Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

samedi 2 avril 2022

L’Ukraine et le Canada – des branches jumelles d’un test bêta du mondialisme ?

Voici la fin d'un long article de Madeline Weld sur la suppression de la démocratie telle qu'elle se déroule au Canada. L'article, en anglais, est accessible au lien qui se trouve tout à la fin. Son titre : "Is Trudeau's Canada the Globalists' Laboratory For Crushing Dissent" - Le Canada de Trudeau, est-il le laboratoire des mondialistes pour écraser toute dissidence ?

L'idée très troublante de l'auteure que cela constitue une première mise en action du Great Reset que prépare activement le Forum économique mondial de Klaus Schwab devrait nous rendre attentifs. Les signes dans nos pays européens pour arriver aux mêmes fins sont visibles à qui a les yeux pour les voir.

Il n'est plus le temps de la politique de l'autruche. Ne tombons pas non plus dans le piège d'une "ukrainophilie" aveugle. Les efforts concertés et sans aucune critique de nos média dans ce sens devraient à tout le moins nous mettre la puce à l'oreille !


Le Canada et l’Ukraine pourraient tous deux être des laboratoires d’essais pour le nouvel ordre mondial que les mondialistes ont prévu pour nous. Justin Trudeau et le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky sont tous les deux diplômés du Forum des jeunes leaders mondiaux de Klaus Schwab. Il en va de même pour Chrystia Freeland, qui a également été nommée administratrice du WEF en 2019. Il se trouve que Freeland est d’origine ukrainienne, avec des liens familiaux avec des groupes fascistes dans ce pays. Pourtant, pour quelqu’un qui a tenté de dépeindre le Freedom Convoy (le Convoi de la liberté) comme un groupe fasciste d’extrême droite basé sur un seul drapeau à croix gammée de provenance suspecte, Trudeau semble remarquablement peu curieux des liens de son vice-Premier ministre avec les mouvements fascistes en Ukraine.

Les biographies de Trudeau et de Zelensky se trouvent sur le site Web du WEF. Zelensky a déclaré que Trudeau était l’une des raisons pour lesquelles il est entré en politique.


Peu de temps après sa prise de fonction en 2019, Zelensky a demandé au ministère de la Transformation numérique de créer une plateforme gouvernementale pour les smartphones. L’application Diia, lancée en 2020, comprend plusieurs pièces d’identité (par exemple, permis de conduire, passeport vaccin, carte d’étudiant), la possibilité de créer une entreprise, de souscrire à une assurance et de bénéficier d’avantages sociaux. De plus, la numérisation est poussée avec une récompense monétaire à tout citoyen qui présente une preuve de vaccination sur Diia. Deux semaines avant la mise en ligne de Diia, Zelensky était l’invité d’honneur du Forum économique mondial. Il a parlé d’une « nouvelle normalité », a exhorté à repenser les institutions internationales et a encouragé les investissements dans son pays.

Fait intéressant, en juillet 2020, le gouvernement canadien a lancé une application de recherche de contacts pour le Covid. Mais lorsque les Canadiens ne l’ont pas adopté avec enthousiasme, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a secrètement suivi 33 millions de téléphones (presque tous les téléphones cellulaires au Canada) pour évaluer «la réactivité du public pendant les mesures de confinement». Ils prévoient de continuer à suivre les mouvements de population pendant au moins les cinq prochaines années pour contrôler «d’autres maladies infectieuses, la prévention des maladies chroniques et la santé mentale». (Est-ce important si déjà c’est légal ?)

L’Ukraine semble désireuse d’être un pays test bêta pour la grande réinitialisation des rêves de Klaus Schwab. Il fonce dans la digitalisation avec divers partenariats informatiques. Apple aidera l’Ukraine à passer au mode sans papier avec divers projets prioritaires. Une «Diia City» a été annoncée en 2020, avec des incitations importantes pour attirer les entreprises informatiques étrangères. L’Ukraine mène une révolution en vue de la monnaie numérique. Une monnaie numérique pourrait ne pas être loin derrière l’identification numérique, dirigée par rien de moins que le système financier, ce pourquoi le ministre Neil Parmender faisait la promotion au Canada.

Il ne fait aucun doute que Trudeau est un mondialiste enthousiaste, et il n’est pas exagéré de croire qu’il aimerait que le Canada soit un pays test bêta pour une identité et une monnaie numériques mondialisées. Klaus Schwab s’est vanté de l’influence du WEF sur Trudeau et son cabinet. Quelques mois seulement après avoir été élu en 2015, Trudeau a changé le nom du ministère des Affaires étrangères en « Affaires mondiales Canada ». Et peu de temps après son élection en 2015, il a qualifié le Canada de « premier État postnational », qui, selon lui, n’avait pas d’identité dominante ou fondamentale. Trudeau semble sur la bonne voie pour en faire une réalité en poursuivant une politique d’immigration massive et en ne ratant aucune occasion de dénigrer le Canada d’autrefois. Il est l’outil parfait pour les marionnettistes de la Grande Réinitialisation. Mais maintenant, la débâcle avec le Freedom Convoy a peut-être réduit la valeur de Trudeau en tant qu’atout pour ses maîtres mondialistes.

Que se passera-t-il maintenant ?

Que les orchestrateurs de la Grande Réinitialisation considèrent le Convoi de la Liberté comme un Grand Revers (ayant déclenché des convois copies dans le monde entier) ou un petit contretemps, il n’y aura pas de relâchement de la volonté de faire d’un Canada souverain une chose du passé. Le gouvernement adoptera des projets de loi, dont certains sont déjà devant le Parlement, pour établir le contrôle gouvernemental d’Internet et faire taire les opposants par le biais de réglementations sur les discours de haine. Tout en poussant encore plus la numérisation des Canadiens parce que les Canadiens numérisés sont plus faciles à contrôler.

La résistance est-elle inutile ? Peut-être, et peut-être pas. Mais dans tous les cas, la résistance est sans aucun doute un devoir pour quiconque croit en la liberté. Un bon point de départ serait de contester la légalité du gouvernement en invoquant la loi sur les mesures d’urgence et de mener une enquête sur la manière dont elle a été utilisée pour écraser la dissidence pacifique et punir les dissidents en gelant leurs comptes bancaires et en portant des accusations criminelles pour des activités qui constituent tout au plus un mauvais comportement tel que défini par la loi. Espérons que la plupart des Canadiens prennent conscience de ce qui se passe dans leur pays avant de se retrouver dans le goulag numérique de leurs suzerains mondialistes.

 

Madeline Weld est une fonctionnaire à la retraite qui vit à Ottawa. Elle est présidente de Population Institute Canada et membre fondatrice des Canadian Citizens for Charter Rights and Freedoms (C3RF).

 

https://rairfoundation.com/is-trudeaus-canada-the-globalists-laboratory-for-crushing-dissent/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=is-trudeaus-canada-the-globalists-laboratory-for-crushing-dissent


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire