Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

vendredi 2 décembre 2022

Les faits du climat

 Les faits. Seulement les faits. 
Pas les habillages. Pas les opinions. Pas les fake-news devenus la règle.
Voici ce que la télé ne vous dira pas, parce qu'on ne veut pas que vous le sachiez.


Les faits scientifiques apparaissent rarement lors des conférences sur le changement climatique

23 novembre 2022

Par Jack Hellner

Les politiciens, les bureaucrates, l’ONU et une bande de riches ont organisé une nouvelle conférence sur le changement climatique en Égypte qui s’est terminée récemment. Ces gens ont fait venir des centaines de jets privés pour une conférence où ils ont prétendu pouvoir contrôler les températures, le niveau des mers et l’activité des tempêtes pour toujours et ont prétendu se soucier de leur empreinte carbone.

Au lieu de présenter des faits scientifiques, ils fondent leurs politiques sur des modèles informatiques imprécis et facilement manipulables. Les faits seraient gênants lorsqu’ils essaient d’effrayer huit milliards de personnes pour les soumettre.

En 1989, les Nations unies ont prédit qu’il ne nous restait que dix ans pour sauver la planète de la menace existentielle du changement climatique. En 2022, 33 ans plus tard, leur dernière prédiction alarmante est qu’il nous reste encore une dizaine d’années. Peu importe à quel point les prédictions précédentes étaient erronées, les nouvelles prédictions sont plus menaçantes. Ils doivent trouver un moyen de confisquer des quantités massives d’argent aux gens pour leur programme vert radical.

Voici quelques faits dont ils ne parlent pas :

  • -      Le froid extrême qui a frappé le pôle Sud ce mois-ci.
  • -      Le pôle Sud a connu des températures froides record pendant les six mois de l’hiver 2020-2021.
  • -      L’année 2022 a été une période d’ouragans relativement clémente, tout comme les dix années qui ont suivi l’ouragan Katrina.
  • -      Les États-Unis ont connu des températures extrêmement froides ce mois-ci, ainsi que des chutes de neige record dans le nord-est du pays.
  • -      Les calottes glaciaires de l’Arctique se sont étendues au cours des dix dernières années, contrairement aux prévisions selon lesquelles la glace aurait déjà disparu.
  • -      Le récif corallien au large de l’Australie est en pleine expansion.
  • -      Les incendies de forêt ont diminué de 80% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
  • -      Après 150 ans de croissance exponentielle de l’utilisation du pétrole brut et du charbon, de croissance rapide de la population et de tous les autres éléments qui, selon nous, provoquent le réchauffement, les prédictions alarmistes se sont toutes révélées fausses.
  • -      La température n’a augmenté que d’un à deux degrés après la fin du petit âge glaciaire en 1860, et la Terre a maintenant une température similaire à celle d’il y a plus de 1 000 ans, lors de la période de réchauffement médiéval.

 

Le pôle Sud bat des records de froid en novembre

Les records de froid extrême continuent de tomber au pôle Sud. Trois jours récents - les 16, 17 et 18 novembre - ont enregistré un record quotidien, le 18 plongeant à -45,2°C, contre -44,7°C le même jour en 1987. Ces records font suite à l’hiver de six mois de 2020-21, qui a été le plus froid depuis le début des relevés en 1957. Inexplicablement, tous ces faits et tendances ont échappé aux reportages des médias grand public.

En fait, tout ce qui se refroidit est à peine évoqué ces jours-ci. La glace de mer arctique fait un retour significatif, presque silencieux. Fin septembre, la glace d’été couvrait 4,92 millions de kilomètres carrés, soit 1,35 million de kilomètres carrés de plus que le niveau le plus bas de 2012. Sur terre, la taille de la calotte glaciaire du Groenland pourrait avoir augmenté au cours de l’année écoulée jusqu’en août 2022. Pendant ce temps, le Dr Susan Crockford, zoologiste, a signalé que c’est la cinquième année sur les sept dernières que suffisamment de glace de mer s’est formée le long de la côte ouest de la baie d’Hudson à la mi-novembre pour que les ours polaires en chasse puissent se rendre sur la glace, "comme dans les années 1980".

Bien sûr, l’année a été très mauvaise pour tous les catastrophistes du climat. Le corail pousse à toute allure sur la Grande Barrière de Corail, quelques années seulement après que les journalistes et leurs "experts" aient prévenu qu’il risquait de disparaître. Selon les dernières données satellitaires, la température mondiale n’a pas bougé depuis plus de huit ans. Un peu plus de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a conduit à un "verdissement" significatif de la planète, un processus qui, au cours des 30 dernières années, a sans aucun doute réduit la faim et la famine dans le monde.

Alors, qu’ont trouvé tous ces écologistes comme solution pour contrôler le climat ?

Ils ont décidé que les pays riches et développés devraient disposer d’une caisse noire dans laquelle ils confisqueraient des milliers de milliards aux contribuables pour les donner aux politiciens et dictateurs corrompus du tiers-monde qui ont décidé au fil des ans de maintenir leurs citoyens dans la pauvreté en n’utilisant pas les ressources naturelles.

Le Pakistan a connu des inondations tout au long de son histoire. Aucune donnée scientifique n’indique que l’inondation meurtrière de cette année a été causée par l’utilisation des ressources naturelles par les pays développés.

Les Nations unies, corrompues et malhonnêtes, qualifient de "pays en développement" le plus gros pollueur et le pays dont l’économie est la deuxième plus importante au monde, la Chine, afin que les Chinois n’aient pas à cotiser à la caisse noire et n’aient pas à prétendre qu’ils vont réduire leur empreinte carbone à partir de 2030.

J’aimerais que tous ces radicaux disent comment ils vont extraire, transporter et produire du lithium, un polluant hautement inflammable, et des batteries sans machines alimentées par du pétrole.

Malheureusement, la plupart des médias sont si dociles et incurieux qu’ils se contentent de suivre le programme radical visant à détruire le capitalisme et les États-Unis.

Prétendre que la consommation de pétrole et de charbon est responsable de l’élévation de la température et du niveau de la mer, ainsi que de tempêtes plus puissantes, est aussi malhonnête que de prétendre que Trump et la Russie sont entrés en collusion et aussi malhonnête que de prétendre que Joe Biden n’avait aucune connaissance ou participation dans les pots-de-vin versés à la famille Biden par des sources étrangères.

Translated with DeepL 
https://www.americanthinker.com/blog/2022/11/scientific_facts_rarely_appear_at_climate_change_conferences.html

 

Voir aussi: 

Rich countries must spend $2 trillion per year for ‘climate justice’: UN report

41% of climate scientists don’t believe in catastrophic ‘climate change,’ major new poll finds

 

[Forwarded from Silvano Trotta Officiel : https://t.me/trottasilvano]:


















Les analyses actuelles de l'enneigement dans l'hémisphère nord montrent - probablement au grand dam des alarmistes climatiques - un écart supérieur à la moyenne. Cela laisse présager un hiver long et froid. Pas une bonne nouvelle en temps de crise énergétique.

La couverture de neige dans l'hémisphère nord est surveillée et documentée depuis 1967. Les dernières données de la NOAA et du Rutgers Global Snow Lab montrent qu'environ 41 millions de kilomètres carrés de l'hémisphère nord sont actuellement recouverts de neige (et de glace). Cela signifie que l'étendue de la couverture de neige est à un niveau maximum par rapport aux valeurs de novembre des 56 dernières années. Mais c'est si bon de récolter les taxes carbone en faisant croire à un réchauffement. Et mettre aussi les outils de surveillance en place... Faites vos propres recherches : https://globalcryospherewatch.org/state_of_cryo/snow/

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire