Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

vendredi 21 octobre 2022

La régression de l’humanité

 


La régression de l’humanité
ou comment Big Pharma est prêt à prendre tous les risques

 

Analyse par Dr. Joseph Mercola

Le 21 Octobre 2022

 

Dès qu’il a été annoncé que le COVID-19 serait combattu à l’aide d’une nouvelle technologie de transfert de gènes par ARNm, un certain nombre de scientifiques se sont prononcés contre ce produit en lançant de terribles avertissements sur les ramifications potentielles pour la santé, y compris la théorie selon laquelle la fertilité pourrait être affectée.

Au cours des deux années qui ont suivi le lancement de ces injections COVID, nos pires craintes se sont réalisées. Pourtant, les médias grand public feignent la surprise. Un exemple concret : Le Washington Post a récemment rapporté que "les complications liées à la grossesse ont augmenté pendant la pandémie" et que "personne ne sait exactement pourquoi "1.

En dehors du COVID-19 lui-même, les injections COVID sont la seule chose qui a touché une grande majorité de la population mondiale pendant cette période, et partout les mêmes effets sont rapportés. Prétendre que "personne ne sait pourquoi" revient à ignorer le proverbial éléphant dans la pièce, alors que sa queue vous frappe au visage et que le son de sa trompette menace de vous briser les tympans.

Le virus et les vaccins peuvent avoir des effets similaires sur la grossesse

Le Washington Post semble faire tout son possible pour ne pas mettre en cause les vaccins COVID, rejetant toute la responsabilité sur le virus lui-même. Mais même dans ce cas, il n’aborde pas le fait que c’est la protéine spike qui est le coupable le plus probable. La raison évidente en est que la protéine spike est également ce que votre corps produit en réponse aux injections COVID.

Cependant, quand on lit des choses comme "l’automne et l’hiver derniers, Amy Heerema McKenney, pathologiste à la Cleveland Clinic ... a commencé à recevoir des rapports étrangement similaires de mortinaissances", on se rend compte que "l’automne et l’hiver derniers" font référence à l’hiver 2021, pas à 2020 ou 2019.

En d’autres termes, nous parlons d’une époque où la plupart des gens avaient reçu une ou plusieurs injections ARNm, tandis que le virus lui-même avait muté dans des formes plus légères qui étaient rarement associées à de graves problèmes de coagulation sanguine et à d’autres anomalies.

Cela dit, il n’est absolument pas impossible que le SRAS-CoV-2, même dans ses formes les plus légères, ait un impact négatif sur la grossesse. Après tout, il s’agit probablement d’une arme biologique génétiquement modifiée.

Les effets respiratoires peuvent avoir muté pour devenir moins graves, tandis que d’autres organes peuvent encore être affectés par la protéine de pointe. Il faut également tenir compte de la question de l’excrétion (shedding). Ce n’est pas parce qu’une femme n’a pas été vaccinée qu’elle n’est pas affectée par la protéine de pointe de l’injection COVID.

Des dommages uniques au placenta

Le Washington Post poursuit en décrivant ce que McKenney a découvert au cours de l’hiver 2021 :

"Heerema McKenney se souvient que, dès qu’elle a commencé à se pencher sur la question [des mortinaissances], elle a été ‘assez paniquée’. Un placenta normal est spongieux et sombre, reflétant le sang nourricier qui le traverse. Les placentas des mères qui ont perdu leur bébé qu’elle a examinés dans son laboratoire ne ressemblaient à rien de ce qu’elle avait vu auparavant : fermes, cicatrisés et plutôt bronzés.

Le degré de dévastation était unique", dit-elle. En feuilletant les dossiers, elle a remarqué que la plupart des femmes en étaient à leur deuxième trimestre, qu’elles n’étaient pas ou peu vaccinées et qu’elles avaient été infectées par le coronavirus dans les deux semaines précédant la fin de leur grossesse.

Heerema McKenney a elle-même observé moins de 20 cas de mortinatalité potentiellement liés au coronavirus sur une période d’environ six mois. Mais ces résultats correspondent aux cas que ses collègues ont observés dans d’autres parties du monde.

Elles font également écho à celles d’un article irlandais qui a examiné sept cas – six mort-nés et un décès fœtal au deuxième trimestre chez des femmes enceintes infectées par le coronavirus – résultant de ce que les auteurs ont appelé "un modèle facilement reconnaissable de lésion placentaire". Elle a déclaré : "C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que nous regardions tous la même chose".

Alors que McKenney affirme que la plupart des mères n’étaient pas vaccinés ou l’ont été partiellement, d’autres preuves impliquent clairement les vaccins COVID. Par exemple, en novembre 2021, le Lions Gate Hospital de North Vancouver, en Colombie-Britannique (C.-B.), a mis au monde un nombre étonnant de 13 bébés mort-nés en l’espace de 24 heures, et toutes les mères avaient reçu le vaccin COVID.2 Au cours d’un mois normal, il peut y avoir un bébé mort-né à l’hôpital, ce qui rend 13 mort-nés en 24 heures très inhabituels.

Les types de complications de la grossesse sont en augmentation

Les statistiques mondiales montrent clairement que quelque chose ne va pas du tout. Partout dans le monde, des femmes signalent des menstruations anormales3 et des hémorragies vaginales4, à la fois après la vaccination COVID5 et après une exposition au vaccin6,7 ou à quelqu’un qui l’a reçu. Les taux de natalité ont chuté de manière significative, et nous constatons des hausses importantes de prééclampsie8, de fausses couches9,10,11,12,13, de naissances prématurées14, de puberté précoce, ainsi que de décès maternels et infantiles.

Selon une lettre de recherche15 parue dans le JAMA fin juin 2022, les décès maternels aux États-Unis sont passés de 18,8 pour 100.000 naissances vivantes en période prépandémique à 25,1 pour 100.000 naissances vivantes au cours des deuxième, troisième et quatrième trimestres de 2020, soit une augmentation relative de 33,3%.

Cette augmentation peut être attribuée au COVID-19, car aucune injection COVID n’était disponible en 2020. Nous n’avons pas encore les statistiques pour 2021 et 2022, mais d’après les avis de décès et les messages sur les médias sociaux, il semble que de nombreuses nouvelles mères meurent maintenant "soudainement" et sans raison apparente. Le temps nous le dira, mais je doute que la tendance se soit améliorée après le lancement des vaccins COVID pour les femmes enceintes.

Davantage de vaccins pour les femmes enceintes

Malgré les risques évidents de la vaccination pendant la grossesse, la Food and Drug Administration américaine a récemment approuvé un vaccin contre la coqueluche destiné aux nouveau-nés et administré aux mères au cours du troisième trimestre. Il s’agit du premier vaccin destiné aux nourrissons qui doit être administré à titre préventif à la mère pendant la grossesse. Selon le Pharmacy Times16 :

"Étant donné que les enfants âgés de 2 mois ou moins ne sont pas éligibles pour recevoir eux-mêmes un véritable vaccin, l’administration du vaccin Tdap à la mère peut renforcer le système immunitaire du nourrisson en stimulant les anticorps chez la mère, qui transfère ensuite les anticorps au fœtus en développement....

Selon le CDC, bien que seulement 4,2% des cas américains se produisent dans ce groupe d’âge, 31% des nourrissons qui contractent la maladie et qui ont également moins de 6 mois vont à l’hôpital en raison de la maladie."

Un journaliste suédois critique les reportages américains

Dans un commentaire publié début octobre 2022 dans le journal suédois Sydsvenskan17,18, le journaliste et auteur Johan Anderberg s’est dit perplexe face à l’annonce jubilatoire faite par le New York Times l’été dernier, selon laquelle les tout-petits pouvaient enfin recevoir le vaccin COVID.

"Pour un lecteur de l’autre côté de l’Atlantique, le reportage sur la vaccination des nourrissons est apparu quelque peu déroutant", écrit Anderberg. "Dans la plupart des pays européens, les citoyens avaient depuis longtemps cessé de se préoccuper de la pandémie, et au Danemark, le responsable de la santé publique, Soren Brostrom, avait même déclaré que c’était une erreur de vacciner les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Mais pour le New York Times – et ses abonnés – c’était un événement important. Lorsque le magazine a demandé à ses lecteurs d’envoyer des récits sur ce que c’était que de vivre avec des tout-petits non vaccinés, il a reçu 1600 réponses. Plusieurs d’entre eux ont déclaré que leurs enfants n’avaient jamais été autorisés à jouer avec leurs amis ou à rencontrer leurs proches à l’intérieur.

À la fin de l’été, les premiers chiffres sont sortis sur le nombre d’Américains qui avaient effectivement vacciné leurs tout-petits au cours du premier mois. Il s’est avéré que moins de 5% des enfants américains de moins de 5 ans avaient reçu leur première injection.

Il n’y a pas si longtemps, ce genre de chiffres aurait fait réfléchir un journal comme le New York Times : Avons-nous une image incorrecte de l’état d’esprit du pays ? ... Y avait-il un point de vue sur la question qui nous a échappé ? Mais cela ne fonctionne plus de cette manière".

Il poursuit en décrivant comment le New York Times est passé de "toutes les nouvelles qui peuvent être imprimées" à une publication qui sélectionne ses articles sur la base d’un parti pris politique et d’un ordre du jour préconçu, et qui présente rarement plus d’un point de vue.

S’ils avaient fait preuve de plus de journalisme et de moins de partialité, ils ne se seraient pas autant trompés dans l’histoire de l’injection COVID pour les enfants. De nombreux Américains ont également "reçu une image manifestement erronée des risques liés au nouveau coronavirus à travers les reportages du New York Times", écrit M. Anderberg.

Les erreurs du New York Times se sont propagées aussi loin et aussi haut que la Cour suprême, où la juge Sonia Sotomayor a publiquement surestimé de 2000% le nombre d’infections graves par le COVID chez les enfants. Cette énorme gaffe est le résultat direct de la dépendance à l’égard de sources grand public dont l’objectif est de répandre la peur plutôt que la vérité.

Vaccins et armes biologiques : une seule et même industrie

Le fait que nous n’ayons plus de véritable presse indépendante est devenu douloureusement clair au cours des trois dernières années. Ce que nous avons à la place, ce sont des organes de propagande gouvernementale et des médias alternatifs censurés. Il n’y a pas grand-chose entre les deux.

Il est certain que les deux côtés d’une question sont rarement couverts par le même média. Les médias sont devenus incroyablement polarisés et, avec eux, la population dans son ensemble. Comme le note Anderberg, la presse grand public a joué un rôle clé dans cette polarisation, car elle a abandonné les règles du journalisme telles que la recherche et le reportage impartiaux et la présentation de plus d’un côté de chaque histoire.

La raison en est, semble-t-il, que les médias sont détenus et contrôlés par ceux qui profitent de la pandémie. En bref, si les médias refusent d’énoncer l’évidence, c’est parce que cette évidence ne cadre pas avec le discours selon lequel nous devons renoncer à notre liberté au nom de la biosécurité.

Mais la promesse de la biosécurité est elle-même un mensonge. Non seulement le SRAS-CoV-2 est une arme biologique, mais le vaccin COVID l’est également. Lorsque les gens réaliseront que l’industrie des vaccins et l’industrie des armes biologiques sont devenues une seule et même chose, la vue d’ensemble deviendra plus claire.

Les vaccins COVID sont des armes de destruction massive

Ces vaccins peuvent avoir de nombreux objectifs, mais aucun d’entre eux n’est de protéger votre santé. Elles peuvent faire partie d’un programme de dépeuplement. Elles peuvent faire partie d’une expérience en cours visant à perfectionner un aspect de l’objectif transhumaniste de fusionner l’homme avec l’IA et la biologie synthétique. Ils peuvent avoir un but d’ingénierie sociale. Ils font sans aucun doute partie de l’effort de prise de contrôle mondial par la cabale du Nouvel Ordre Mondial/Great Reset.

Mais ils ne font pas partie d’un programme de santé publique bienveillant. Si c’était le cas, l’alliance entre les entreprises et le gouvernement n’aurait pas dépensé des milliards pour d’abord attirer et soudoyer les gens pour qu’ils se fassent vacciner (vous vous souvenez de ces loteries à un million de dollars ? [aux USA]), et ensuite pour faire honte, intimider et menacer de mettre au ban de la société ou carrément tuer les personnes non vaccinées.

Si le COVID-19 était un virus naturel, les scientifiques, les médias, Big Tech et le chef des armes biologiques, le Dr Anthony Fauci, n’auraient pas fait des pieds et des mains pour supprimer et censurer le débat sur son origine.

De même, si les injections COVID constituaient une intervention nouvelle mais bénéfique pour une crise sanitaire sans précédent, la contribution et les commentaires des scientifiques du monde entier auraient été accueillis favorablement plutôt que censurés. (Idem pour les commentaires des médecins sur les traitements efficaces. Si l’objectif était de sauver des vies, toutes les suggestions auraient été les bienvenues).

La raison pour laquelle personne, quelles que soient ses qualifications, n’est autorisé à parler des dangers de ces vaccins est qu’ils sont censés être dangereux. Ce sont des armes biologiques. L’état d’esprit de ceux qui poussent pour un monde transhumaniste post-humain peut être complexe (si ce n’est incompréhensible), mais la stratégie pour atteindre leurs fins désirées est aussi simple que cela.

L’humanité est en train de régresser vers le néant.

L’humanité est en train d’être décimée non pas par une mais par plusieurs armes biologiques différentes – le virus originel et un flux constant d’injections d’influence génétique en constante évolution. Au cours de ce processus, les survivants de la prochaine génération, les enfants qui naissent et grandissent à cette époque, sont privés d’intelligence, de santé et de durée de vie.

L’humanité est littéralement en train de régresser. Le complexe Big Pharma-biotech-bioweapons risque tout, l’avenir même de l’humanité, dans cet effort pour "réinitialiser" le monde et le façonner à leur goût et à leur avantage.

Beaucoup s’inquiètent d’une troisième guerre mondiale nucléaire entre les nations mais, en réalité, la troisième guerre mondiale a déjà commencé. L’industrie pharmaceutique et des armes biologiques, centrée sur les transhumanistes, a passé les deux dernières années à décimer son ennemi – l’humanité – en utilisant les outils de guerre biologique et d’ingénierie sociale les plus sophistiqués que le monde ait jamais vus.

Apprenez à dire non

La première défense que nous avons contre ces attaques est le mot "non". Si un nombre suffisant d’entre nous rejette tout simplement ce qu’ils vont nous proposer et travaille à la construction de nos propres systèmes parallèles, nous pourrons préserver la vie et la liberté pour les générations futures.

La cabale mondialiste utilise des armes biologiques, mais nous pouvons refuser de les prendre. Ils utilisent une ingénierie sociale sophistiquée, mais nous pouvons nous éduquer sur leurs tactiques, nous isolant ainsi de leur programmation. Ils détruisent l’infrastructure dont nous dépendons pour vivre, y compris le système financier, le système de santé et le système alimentaire, mais nous pouvons les remplacer par des alternatives éthiques et pro-humaines.

Nous ne sommes pas obligés d’accepter leurs "solutions", qui sont en train d’arriver et qui incluront la vie dans des villes intelligentes avec des identités numériques, un score de crédit social, une surveillance jusqu’à vos processus biologiques et une monnaie numérique de banque centrale programmable (CBDC) Tout cela vous transformera en esclave du 21ème siècle avec un collier numérique autour du cou. Éviter ce destin ne sera pas facile. Ce ne sera certainement pas commode. Mais cela en vaudra la peine.

 

Sources et Références

 

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2022/10/21/covid-vaccines-bioweapons.aspx?ui=898ebc824befc32904d171674130ea6a49b98fed5d3c81fa82874de03de7d918&sd=20220525&cid_source=dnl&cid_medium=email&cid_content=art1ReadMore&cid=20221021_HL2&cid=DM1264270&bid=1625422939

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire