Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

mardi 29 novembre 2022

Cet homme est un ennemi de la liberté

 

« Je pense que c’est un modèle à suivre », Klaus Schwab, membre du Forum économique mondial (WEF), fait l’éloge de la Chine communiste.

____________________


"Je respecte les réalisations de la Chine, qui sont extraordinaires depuis plus de 40 ans".

CGTN / YouTube

 

Jack Bingham

Lun Nov 28, 2022 - 7:54 pm EST

 

PÉKIN (LifeSiteNews) - Le président du Forum économique mondial, Klaus Scwhab, a une fois de plus fait l’éloge de la dictature communiste chinoise en tant que "modèle pour de nombreux pays", tout en proclamant son désir d’une "transformation systémique du monde."

Dans une interview accordée la semaine dernière à China Global Television Network (CGTN) - une chaîne d’information publique en langue anglaise basée à Pékin - M. Schwab a fait des éloges de la nation communiste, soulignant le rôle important de la Chine dans la "transformation systémique du monde" souhaitée par son groupe.

Commençant par le rôle que la Chine doit jouer dans cette soi-disant "transformation", Schwab a déclaré que le "premier" objectif devrait être "d’aider les pays qui sont encore à la traîne à atteindre le niveau de développement que la Chine a atteint", le "deuxième" objectif étant de s’assurer que "avec les nouvelles technologies, avec la quatrième révolution industrielle ... nous ne nous lançons pas dans une guerre technologique, que nous travaillons [au contraire] ensemble ... pour nous assurer que ces technologies servent à tous les êtres humains sur terre ...".

Schwab a poursuivi en complimentant la Chine - qui gère actuellement un système de surveillance de ses citoyens à l’échelle nationale, le "Crédit social", et qui est accusée de perpétrer un génocide contre sa population musulmane ouïgoure - en déclarant : "Je respecte les réalisations de la Chine, qui sont formidables depuis plus de 40 ans."

"Je pense que c’est un modèle pour de nombreux pays... Je pense que nous devrions être très prudents lorsque nous imposons des systèmes, mais le modèle chinois est certainement un modèle très attrayant pour un assez grand nombre de pays", a-t-il ajouté.

L’animateur lui a demandé s’il pouvait décrire son impression de "la transformation de la Chine" depuis que le président de la nation, Xi Jinping, s’est exprimé pour la première fois lors du sommet du Forum économique mondial en 2017, Schwab a déclaré qu’il s’agissait d’un "discours historique" car il montrait "l’engagement de la Chine envers le multilatéralisme" - un terme utilisé pour décrire "une alliance de plusieurs pays poursuivant un objectif commun."

"J’ai hâte d’avoir une voix chinoise forte à Davos [la ville en Suisse où se réunit le WEF], pour expliquer encore mieux au monde ce que cela signifie (...) pour la collaboration et le développement mondial."

L’animateur de télévision a ensuite demandé à M. Schwab ce qu’il pensait de l’"Initiative de développement mondial" (Global Development initiative) de la Chine, qui, a-t-elle expliqué, est "complémentaire" des Objectifs de développement durable des Nations unies, axés sur le contrôle de la population.

"Je pense d’abord qu’il est très important de prendre de telles initiatives, car nous devons montrer une voie vers l’avenir, nous devons le faire au niveau national, et au niveau mondial", a répondu Schwab.

"Je pense qu’il est important que nous nous assurions que ces initiatives bénéficient réellement d’un soutien mondial... Nous savons que le système mondial dépend de piliers régionaux... mais nous devons éviter de n’avoir que deux piliers, le monde serait dans une situation beaucoup plus stable si tous les pays pouvaient devenir les piliers d’un système de collaboration qui autorise différentes voies, mais qui, au final, fournit une approche commune."

Vers la fin de l’entretien, M. Schwab a déclaré qu’il avait "observé avec une grande satisfaction", tant pendant la soi-disant pandémie de COVID-19 que pendant le conflit entre la Russie et l’Ukraine, que "l’Union européenne est devenue plus unie".

"Je suis très heureux que nous parlions non seulement de la relation Chine-États-Unis, mais aussi à nouveau des relations sino-européennes... Je pense que des liens très étroits [peuvent se développer] entre la Chine et l’Europe, car leur économie est tellement imbriquée."

Ce n’est pas la première fois que Schwab couvre d’éloges la dictature communiste chinoise, malgré sa longue histoire de violations des droits de l’homme et de pratiques tyranniques.

Plus tôt dans l’année, Schwab a applaudi le dirigeant communiste chinois pour les "importantes réalisations sociales et économiques" de son pays, ajoutant que les efforts de la Chine ont été bénéfiques à l’objectif mondial plus large de créer un monde "plus inclusif" et "plus durable".

Au-delà des preuves de plus en plus nombreuses que le Parti communiste chinois (PCC) mène un génocide contre sa population musulmane ouïgoure, Steven Mosher, spécialiste américain des sciences sociales et de la Chine, a raconté à plusieurs reprises qu’il avait été personnellement "témoin oculaire du plus horrible programme de contrôle de la population que le monde ait jamais vu" lorsqu’il faisait des recherches en Chine à l’époque où la "politique de l’enfant unique" était en vigueur.

Si Xi a quelque peu modéré le programme, autorisant désormais trois enfants par famille, les pratiques barbares utilisées pour faire appliquer le programme demeurent.

L’éloge de Schwab à l’égard de la Chine intervient également en dépit du programme de prélèvement d’organes de ce pays, qui compterait des "centaines de milliers de victimes" et a été décrit comme "l’une des pires atrocités de masse de ce siècle".

Le "système de crédit social" de la Chine - qui semble modeler étroitement de nombreux aspects du propre programme de "Great Reset" de Schwab - est devenu obligatoire en Chine sous le règne de Xi. Un critique a qualifié ce système, qui classe la "fiabilité" des citoyens, de "cauchemar du premier État véritablement totalitaire du monde".

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.lifesitenews.com/news/i-think-its-a-role-model-world-economic-forums-klaus-schwab-praises-communist-china/?utm_source=daily-world-2022-11-29&utm_medium=email

 

Addendum :

Voici ce que veut Klaus Schwab pour le monde restructuré par le WEF qu’il cherche à imposer à travers ses Global Leaders (qui comprennent un grand nombre de nos dirigeants politiques actuels. En agissant d’un commun accord avec un pouvoir étranger, ces politiques ne sont-ils pas coupables de haute trahison ?)

« Si les systèmes ne sont pas synchronisés pour fonctionner ensemble, ils ne peuvent pas être contrôlés de manière centralisée. C’est également l’objectif de la Grande Réinitialisation - l’harmonisation et la synchronisation des systèmes, à l’échelle mondiale, pour permettre le contrôle central du monde entier. La Grande Réinitialisation est l’Agenda 21 sous un autre nom.

Comme l’a noté Koire, "L’objectif de l’Agenda 21 est un gouvernement mondial unique et un contrôle total à partir d’une unité centrale", et le plan est déployé sous le faux prétexte que nous devons mettre en œuvre tous ces changements afin d’arrêter le changement climatique.

Résumé des objectifs de l’Agenda 21

En résumé, les objectifs de l’Agenda 21 et de The Great Reset sont les suivants :

-      Déplacer TOUS les gens dans des grandes villes où ils peuvent être facilement contrôlés - Le plan de la Grande Réinitialisation est plus spécifique, car il prévoit que les gens vivent dans des villes intelligentes sous surveillance 24/7. La Quatrième révolution industrielle ajoute une autre couche, car elle appelle à la fusion de l’homme avec la technologie, de sorte que la surveillance et le contrôle se produiront jusqu’aux niveaux biologique, mental et émotionnel.

-      Détruire le gouvernement représentatif et laisser des conseils non élus prendre toutes les décisions.

-      Effacer les limites juridictionnelles et les frontières nationales par la régionalisation (l’Union européenne est un exemple de régionalisation), et le fascisme, c’est-à-dire les partenariats public-privé - Les partenariats public-privé, ou partenariats entre les entreprises et le gouvernement, excluent les électeurs de l’équation.

La "communauté fasciste" (en rappelant la définition des deux termes) veut pouvoir a) déplacer librement les travailleurs au-delà des frontières, b) déplacer librement les marchandises sans réglementation, et c) réduire les salaires. La façon la plus simple de faire tout cela est de supprimer les frontières nationales.

Les trois piliers de l’Agenda 21

Comme l’explique Koire, les trois piliers de l’Agenda 21 sont les trois "E" :

1.            Économie

2.            L’écologie

3.            Équité (équité sociale)

Comme pour le terme "communauté" [1], la plupart des gens s’imaginent qu’ils comprennent ce que signifie le mot "équité". Ils pensent que cela signifie qu’il y aura une distribution équitable de la nourriture, de l’eau, de l’énergie, etc. Ils pensent qu’il s’agit de réduire les disparités entre les riches et les pauvres. Mais là encore, ils se trompent.

L’équité sociale implique "l’appauvrissement d’une grande partie de la population et l’effondrement des nations développées", explique Mme Koire, qui ajoute : "L’équité sociale est un code pour ce mouvement [des personnes et des biens] et la réduction de la population."

Les trois piliers, considérés comme des cercles interconnectés, sont présentés comme les trois domaines qui doivent être équilibrés. Mais l’"équilibre" dont on parle est un équilibre communautaire. Ce n’est pas l’équilibre pour le bien-être de la population. Le point central équilibré est la zone de contrôle centralisé, afin que les entreprises et les gouvernements puissent exploiter et contrôler le peuple à volonté. »

 

Tiré de l’article : “We Will Be Sacrificed for Global Standardization of Systems” par Joseph Mercola, November 29, 2022, basé sur la présentation suivante de Rosa Koire : https://www.youtube.com/watch?v=3PrY7nFbwAY

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)



[1] “…Dans l'esprit des mondialistes, la "communauté" est une construction composée d'organisations non gouvernementales (ONG), d'entreprises et de gouvernements, qui doivent dicter ce qui se passe dans le monde.

"Nous, en tant qu'individus, n'avons littéralement aucune influence, à moins d'être en accord avec elle", dit Koire. Si vous vous opposez à la "communauté" [c'est-à-dire aux ONG, aux entreprises et au gouvernement], à la loi communautaire ou aux tactiques sociales communautaires, vous êtes rejeté et considéré comme un paria." ‘Communauté’ est donc très proche du sens du mot Communisme dans la bouche de Lénine et Staline. (EE)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire