un système purement automatisé pourrait limiter ses déplacements. Il pourrait l’empêcher d’acheter des billets d’avion ou de train. Il pourrait lui interdire le passage aux points de contrôle. Il pourrait réquisitionner à distance les ‘serrures intelligentes’ dans les espaces publics ou privés, pour la confiner jusqu’à l’arrivée des forces de sécurité."

"Chaque fois que le visage d’une personne est reconnu, que sa voix est enregistrée ou que ses messages texte sont interceptés, ces informations pourraient être rattachées, instantanément, à son numéro d’identification gouvernemental, à ses dossiers de police, à ses déclarations d’impôts, à ses déclarations de propriété et à son historique d’emploi. Elles pourraient être recoupées avec son dossier médical et son ADN, dont la police chinoise se vante de posséder la plus grande collection au monde."

La Chine exporte-t-elle cette technologie de grille de contrôle ?

"Le pays [la Chine] est désormais le premier vendeur mondial d’équipements de surveillance alimentés par l’IA. En Malaisie, le gouvernement travaille avec Yitu, une start-up chinoise spécialisée dans l’IA, pour apporter une technologie de reconnaissance faciale à la police de Kuala Lumpur, en complément de la plateforme City Brain d’Alibaba. Des entreprises chinoises ont également soumissionné pour équiper chacun des 110.000 lampadaires de Singapour de caméras de reconnaissance faciale."

"En Asie du Sud, le gouvernement chinois a fourni des équipements de surveillance au Sri Lanka. Sur l’ancienne route de la soie, l’entreprise chinoise Dahua tapisse les rues de la capitale mongole de caméras de surveillance assistées par l’IA. Plus à l’ouest, en Serbie, Huawei participe à la mise en place d’un ‘système de ville sûre’, avec des caméras de reconnaissance faciale et des patrouilles conjointes menées par les polices serbe et chinoise, afin d’aider les touristes chinois à se sentir en sécurité."

"Au début des années 80, le géant chinois des télécommunications ZTE a vendu à l’Éthiopie un réseau sans fil doté d’une porte dérobée pour le gouvernement. Plus tard, lors d’une campagne de répression, des dissidents ont été arrêtés pour subir des interrogatoires brutaux, au cours desquels on leur faisait écouter des enregistrements de leurs appels téléphoniques récents. Aujourd’hui, le Kenya, l’Ouganda et l’île Maurice équipent les grandes villes de réseaux de surveillance fabriqués en Chine."

"En Égypte, des promoteurs chinois cherchent à financer la construction d’une nouvelle capitale. Elle devrait fonctionner sur une plateforme de ‘ville intelligente’ similaire à City Brain, bien que le nom du fournisseur n’ait pas encore été communiqué. En Afrique australe, la Zambie a accepté d’acheter pour plus d’un milliard de dollars d’équipements de télécommunications à la Chine, y compris des technologies de surveillance de l’internet. Le chinois Hikvision, le plus grand fabricant mondial de caméras de surveillance dotées de l’IA, a un bureau à Johannesburg."

"En 2018, CloudWalk Technology, une start-up de Guangzhou issue de l’Académie des sciences chinoise, a signé un accord avec le gouvernement zimbabwéen pour mettre en place un réseau de surveillance. Selon ses termes, Harare doit envoyer des images de ses habitants – un riche ensemble de données, étant donné que le Zimbabwe a absorbé les flux migratoires de toute l’Afrique subsaharienne – aux bureaux chinois de CloudWalk, ce qui permet à l’entreprise d’affiner la capacité de son logiciel à reconnaître les visages à la peau foncée, qui s’avéraient auparavant délicats pour ses algorithmes."

"Après avoir établi des têtes de pont en Asie, en Europe et en Afrique, les entreprises chinoises spécialisées dans l’IA poussent maintenant en Amérique latine, une région que le gouvernement chinois décrit comme un ‘intérêt économique central’. La Chine a financé l’achat par l’Équateur d’un système de caméras de surveillance pour un montant de 240 millions de dollars. La Bolivie a également acheté des équipements de surveillance grâce à un prêt de Pékin. Le Venezuela a récemment lancé un nouveau système de carte d’identité nationale qui enregistre les affiliations politiques des citoyens dans une base de données construite par ZTE..."

On pourrait appeler tout cela le confinement, phase 2. Mais bien sûr, c’est beaucoup plus. C’est conçu pour être permanent.

C’est une grille de contrôle, l’attrape dans l’appât et l’attrape.

En fin de compte, à long terme, nous avons affaire à l’attrape, et non à l’appât.

J’ajouterai quelques caractéristiques au "plan chinois". Sous le couvert du changement climatique et de la "limitation du CO2", la production mondiale d’énergie serait considérablement réduite. Au niveau individuel, cela se traduirait par des quotas d’utilisation de l’énergie. Strictement appliqués.

"M. Jones, c’est votre assistant téléphonique. Vous approchez de la limite de votre consommation d’énergie pour le mois. Je ne veux pas vous voir encourir de pénalités. Par exemple, votre allocation de revenu universel garanti pourrait être réduite. Donc pour les 10 prochains jours, je vais éteindre certains de vos appareils. N’utilisez votre ordinateur qu’entre 2 et 4 heures du matin. Ne conduisez pas. Ne cuisinez pas. Le chauffage de votre appartement sera coupé entre minuit et 6h du matin. N’oubliez pas que ces mesures sont prises pour limiter les effets du changement climatique. Nous devons tous faire notre part..."

Ensuite, il y a la technologie 5G, qui permet l’Internet des objets (IoT). Toutes sortes de produits, des couches aux barres de chocolat, contiendront des étiquettes afin que ces articles puissent communiquer entre eux et réguler vos habitudes de consommation et d’achat.

Mais le véritable enjeu est celui d’un contrôle accru. Par exemple, la régulation d’en haut des voitures sans conducteur sur les routes et autoroutes; le choix momentané des itinéraires et des modèles de circulation pour une ville entière. La possibilité d’arrêter toutes les voitures dans une ville, ou de les faire sortir des routes dans une "zone à problème".

Comme vous porteriez un certain nombre d’articles dotés de leurs propres petits ordinateurs, les forces de l’ordre pourraient calculer et décider, à tout moment, qu’il y a trop de monde dans un parc. Ces personnes "pourraient constituer une menace". Donc un ordre est donné pour vider le parc.

Dans cet article, je n’aborde pas la modification génétique des humains, les interfaces cerveau-ordinateur ou le contrôle médical du corps par l’insertion de nanocapteurs.

Laissez-moi vous redonner cette citation de Klaus Schwab. Vous l’avez lue au début de cet article. Lisez-la encore une fois et donnez-lui son véritable sens :

"L’une des nouvelles réalités est l’interconnectivité mondiale et le fait que tous les défis doivent être relevés sur la base de l’unité. Ainsi, le facteur le plus crucial pour accepter la nouvelle réalité et affronter ses opportunités et ses risques est notre volonté de développer des normes partagées à tous les niveaux."

Il s’agit d’une guerre de dix mille ans appelée "Liberté contre esclavage".

Que cela nous plaise ou non, nous y sommes impliqués jusqu’au cou.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://blog.nomorefakenews.com/2022/07/19/from-covid-to-global-control-bait-and-switch/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire