Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

jeudi 24 novembre 2022

L'art de mentir

 Dans un article au titre de ‘Comment tromper la plupart des gens et empocher 101,3 milliard de dollars’  [il s’agit des gains de Pfizer pour 2022], le docteur Joseph Mercola cite une étude extrêmement intéressante. Voici cette partie de son article.

 L’art de mentir en grand

Dans un article paru le 4 novembre 2022, le Dr David Bell, médecin clinicien et spécialiste de la santé publique, discute de l’art - et du prix - du mensonge, notant que plus un mensonge est éloigné de la réalité, plus il a de chances de réussir, grâce aux bizarreries de la nature humaine et de la psychologie normale :

"Dans une ancienne fonction, j’avais un patron qui mentait beaucoup. Ses mensonges étaient purement fantaisistes, mais d’une portée considérable et prononcés avec sincérité. Ils avaient beaucoup de succès.

Ce succès reposait sur la réticence de la plupart des gens à considérer qu’une personne en position d’autorité dans une organisation humanitaire puisse ignorer complètement tout semblant de réalité. Les gens supposent que les affirmations devaient être vraies, car fabriquer des informations à ce point dans ces circonstances semblait défier toute logique.

Le principe des "Mensonges énormes" repose sur le fait que les mensonges sont si éloignés de la réalité que l’auditeur suppose que sa propre perception doit être erronée, plutôt que de douter des affirmations de la personne qui raconte les mensonges. Seule une personne folle ou ridicule pourrait faire des affirmations aussi farfelues, et une institution crédible n’emploierait pas une telle personne.

Par conséquent, étant donné que l’institution est apparemment crédible, les déclarations doivent également être crédibles, et la perception préalable de la réalité par l’auditeur était donc erronée. Les mensonges de moindre importance, en revanche, sont susceptibles d’être perçus comme suffisamment proches de la réalité connue pour être manifestement faux. Inventer la vérité peut être plus efficace que la déformer".

Je crois que c’est précisément la stratégie employée par Big Pharma, les agences de santé, les responsables gouvernementaux et le bras propagandiste de l’État profond au cours des trois dernières années. Leurs affirmations ont été si éloignées de tout semblant de réalité que toute personne consciente des faits s’est sentie plus qu’un peu folle.

Malheureusement, si la plupart des humains ont une boussole morale et éthique, peu d’entre eux finissent par la suivre lorsqu’ils sont confrontés à des psychopathes en position d’autorité et à la pression des pairs pour se conformer. Comme l’a noté Bell, les bons joueurs d’équipe finissent presque toujours par soutenir les faux récits, et ceux qui refusent d’accepter ce qui est clairement un mensonge ont tendance à ne représenter qu’une infime minorité.

Le profit par la tromperie

Pendant des décennies, les soins de santé centrés sur le patient ont été la norme, et les patients avaient non seulement le droit, mais aussi le devoir, de participer à la planification et à la mise en œuvre de leurs soins. Cela a été consacré par la Déclaration d’Alma Ata de 1978 - une déclaration adoptée par l’Organisation mondiale de la santé "comme la clé pour atteindre un niveau de santé acceptable dans le monde entier".

Cependant, comme l’a fait remarquer Bell, les soins de santé centralisés du haut vers le bas sont beaucoup plus attrayants pour les investisseurs de Big Pharma. Le principal obstacle à la ‘corporatisation’ et à la monétisation de la santé publique était la vérité, et cet obstacle a finalement (et formidablement) été surmonté pendant la pandémie de COVID. Bell explique :

"Le COVID-19 a prouvé que même cet obstacle au progrès peut être éliminé par un mensonge constant et la diffamation de ceux qui disent la vérité, soutenus par une campagne de psychologie comportementale bien gérée.

Cette réponse à la pandémie a fourni un modèle non seulement pour une augmentation considérable des revenus des entreprises, mais aussi pour la sécurité de l’emploi et l’expansion des opportunités pour l’armée de bureaucrates et de professionnels de la santé, pour la plupart occidentaux, qui remplissent les bureaux, les salles de réunion et les sièges de la classe affaires de ses organisations d’exécution. Le COVID-19 a rendu le colonialisme d’entreprise à nouveau respectable.

À première vue, le COVID-19 semble être un mauvais choix de maladie pour faciliter une réinitialisation sociétale fondamentale.

La mort est fortement concentrée dans la vieillesse... Les cas graves sont généralement limités aux personnes dont l’espérance de vie est déjà réduite par des maladies métaboliques... Les pays qui n’ont pas mis en œuvre des mesures de restriction et d’appauvrissement de leur population ... ont eu des résultats COVID-19 similaires à ceux qui ont opté pour des mesures de confinement et autres pièges du fascisme médical.

Le nombre moyen d’admissions dans les hôpitaux au Royaume-Uni et aux États-Unis a diminué pendant la pandémie, ce qui n’est pas ce que le public attend lorsqu’un agent pathogène fait des ravages. Les confinements ont dévasté les économies ... Les vaccins COVID n’ont pas non plus été utiles, car les taux de vaccination élevés n’ont pas eu d’impact notable sur l’infection et la transmission...

Ainsi, le COVID-19 a fourni un ensemble de faits difficiles à traiter, mais c’est justement la situation dans laquelle les Mensonges énormes peuvent fonctionner. Ces mensonges étaient nécessaires à la fois pour tromper le public et pour fournir une structure au sein de laquelle les professionnels de la santé pourraient mettre en œuvre la politique.

En jouant principalement sur la peur, en dissociant les données de leur contexte et en diffusant de fausses informations à grande échelle et de manière incessante, un tout nouveau système de croyance a été construit dans le domaine de la santé publique pour remplacer l’orthodoxie fondée sur des preuves des années précédentes.

La réalité a été remplacée par un dogme si éloigné de toute base factuelle qu’il est plus facile de suivre la propagande que de faire face à la dissonance qui en résulterait autrement."

Les nouveaux dogmes fondés sur des fantasmes

Les nouvelles croyances fantaisistes que les travailleurs de la santé, les patients, les chercheurs, les universitaires et les employés de la santé publique sont maintenant forcés d’adopter sont notamment les suivantes, citées dans l’article de Bell :

-      La charge de morbidité doit être mesurée en termes de mortalité brute, et non en termes d’années de vie perdues. Ainsi, une personne de 85 ans qui meurt d’un virus respiratoire équivaut à un enfant de 5 ans qui meurt du paludisme en termes de charge et d’urgence ;

-      Les préjudices à moyen et long terme dus à la pauvreté et à la réduction de l’accès aux soins ne doivent pas être pris en compte lors de l’évaluation de la valeur d’une intervention. Un effet modélisé sur l’agent pathogène cible est la seule mesure pertinente ;

-      Il est approprié de désinformer le public sur le risque lié à l’âge et la charge de morbidité relative et préférable d’instiller la peur afin d’obtenir la conformité aux directives de santé publique ;

-      La croissance de la transmission virale dans une communauté suit une courbe exponentielle, plutôt qu’une décélération régulière (par exemple, une courbe de Gompertz) à mesure que la proportion de personnes rétablies (immunisées) s’accumule ;

-      Interdire aux élèves d’aller à l’école pendant un an protège les personnes âgées, tout en ne confinant pas la pauvreté générationnelle ;

-      Les masques en tissu et les masques chirurgicaux stoppent la transmission du virus par aérosol, et toutes les méta-analyses d’essais contrôlés randomisés (qui montrent un effet minime ou nul) doivent être ignorées ;

-      L’immunité post-infection aux virus respiratoires devrait être faible et de courte durée, alors que les vaccins contre une seule protéine virale produiront, on ne sait pas comment, une immunité beaucoup plus forte ;

-      L’immunité contre les virus est mieux mesurée par les concentrations d’anticorps que par la réponse des lymphocytes T ou les résultats cliniques ;

-      Le consentement éclairé à la vaccination ne devrait pas inclure d’informations sur les risques démontrés, car cela pourrait favoriser l’"hésitation vaccinale" ;

-      Il est approprié d’administrer pendant la grossesse une nouvelle classe de produits pharmaceutiques à base de gènes qui traverse le placenta sans aucune donnée sur les essais de grossesse, les études toxicologiques ou les résultats à long terme (chez quiconque) ;

-      Indépendamment de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui stipule que "dans toutes les décisions qui concernent les enfants ... l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale", il est approprié d’injecter à des enfants des médicaments pour lesquels il n’existe pas de données de sécurité à long terme afin de protéger les personnes âgées ;

-      Les pandémies sont de plus en plus fréquentes et mortelles, alors que l’histoire et les progrès de la médecine moderne indiquent tout le contraire.

Refuser les faux récits a de réelles conséquences

Comme Bell le fait remarquer à juste titre, ces nouvelles positions en matière de santé publique ne sont pas seulement légèrement incorrectes. Elles sont toutes "soit contraires à l’éthique, soit carrément absurdes et contredites par l’orthodoxie de la santé publique". En effet, la plupart d’entre elles constituent un double langage orwellien classique et sont à 180 degrés de la vérité.

Mais c’est cette rupture brutale avec la réalité factuelle qui fait qu’il est impossible de les remettre en question car, si vous le faites, vous remettez en cause "toute la hiérarchie actuelle de la santé publique", dit Bell.

Pour citer le Dr Anthony Fauci, ce n’est pas lui que vous attaquez lorsque vous remettez en question ses volte-face irrationnelles, c’est la science elle-même que vous remettez en question. Si vous remettez en question l’une de ces croyances fantaisistes, vous êtes désormais un négationniste de la science, et vous mettez en danger votre emploi et votre réputation. Malheureusement, ces risques ne sont pas imaginaires.

Pour s’en sortir, il suffit de refuser de mentir ou de couvrir les mensonges d’autrui… [La] vérité rattrapera, un jour, ceux qui ne le font pas... Il est de loin préférable de partir tôt et de vivre avec dignité. Dr David Bell

La punition pour avoir refusé ces faux récits est très réelle et très sévère. De nombreux médecins et scientifiques dont la réputation et les contributions à la santé publique sont irréprochables depuis des décennies se sont vus retirer leur licence médicale et ont perdu leur emploi pour s’être élevés contre les erreurs du COVID.

Alors, où allons-nous ? Comment mettre fin à cette folie et revenir à une santé publique basée sur la réalité ?

"Tout en faisant croître les finances de leur industrie, les professionnels de la santé publique se dégradent eux-mêmes et trahissent la société", écrit Bell. "La trahison, basée sur des mensonges incessants, est quelque chose pour laquelle ils devront inévitablement faire face à des conséquences ....

Finalement, même les adeptes les plus dévoués commenceront à s’interroger sur le sens de mettre un masque à la porte d’un restaurant pour l’enlever dix pas plus tard, ou de vacciner de vastes populations contre une maladie contre laquelle elles sont déjà immunisées alors qu’elles meurent d’autres maladies facilement évitables.

Le moyen de s’en sortir est simplement de refuser de mentir ou de couvrir les mensonges des autres.... [La] vérité rattrapera un jour ceux qui ne le font pas... Il est de loin préférable de partir tôt et de vivre dans la dignité."

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2022/11/22/pfizer-art-of-the-big-lie.aspx?ui=898ebc824befc32904d171674130ea6a49b98fed5d3c81fa82874de03de7d918&sd=20220525&cid_source=dnl&cid_medium=email&cid_content=art1HL&cid=20221122&cid=DM1285797&bid=1650699730

Cette référence n’est disponible que pour un temps. Après, l’article se trouvera dans les archives du Dr Mercola.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire