Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

mercredi 2 décembre 2020

Faut-il se faire vacciner ?

 


Voici la deuxième question d’une série de quatre. Questions que cette drôle de pandémie nous pousse, nous force à nous poser. C’est une pandémie unique en son genre. Unique par le refus d’un traitement efficace, ce qui fait dire à certains que le seul but était, est, de réduire la population. Raccourci terrifiant ? Peut-être. Mais signe que les gens ne sont pas nécessairement prêts à tout gober. On ne peut pas rejeter un traitement efficace et, en même temps, investir des millions dans un médicament, le Remdevisir, cher et inefficace. [1] Mais bon, le salut ne sera-t-il pas dans le nombre de vaccins ? Encore un bon mois et le vaccin nous délivrera du mal ! Si vous le dites !

Faut-il se faire vacciner ? La question a un côté superflu. Bien sûr que oui ! Pour être très clair, nous avons fait vacciner nos enfants. Nous nous faisons vacciner contre le tétanos. Que l’on ne m’accuse donc pas d’un discours “antivax” primaire ! Mais je ne me ferai pas vacciner contre le Covid. Laissez-moi vous expliquer mes raisons.

Nous avons tous une vague idée du principe derrière les vaccins qui nous vient de l’histoire d’un certain Louis Pasteur. On inocule les gens avec un bout de maladie rendue inoffensif pour provoquer le corps humain à former des anticorps qui nous protégeront contre la maladie dans l’avenir. Mais cela est devenu un peu plus compliqué. Les avancées dans la technique ont rendu possible plusieurs développements en vue d’avoir des vaccins toujours plus efficaces. Cela a eu pour conséquence que nos vaccins modernes ne contiennent plus la même chose qu’au passé. On y a ajouté des adjuvants comme l’aluminium (https://www.youtube.com/watch?v=NrL384ATWUs&fbclid=IwAR0-EkNeDLrbjpDh0frC0Tg-5YyuLG1m9nhCOb1UQev7us5_a-f_5bnVk0Y), on y a incorporé des lignées cellulaires inquiétantes et on veut agir sur le plan de la cellule avec des vaccins ARN ou ADN. J’aimerais parler un peu des deux derniers.


Des vaccins à problème éthique

Un certain nombre de vaccins incorporent des lignées cellulaires de fœtus avortés. Cela est le cas pour certains vaccins destinés aux enfants. C’est aussi le cas pour nombre de vaccins contre le Covid. Cela pose un problème éthique évident : Puis-je être opposé à l’avortement et pourtant profiter d’un traitement ou d’un vaccin qui utilise des fœtus avortés ? Je ne pense pas seulement au fait d’“ingurgiter” sa propre espèce (rappelez-vous de la maladie dite de la vache folle !). Je pense surtout aux implications morales. Si j’accepte un vaccin pour la fabrication duquel on se sert de lignées cellulaires de fœtus avortés, mon opposition à l’avortement a-t-elle encore un vrai fondement ? En fait, je deviendrais un hypocrite. Je suis contre, mais pour ma santé je ferai une exception !

L’Institut européen de bioéthique (IEB) a reproduit un article de l’Institut Charlotte Lozier aux Etats-Unis. En cet article, vous pouvez lire l’explication de ce qu’implique une lignée de cellules fœtales. Voici le lien : https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/recherche-biomedicale/recherche-medicale/vaccins-contre-le-coronavirus-et-utilisation-de-cellules-de-ftus-avortes-etat-des-lieux-1922.html?backto=bulletin. L’article donne aussi la liste des vaccins pour lesquels à un moment ou à un autre, on s’est servi de lignées cellulaires fœtales. Vous verrez que les trois vaccins les plus mentionnés dans le contexte belge, Pfizer, Moderna et AstraZeneca, se trouvent tous concernés par ce problème.

La question qui se pose donc à chacun de nous est celle-ci : Suis-je d’accord de profiter des avortements pour mieux garantir ma propre santé ?

Pour en savoir un peu plus sur l’usage de fœtus dans les vaccins en général, lisez l’article interpellant de Jacques Duverger : https://bibleetsciencediffusion.org/index.php/2020/11/13/vaccinator-sortie-prochainement-en-france-par-jacques-duverger/

Oui, mais … Il y aura nécessairement des « oui, mais » dans la mesure où c’est la peur entretenue par les média qui nous conseillent. "Moi mourir du Covid parce que le vaccin qui me sauvera a profité un peu des avortements ?" Plus ce moi est au centre de notre vie, plus la question rencontrera ce « oui, mais ». Cela a d’autant plus forte raison si notre opposition à l’avortement est plus hésitante. L’idée de mourir pour ses convictions peut nous paraître très spirituel, mais si cela tient plus du romantique que d’une foi profonde, au moment où le choix sera mis brutalement sous nos yeux, nous nous laisserons conduire par la pitié de nous-mêmes, et bien de gens nous encourageront dans ce sens.


Des vaccins rapides

Les vaccins contre le Covid ont été développés avec une grande rapidité. Est-ce un problème ? Peut-être que l’expérience précédente de la grippe H1N1 en 2009 devrait nous inspirer un peu plus de prudence aujourd’hui. Dans un article sur la vaccination contre cette grippe en Suède, un journal suisse, le 20 minutes, rapporte ceci :

Un vaccin développé à la hâte ? Plus question. Comme des centaines de jeunes compatriotes, Meissa Chebbi est narcoleptique [2] depuis une vaste campagne contre le H1N1 qui, onze ans plus tard, entame la confiance des Suédois envers les antidotes contre le Covid-19.

« Je ne recommencerai jamais » de prendre un vaccin développé en urgence, « sauf si vous devez absolument le prendre, en danger de mort », dit à l’AFP la jeune Suédoise de 21 ans. « J’attendrai cinq ans, quand on connaîtra les risques », affirme l’étudiante.

En 2009, les autorités sanitaires locales ont appelé les Suédois à se faire – volontairement – vacciner contre la grippe porcine, avec le Pandemrix produit par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline.

Plus de 60% de la population – près de six millions de personnes – avait répondu à l’appel, un record mondial, dans un pays où aucun vaccin n’est pourtant obligatoire.

Mais comme Meissa, des centaines de personnes, principalement des enfants et des jeunes adultes, ont développé une narcolepsie du fait d’un effet secondaire du vaccin. En cause : un adjuvant dont le rôle était de démultiplier l’effet immunitaire.

« Ça a détruit ma vie », explique Meissa, qui avait onze ans à l’époque. « Je m’endors tout le temps … »

https://www.20min.ch/fr/story/echaudes-les-suedois-refusent-le-vaccin-du-covid-371594447544?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0wrqw-_FRqKOmRJ4R9q9xU4qvgEsCiJmCrBTKZFACizDV3i7Q6qibTVwY#Echobox=1606470097

La peur liée à l’urgence dans une pandémie qui soulève de vraies inquiétudes n’est pas bonne conseillère. Surtout si un traitement existe. Ce qui devrait nous inquiéter encore plus, c’est que l’industrie pharmaceutique semble s’être protégée contre les effets secondaires de leurs vaccins. C’est du moins ce qu’affirme l’article suivant de fin août 2020 : https://archive.vn/CfRUV. En voici deux paragraphes :

Parce qu’il y a une quasi-garantie que dans un programme de vaccination majeur, certaines personnes seront blessées ou même tuées par le vaccin, certains pays ont mis en place des fonds publics spéciaux pour indemniser les personnes touchées. L’OMS soutient ce modèle de dommages-intérêts pour les vaccins, financé par les contribuables.

Les États-Unis disposent d’un tel fonds, tout comme de nombreux pays européens, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suède, l’Italie (et la France). Il pourrait être utile de vous informer sur le système approprié dans votre propre pays si vous craignez de prendre le vaccin. Une chose est certaine cependant : en ce qui concerne le Covid-19, les capitaux privés ont décidé qu’ils ne voulaient être concernés en rien par les conséquences à long terme de leurs vaccinations.

Cela a été contredit (https://www.lci.fr/sante/vaccins-contre-le-covid-19-les-laboratoires-seront-ils-vraiment-decharges-de-toute-responsabilite-en-cas-d-effets-secondaires-2165265.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2QvjCHfHeADejaW2Ey4yeMooe8m-lUbol9Q0oC_OQpldzAsJieFv2ZYS8#Echobox=1600790762). Mais cela n’enlève rien au fait que l’industrie pharmaceutique a sérieusement essayé de se dédouaner en cas de pépin. Ce n’est pas très rassurant.


Un nouveau vaccin

Plusieurs des vaccins en préparation (Pfizer, Moderna, …) sont des vaccins d’un type nouveau.

Le vaccin de Pfizer fait partie des quatre projets en développement chapeautés par le gouvernement américain. "BNT162b2" repose, comme le vaccin de Moderna, sur la technologie de l'ARN messager.

Comme son compatriote de Pfizer, l’"ARNm-1273" développé par Moderna repose sur une technologie qui n’a pas encore fait ses preuves : l’ARN messager. Les scientifiques déclenchent une réponse immunitaire en injectant un fragment du code génétique du virus.

Voir l’article suivant : https://www.businessinsider.fr/moderna-pfizer-sanofi-le-point-sur-les-vaccins-contre-le-covid-19-les-plus-prometteurs-185467#janssen-pharmaceutica-filiale-belge-du-groupe-pharmaceutique-americain-johnson-and-amp-johnson-va-inoculer-son-candidat-vaccin-a-60-000-volontaires

Quel sera l’effet à long terme de ce genre de vaccin ? Par la force des circonstances, on l’ignore. On n’a aucun recul. Vont-ils faire de la personne vaccinée un genre de produit OGM ? Seront-ils efficaces et sans histoires ? Nul ne le sait. Voici le commentaire du professeur Raoult en parlant du vaccin Moderna avec le PDG de Moderna France sur Sud Radio le 30 novembre 2020 :

J’ai dit que le vaccin relevait de la science-fiction pour moi; je ne vais pas rentrer dans des explications trop compliquées mais prenez l’exemple du vaccin contre la grippe, on a mis une quinzaine d’années à le stabiliser et encore à l’heure actuelle il n’est pas fiable à 100%. Et là, pour une maladie qu’on connaît depuis un an à peine, certains laboratoires nous sortent des résultats à plus de 90% ! Non mais franchement, qui peut croire une chose pareille ? D'ailleurs où sont les études sur ces vaccins parce que je cherche et je n’ai rien trouvé ! Non ce n’est pas sérieux du tout, certains vont devenir milliardaire avec cette connerie qui est rabâchée par les Médias alors quand on me demande ce que je pense du vaccin et de sa réussite, je dis que je ne joue pas en Bourse, je pense que les Français comprendront, ils sont moins bêtes que ce que les Politiques veulent croire...

Le professeur Christian Perronne parle d’apprentis sorciers qui prennent les citoyens du monde pour des cobayes.

 Sur le vaccin Pfizer, voir aussi l'évaluation suivante : https://reinfocovid.fr/wp-content/uploads/2021/01/balance_BR_vaccin_A4.pdf.


Vous l’aurez compris, je ne suis pas fan de la vaccination contre le Covid. Et je n’ai encore rien dit des passeports digitaux et des moyens de tracer les vaccinés.

Un de nos problèmes est notre naïveté. Nous croyons un peu trop facilement à la bonté naturelle de l’être humain et au caractère civilisé de nos autorités. La blouse blanche quasi unanimement respectée, est-elle portée automatiquement par les bienfaiteurs de la race humaine ? Tout cela n’est que fantaisie romantique. L’homme n’est pas bon par nature et le crime se retrouve à tous les étages de l’échelle sociale. Beaucoup semblent penser que les gens haut-placés cherchent naturellement le bien de la plupart, et que les super riches sont fiables par définition. Mais ce n’est pas vrai.

Y a-t-il conspiration en haut lieu ? Forcément, même si nous en ignorons les contours. C’est ne pas le croire qui serait naïf. Croire qu’un Bill Gates, soutien financier numéro un de l’OMS, n’influence pas de façon déterminée et déterminante la politique du vaccin dans le monde, c’est mettre sa tête dans le sable. Son influence est encore plus importante à cause de son implication dans la Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI, Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation). Jaques Duverger a écrit un article intéressant, et troublant, sur la GAVI : https://bibleetsciencediffusion.org/index.php/2020/11/13/gavi-strategie-vaccinale-ou-strategie-politique/.

Faut-il se faire vacciner contre le Covid ? Je ne vais pas donner une réponse à cette question. Chacun devra arriver à sa propre réponse en examinant les faits. Ce n’est qu’ainsi que nos décisions seront fondées sur des convictions. Ce n’est qu’ainsi que l’on pourra résister au déluge médiatique et à la pression de nos semblables. Ce que j’ai essayé de faire, c’est résumer sommairement les raisons derrière ma réponse à cette question. Se faire vacciner est toujours une affaire de confiance. Quand cette confiance est entamée, persister est une folie.

Le temps est révolu où nous pouvions nous suffire à nous appuyer sur les opinions des autres. Nous entrons dans une période de tempête spirituelle et sociale. Seule la maison bâtie sur le roc résistera à la déferlante de destruction qui vient.



[1] Voir l’article suivant qui résume assez bien la situation : https://lecridespeuples.fr/2020/07/13/le-scandale-de-lhydroxychloroquine/

[2] La narcolepsie, aussi appelée maladie de Gélineau, est un trouble de l'éveil sévère
Cette maladie est caractérisé par des accès de sommeil irrépressibles et une somnolence excessive. Elle persiste tout au long de la vie et va avoir un impact sur tous les aspects de la vie personnelle, professionnelle, sociale et familiale du patient (selon le degré de sévérité).

1 commentaire: