Le culte de la Liberté

Le culte de la Liberté

lundi 19 juillet 2021

Corrie Ten Boom et l'enlèvement

 


Corrie Ten Boom a écrit cette lettre de Chine aux pasteurs américains en 1974. Mais elle s'adresse à nous tout autant, si pas davantage.
Le temps est court !


Ma sœur Betsy et moi étions dans le camp de concentration nazi de Ravensbrück parce que nous avions commis le crime d’aimer les Juifs. Sept cents d’entre nous, de Hollande, de France, de Russie, de Pologne et de Belgique, étions rassemblés dans une pièce construite pour deux cents personnes. Pour autant que je sache, Betsy et moi étions les deux seuls représentants du Ciel dans cette pièce.

Nous avons peut-être été les seuls représentants du Seigneur dans ce lieu de haine, mais à cause de notre présence là-bas, les choses ont changé. Jésus a dit : « Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » Nous aussi, nous devons être des vainqueurs – apporter la lumière de Jésus dans un monde rempli de ténèbres et de haine.

Il y en a parmi nous qui enseignent qu’il n’y aura pas de tribulation, que les chrétiens pourront échapper à tout cela. Ce sont les faux enseignants que Jésus nous a avertis d’attendre dans les derniers jours. La plupart d’entre eux ont peu de connaissance sur ce qui se passe déjà à travers le monde. J’ai été dans des pays où les saints souffrent déjà de terribles persécutions.

En Chine, on a dit aux chrétiens : « Ne vous inquiétez pas, avant que la tribulation n’arrive, vous serez enlevés. » Puis vint une terrible persécution. Des millions de chrétiens ont été torturés à mort. Plus tard, j’ai entendu un évêque de Chine dire, tristement : « Nous avons échoué. Nous aurions dû rendre les gens forts pour la persécution, plutôt que de leur dire que Jésus viendrait en premier. Dites aux gens comment être forts en temps de persécution, quand la tribulation arrive, se tenir debout et ne pas se défaillir. »

Je sens que j’ai un mandat divin d’aller dire aux gens de ce monde qu’il est possible d’être fort dans le Seigneur Jésus-Christ. Nous sommes en formation pour la tribulation, mais plus de 60% du Corps de Christ à travers le monde est déjà entré dans la tribulation. Il n’y a aucun moyen d’y échapper. Nous sommes les prochains.

Depuis que je suis déjà passé par la prison pour l’amour de Jésus, et depuis que j’ai rencontré l’évêque en Chine, maintenant chaque fois que je lis un bon texte biblique, je pense : « Hé, je pourrais utiliser cela au temps de la tribulation. » Ensuite, je l’écris et je l’apprends par cœur.

Quand j’étais au camp de concentration, un camp dont seulement 20% des femmes sortaient vivantes, nous avons essayé de nous remonter le moral en disant : « Rien ne pourrait être pire qu’aujourd’hui. » Mais nous découvrions que le lendemain était encore pire. Pendant ce temps, un verset de la Bible que j’avais mis en mémoire m’a donné beaucoup d’espoir et de joie :

« Si l’on vous insulte parce que vous appartenez au Christ, heureux êtes-vous, car l’Esprit glorieux, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. » (1Pierre 4.14)

Je me suis retrouvé à dire : « Alléluia ! Parce que je souffre, Jésus est glorifié ! »

En Amérique, les églises chantent « Que l’église échappe à la tribulation », mais en Chine et en Afrique, la tribulation est déjà arrivée. Rien qu’en cette dernière année, plus de deux cent mille chrétiens ont été martyrisés en Afrique. Mais des choses comme ça ne se retrouvent jamais dans les journaux parce que cela risque de causer de mauvaises relations politiques. Mais moi, je sais. J’ai été là-bas. Nous devons y penser lorsque nous nous asseyons dans nos belles maisons avec nos beaux vêtements pour manger nos dîners de steak. Beaucoup, beaucoup de membres du Corps du Christ sont torturés à mort en ce moment même, pourtant nous continuons comme si nous allions tous échapper à la tribulation.

Il y a plusieurs années, j’étais en Afrique dans un pays où un nouveau gouvernement était arrivé au pouvoir. La première nuit où j’étais là, certains chrétiens ont reçu l’ordre de venir au poste de police pour s’enregistrer. Quand ils sont arrivés, ils ont été arrêtés et la même nuit ils ont été exécutés. Le lendemain, la même chose s’est produite avec d’autres chrétiens. Le troisième jour, c’était pareil. Tous les chrétiens du quartier étaient systématiquement assassinés.

Le quatrième jour, je devais parler dans une petite église. Les gens sont venus, mais ils étaient remplis de peur et de tension. Pendant toute la réunion, ils se regardaient, et leurs yeux disaient : « Est-ce que la personne à côté de moi sera le prochain ? Serai-je moi le prochain ? »

La pièce était chaude et étouffante, des insectes passaient par les fenêtres sans moustiquaire et tourbillonnaient autour des bulbes nus au-dessus des bancs de bois nus. Je leur ai raconté une histoire de mon enfance.

« Quand j’étais une petite fille », j’ai dit : « Je suis allé voir mon papa et j’ai dit : « Papa, j’ai peur de ne jamais être assez fort pour être un martyr de Jésus-Christ ». Il m’a répondu : « Quand vous prenez le train pour Amsterdam, quand est-ce que je vous donne l’argent pour le billet ? Trois semaines avant ? »

« Non, papa, tu me donnes l’argent pour le billet juste avant de monter dans le train. »

« C’est vrai », a dit mon père, « et il en va de même avec la force de Dieu. Notre Père céleste sait quand vous aurez besoin de la force pour être un martyr de Jésus-Christ. Il vous fournira tout ce dont vous avez besoin – juste à temps… »

Mes amis africains hochaient la tête et souriaient. Soudain, un esprit de joie descendit sur cette église et les gens se mirent à chanter : « Bientôt, très bientôt, nous nous rencontrerons sur ce beau rivage. » Plus tard dans la semaine, la moitié de la congrégation de cette église a été exécutée. J’ai appris plus tard que l’autre moitié avait été tuée il y a quelques mois.

Mais je dois vous dire quelque chose. J’étais si heureux que le Seigneur m’ait utilisé pour encourager ces gens, car contrairement à beaucoup de leurs dirigeants, j’avais la parole de Dieu. J’avais consulté la Bible et découvert que Jésus avait dit qu’il n’avait pas seulement vaincu le monde, mais qu’il donnerait à tous ceux qui lui seront restés fidèles jusqu’à la fin une couronne de vie.

Comment pouvons-nous nous préparer pour la persécution ?

Nous devons d’abord nous nourrir de la Parole de Dieu, la digérer, en faire une partie de notre être. Cela signifiera une étude biblique disciplinée chaque jour, non seulement en mémorisant de longs passages des Écritures, mais en mettant en pratique les principes dans nos vies.

Ensuite, nous devons développer une relation personnelle avec Jésus-Christ. Pas seulement le Jésus d’hier, le Jésus de l’Histoire, mais le Jésus d’aujourd’hui qui change la vie et qui est toujours vivant et assis à la droite de Dieu.

Nous devons être remplis du Saint-Esprit. Ce n’est pas un commandement facultatif de la Bible, il est absolument nécessaire. Ces disciples terrestres n’auraient jamais pu résister à la persécution des Juifs et des Romains s’ils n’avaient pas attendu la Pentecôte. Chacun de nous a besoin de sa Pentecôte personnelle, le baptême du Saint-Esprit. NOUS NE POURRONS JAMAIS RESTER DANS LA TRIBULATION SANS ELLE.

Dans la persécution à venir, nous devons être prêts à nous entraider et à nous encourager les uns les autres. Mais nous ne devons pas attendre que la tribulation arrive avant de commencer. Le fruit de l’Esprit devrait être la force dominante de la vie de chaque chrétien.

Beaucoup ont peur de la tribulation à venir, ils veulent fuir. Moi aussi, j’ai un peu peur quand je pense qu’après toutes ces quatre-vingts années, y compris l’horrible camp de concentration nazi, je pourrais aussi avoir à traverser la tribulation. Mais ensuite, j’ai lu la Bible et je suis contente.

Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort, dit la Bible. Betsy et moi étions prisonnières du Seigneur, nous étions si faibles, mais nous avons reçu de la puissance parce que le Saint-Esprit était sur nous. Ce puissant renforcement intérieur du Saint-Esprit nous a aidés à traverser ce temps. Non, vous ne serez pas forts en vous-mêmes quand la tribulation viendra. Au contraire, vous serez forts dans la puissance de celui qui ne vous abandonnera pas. Pendant soixante-seize ans, j’ai connu le Seigneur Jésus et pas une seule fois il ne m’a quitté ou laissé tomber.

« Bien qu’il me tue, je lui ferai confiance » (Job 13.15), car je sais qu’à tous ceux qui vaincront, il donnera la couronne de vie. Alléluia ! »

Corrie Ten Boom, 1974


Vous pouvez trouver sur mon site, www.croiretcomprendre.be, en page d'accueil, un article de Richard Wurmbrand, Se préparer pour l'Eglise souterraine.

mardi 13 juillet 2021

Les vaccins et la Loi


Voici les règles convenues en Europe et dont nos pays sont signataires. Le président Macron semble l'avoir oublié.

Les vaccins et la loi


1) Serment d’Hippocrate (-460 à -377) :

« Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion. »

2) Code de déontologie médicale, article 36 :

Article R4127-36 du Code de santé publique : « le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposé, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences »

3) Code de Nuremberg (1947) :

« Le consentement du sujet humain est absolument essentiel. Le pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son consentement à une expérience médicale ou scientifique »

4) Déclaration de Genève pour les médecins (1948) :

« Je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient. Je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, même sous la contrainte. Je garderai le respect absolu de la vie humaine, dès la conception. Je considérerai la santé de mon patient comme mon premier souci »

5) Déclaration d’Helsinki (1996) signée par 45 pays dont la France :

Article 25 : « La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Aucune personne capable de donner son consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé »

6) Convention d’Oviedo (1997) signée par 29 pays dont la France) :

Article 5 : « Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement »

7) Loi Kouchner (4 mars 2002) :

Article 111-4 : « toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »

Arrêt Salvetti (2002) :

Aucun traitement médical n’est obligatoire au sein de l’Union européenne : « En tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales » (arrêt Salvetti c/Italie-CEDH décision du 9 juillet 2002; n°42197/98)

9) Code civil français :

Article 16-1 : « Chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable »

10) Résolution 2361 du Conseil de l’Europe (28 janvier 2021) :

Avis consultatif : L’Assemblée demande instamment aux États membres et à l’Union européenne :

Article 731 : « de s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement »

Article 732 : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner »

lundi 12 juillet 2021

Sentier de vie - impasse de mort ? Comprendre Romains 7

 

Comment faut-il comprendre Romains 7 ? Y trouvons-nous l’expérience typique d’un chrétien ? Ou s’agit-il de celle d’un non-chrétien ? La vie chrétienne normale, est-ce une vie selon Romains 7 ou selon Romains 8 ? Ce n’est pas une question théorique. Les réponses à ces questions peuvent avoir un impact profond sur la vie chrétienne qui en résulte.

Ce chapitre est centré sur le rôle de la Loi de Dieu. Paul y présente sa frustration devant son impossibilité à atteindre ce que Dieu exige. Faut-il faire toujours plus sans jamais y parvenir ?

Comment tout cela influence-t-il la vie chrétienne ? Aurions-nous réussi mieux que le peuple juif à faire la volonté de Dieu ? Ou avons-nous décidé de ranger la Loi de Dieu parmi les choses inutiles dans la cave de notre vie ? Mais quel chrétien peut ignorer le Sermon sur la montagne dans lequel Jésus pose les mêmes questions ?

La Loi de Dieu : sentier de vie, impasse de mort ?

Cela résume plutôt bien le chapitre 7 de la lettre aux Romains. Pourtant, cela a quelque chose de choquant ! La Loi, c’est la Parole éternelle de Dieu qui fait irruption dans la vie de son peuple, et dont le but est de donner la vie : « Faites cela et vous vivrez ! » Oui, elle est sentier de vie et ce n’est guère possible autrement. Pourtant, l’histoire – la grande histoire lointaine des peuples autant que la petite histoire actuelle de nos vies humaines – nous pousse à une toute autre conclusion. Cette Loi bonne et parfaite est devenue une impasse de mort. Loin d’avoir conduit le peuple à qui elle avait été donnée sur le sentier de la vie, elle est devenue une impasse. Peu à peu, la vie s’est sclérosée. La Loi est devenue un outil d’oppression et de mort. « Nous avons une loi et, d’après notre loi, il doit mourir parce qu’il s’est fait Fils de Dieu. » (Jean 19.7 Segond 21) Cela ne vous choque pas ? La Loi de Dieu est devenue leur loi, premier détournement, et par elle ils conduiront le Fils de Dieu à la croix ! Ce n’était pas une malheureuse exception, mais bien une triste règle. L’apôtre Paul en est un exemple typique : sa loi le conduira à devenir persécuteur de l’Église de Christ. La Loi qui sonne le glas de sa liberté devient outil de mort; la mort des autres et la sienne. C’est tragique et témoignage de la puissance affreuse du mal dans le cœur de l’homme.

Sentier de vie, impasse de mort. Se peut-il cependant qu’elle redevienne un sentier de vie pour ceux qui suivent le Messie Jésus ?

Voilà brossé en quelques grands traits l’objet de ces pages dédiées à l’étude de Romains 7.


Table des matières

 Introduction

Pour commencer

Condamnation – justification – sanctification

Questions

Romains 7 : un survol

Dégagé de la Loi

La Loi reconsidérée

La Loi et le conflit intérieur

L’interprétation de l’Église ancienne

L’interprétation « réformée »

Les phrases clé

1. « Je suis charnel, vendu au péché. »

2. « Ce que je veux, je ne le pratique pas, mais ce que je hais, voilà ce que je fais. »

3. « … qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. »

4. « Qui me délivrera de ce corps de mort ? »

5. « … par ma chair, je suis esclave de la loi du péché. »

La vie chrétienne normale

Résumons

Contrastes

Le contraste entre deux conflits

Le contraste entre Romains 7 et Galates 5

Le contraste entre deux christianismes

La Loi dans la vie chrétienne

Conclusion

Bibliographie

Remerciements

lundi 17 mai 2021

Une coopération meurtrière

La désinformation médiatique autour du conflit israélo-palestinien flambe. Voici donc un autre article de la journaliste juive britannique Mélanie Phillips, datant du 16 mai 2021, et qui permet de remettre les pendules à l'heure.
 



Le public n’a aucune idée de la façon dont il est induit en erreur sur Israël et les Palestiniens

Les journalistes et l’administration Biden ont joué les gens choqués à cause du bombardement par Israël de ce que l’on a appelé le « bâtiment des médias » à Gaza. Il s’agissait d’une tour de onze étages où des agences telles que l’Associated Press (AP), l’Agence France Presse, Al Jazeera et d’autres avaient leurs bureaux.

Aux États-Unis, la porte-parole de la presse du président Joe Biden, Jennifer Psaki, a tweeté que les États-Unis avaient « communiqué directement aux Israéliens que garantir la sûreté et la sécurité des journalistes et des médias indépendants est une responsabilité primordiale ». En d’autres termes, ce fut une réprimande publique.

Ne laissez jamais les faits intervenir avec une opinion « progressiste » ! Voilà pour ce qui est du « soutien indéfectible » de Biden à Israël dans sa bataille pour arrêter les plus de 2800 roquettes tirées sur ses civils depuis Gaza, et qui continuent à arriver. Car les Forces de défense israéliennes avaient donné aux occupants de ce bâtiment « médiatique » une heure d’avertissement pour évacuer, et par conséquent, personne n’a été tué ou blessé.

Israël a donc en fait assuré la sécurité non seulement des « journalistes et des médias indépendants », mais de tout le monde dans ce bâtiment. Ceci malgré le fait que parmi les vrais occupants de ce bâtiment, selon les Israéliens, se trouvaient une unité de recherche et développement du Hamas, des renseignements militaires du Hamas et des bureaux du Jihad islamique palestinien.

Ces personnes ont également reçu une heure pour évacuer les lieux. Telle est la priorité d’Israël à sauver des vies civiles, au point où ils permettent même à l’ennemi de s’échapper si cela signifie qu’on protège les civils. (Le Hamas, en revanche, force souvent ses propres civils à ignorer ces avertissements et à rester dans la ligne de tir là où ils les ont délibérément placés, afin d’obtenir cette importante couverture médiatique occidentale sur des décès d’enfants).

Tsahal a tweeté que le bâtiment était « une base d’opérations importante » pour le renseignement militaire du Hamas, où il « recueillait des informations pour des attaques contre Israël, fabriquait des armes et positionnait du matériel pour entraver les opérations de Tsahal ». Lors d’un point de presse par Zoom hier soir, le porte-parole de Tsahal, le colonel Jonathan Conricus, a déclaré que le bâtiment abritait également une technologie militaire du Hamas sur laquelle il ne donnerait pas plus de détails.

Mais bien sûr, un journaliste d’Al Jazeera a déclaré à propos du bombardement :

Il s’agit clairement de faire taire la vérité et les voix des journalistes.

Les médias dans ce bâtiment ont laissé entendre que les Israéliens mentaient au sujet de la présence du Hamas là-bas, et qu’ils avaient simplement l’intention de bombarder les médias parce qu’ils ne leur sont pas sympathiques.

Il n’y a aucune raison de douter que ce bâtiment constituait un élément clé de l’infrastructure terroriste du Hamas. Toute la stratégie des Israéliens est de supprimer cette infrastructure. Et sommes-nous vraiment censés imaginer que les Israéliens pensaient que le moyen d’améliorer leur position dans les médias internationaux était de bombarder un centre médiatique ?

L’AP dit, la main sur le cœur, qu’elle n’avait aucune idée de la présence du Hamas dans le bâtiment. Mais les journalistes ne sont-ils pas censés découvrir ce qui se passe ? Par exemple, découvrir qui occupe le bâtiment dans lequel ils se trouvaient eux-mêmes et à quoi ils l’utilisent ? Lorsque ces journalistes à la recherche de la vérité ont rencontré ces gars dans les ascenseurs, ont-ils supposé qu’ils étaient tous des travailleurs humanitaires de Médecins sans frontières ?

Le vrai scandale est que ces médias partageaient ce bâtiment avec un centre névralgique du renseignement du Hamas – une organisation qui ne semble pas les avoir frappés comme, vous savez, un truc plutôt important à investiguer.

Bien sûr que non. Car ceci fait partie d’une question beaucoup plus vaste, qui est au cœur de la raison pour laquelle tant de personnes en Occident croient mensonge sur mensonge concernant Israël et les Palestiniens.

Ce que la plupart des citoyens ne se réalisent pas – parce que les médias occidentaux ne le leur disent jamais – est qu’il n’existe absolument rien à Gaza sans l’approbation du Hamas. Les seuls journalistes autorisés à être à Gaza sont ceux qui livrent l’histoire que le Hamas veut raconter au monde. Tout journaliste qui tenterait de dire la vérité sur le Hamas serait soit expulsé de Gaza, soit éliminé. Cela te décourage quelque peu de dire aux gens ce qui se passe réellement.

La plupart des reportages de Gaza sont diffusés par des « stringers », des intermédiaires palestiniens locaux. Ils peuvent se vanter d’une accréditation médiatique respectable comme l’AP. Mais ils sont soit eux-mêmes membres du Hamas, soit trop conscients que s’ils ne transmettent pas ce que le Hamas veut qu’ils transmettent, ils sont morts. Il en va de même pour le Fatah de Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne. Le fait est que, pendant des décennies, les principales agences de presse occidentales ont utilisé ces « stringers » palestiniens dont la propagande apparaît directement dans les journaux nationaux en Grande-Bretagne, en Amérique et ailleurs – parfois même sous la signature d’un correspondant du personnel assis dans un bureau dans un pays sûr – et cela est gobé par le lecteur occidental sans méfiance qui fait confiance à l’intégrité de ce journal.

Cette situation a été expliquée après la guerre de Gaza en 2014 par l’ancien journaliste de l’AP, Matti Friedman. Dans un article fondamental dans The Atlantic, il a levé le rideau sur la manière dont les médias occidentaux coopèrent avec la stratégie du Hamas consistant à utiliser ses civils comme chair à canon afin de manipuler les émotions occidentales et de diaboliser Israël. Comme l’écrivait Friedman :

La stratégie du Hamas est de provoquer une réponse d’Israël en l’attaquant tout en étant entouré d’un bouclier humain de civils palestiniens, provoquant ainsi des frappes israéliennes qui tuent ces civils, puis de faire filmer les victimes par l’un des plus grands contingents de presse au monde. Un des buts est que l’indignation qui s’en suit à l’étranger émoussera la réponse d’Israël. C’est une stratégie impitoyable et efficace. Il repose sur la coopération des journalistes.

… Lors des précédents combats à Gaza, le Hamas a appris que la couverture médiatique internationale du territoire pouvait être adaptée à ses besoins. C’est une leçon qu’il mettrait en œuvre dans la guerre de cet été [2014]. La plupart du travail de presse à Gaza est effectué par des intermédiaires locaux, des traducteurs et des journalistes, des gens qui n’oseraient naturellement pas s’opposer au Hamas, ce qui permet qu’il doit rarement recourir à menacer un Occidental. Ainsi, on pouvait faire disparaître les forces armées de l’organisation du récit. On pouvait faire confiance à la presse pour jouer son rôle dans le scénario du Hamas, au lieu de rapporter qu’il y avait un tel scénario. La stratégie du Hamas n’existait pas, selon le Hamas – ou, comme diraient les journalistes, ce n’était « pas l’histoire ». Il n’y avait pas de charte du Hamas blâmant les Juifs pour des siècles de perfidie ou appelant à leur assassinat; ce n’était pas l’histoire. Les roquettes tombant sur les villes israéliennes étaient tout à fait inoffensives; ce n’était pas non plus l’histoire.

… Lorsque les dirigeants du Hamas ont examiné leurs atouts avant les combats de cet été [2014], ils savaient que parmi ces atouts se trouvait la presse internationale. Le personnel de l’AP dans la ville de Gaza assisterait à un lancement de roquettes juste à côté de leur bureau, mettant en danger des journalistes et d’autres civils à proximité – et l’AP ne le rapporterait pas, même pas dans les articles de l’AP sur les affirmations israéliennes selon lesquelles le Hamas lançait des roquettes depuis des zones résidentielles. (C’est arrivé.) Les combattants du Hamas feraient irruption dans le bureau de l’AP à Gaza et menaceraient le personnel – et l’AP ne le rapporterait pas. (Cela s’est également produit.) Les caméramans qui attendaient devant l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza filmaient l’arrivée des victimes civiles, puis, au signal d’un officiel, éteignaient leurs caméras lorsque des combattants blessés et morts entraient, aidant ainsi le Hamas à maintenir l’illusion que seuls les civils mouraient. (Cela s’est également produit; les informations proviennent de plusieurs sources ayant une connaissance de première main de ces incidents).

Colford, le porte-parole de l’AP, a confirmé que des militants armés sont entrés dans le bureau de l’AP à Gaza au début de la guerre pour se plaindre d’une photo montrant un emplacement de lancement de roquettes, bien qu’il ait déclaré que le Hamas a affirmé que ces hommes « ne représentaient pas le groupe. » L’AP « ne rapporte pas beaucoup d’interactions avec des milices, des armées, des voyous ou des gouvernements », a-t-il écrit. « Ces incidents font partie du défi de diffuser les actualités – sans que ce soient des actualités. »

Hier soir, le porte-parole de Tsahal, Jonathan Conricus, a déclaré que plus de 400 roquettes du Hamas tirées ces derniers jours dans les barrages destinés à tuer des civils israéliens étaient tombées sur Gaza. Ces 400 roquettes ou plus auront causé bien plus de morts de civils que la poignée que même le Hamas a admise. Les enfants de Gaza sont tués soit directement par les propres roquettes du Hamas, soit parce qu’avec les civils adultes de Gaza, ils sont utilisés comme otages, boucliers humains et chair à canon.

Maintenant, lisez ce que Friedman avait à dire en 2014 à propos de cette stratégie meurtrière :

… Le Hamas a compris que les journalistes n’accepteraient pas seulement comme un fait le nombre de morts civils rapporté par le Hamas – relayé par l’ONU ou par quelque chose appelé « le ministère de la Santé de Gaza », un bureau contrôlé par le Hamas – mais feraient de ces chiffres le cœur de leur couverture. Le Hamas a compris que les journalistes pouvaient être intimidés si nécessaire et qu’ils ne dénonceraient pas l’intimidation. Les agences de presse occidentales ont tendance à ne voir aucun impératif éthique à informer leurs lecteurs des restrictions qui façonnent leur couverture dans les États répressifs ou dans d’autres zones dangereuses. Au lendemain de la guerre, on pouvait compter sur l’alliance ONG-ONU-médias pour déchainer les organes de la communauté internationale contre Israël tout en laissant le groupe djihadiste tranquille.

Et voici son résumé dévastateur de la façon dont la plupart des médias occidentaux couvrent Israël et les Palestiniens. Écrivant sur des activistes étrangers, il a observé :

… Pendant le temps que j’étais là comme membre de la presse, j’ai appris que notre relation avec ces groupes n’était pas journalistique. Je veux dire que mes collègues et moi n’avons pas cherché à les analyser ou à les critiquer. Pour de nombreux journalistes étrangers, il ne s’agissait pas de cibles mais de sources et d’amis – membres, dans un sens, d’une alliance informelle. Cette alliance se compose d’activistes et de collaborateurs internationaux de l’ONU et des ONG, du corps diplomatique occidental, en particulier à Jérusalem-Est et des journalistes étrangers. (Il existe également une composante locale, composée d’un petit nombre d’activistes israéliens des droits de l’homme qui sont eux-mêmes largement financés par les gouvernements européens, et de membres du personnel palestinien de l’Autorité palestinienne, des ONG et de l’ONU.) Ces gens se croisent dans des lieux comme la belle cour orientale de l’hôtel American Colony à Jérusalem-Est, ou lors de fêtes organisées dans la piscine sur le toit du consulat britannique. La caractéristique dominante de presque toutes ces personnes est leur caractère éphémère : Ils arrivent de quelque part, passent un certain temps dans une sous-culture particulière d’expatriés, puis passent à autre chose.

Dans ces cercles, d’après mon expérience, le dégoût d’Israël est devenu quelque chose qui tient du mélange entre un préjugé acceptable et une condition préalable à l’entrée. Je ne veux pas dire une approche critique de la politique israélienne ou du gouvernement maladroit actuellement en charge dans ce pays, mais une conviction que dans une certaine mesure les Juifs d’Israël sont un symbole des maux du monde, en particulier ceux liés au nationalisme, au militarisme, au colonialisme et au racisme – une idée qui devient rapidement l’un des éléments centraux du zeitgeist occidental « progressiste », s’étendant de la gauche européenne aux campus universitaires et intellectuels américains, et qui comprend les journalistes. Dans ce groupe social, ce sentiment se traduit par des décisions éditoriales prises par des journalistes et éditeurs individuels couvrant Israël, ce qui, à son tour, donne à une telle réflexion les moyens d’une autoréplication massive.

Il y a une autre chose très importante dont les gens ne sont pas conscients généralement quand on leur sert des allégations incendiaires sur le nombre de civils palestiniens qu’Israël est censé avoir tué. Sur Gatestone, l’ancien commandant de l’armée britannique, le colonel Richard Kemp, écrit :

Le Hamas ne fait pas le poids face à Tsahal et pourrait être rapidement, et à moindre frais, vaincu par une force militaire brutale et écrasante, si ce n’était pour une seule chose : la volonté israélienne de minimiser les pertes de vies civiles. Le Hamas le sait. Ils savent qu’ils ne peuvent pas l’emporter sur Tsahal et n’ont aucune intention de l’essayer. Toute leur stratégie consiste à attaquer les centres de population israéliens à l’aide de roquettes, de drones kamikazes et de tunnels, visant à attirer les contre-attaques des forces israéliennes qui tueront des civils palestiniens afin de diffamer et d’isoler Israël dans le monde et d’obtenir un soutien international pour leur cause. Avec des boucliers humains comme élément fondamental de chaque opération, le Hamas est la première « armée » de l’histoire à utiliser la vie de sa propre population civile comme arme de guerre.

Leur stratégie a été terriblement efficace. Au cours des nombreuses années de conflit à Gaza, la majorité des médias du monde ont rapporté avec enthousiasme la mort de civils palestiniens comme s’ils étaient l’objet délibéré de la guerre impitoyable et indifférente d’Israël. Cette propagande manifestement fausse a été reprise par les partisans du Hamas et par les « idiots utiles » en Occident. Aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Europe, la semaine dernière, nous avons vu des centaines de manifestants anti-israéliens brandir des banderoles palestiniennes, brûler des drapeaux israéliens, cracher leur haine pour l’État juif et s’époumoner au sujet des tueurs de bébés de Tsahal. La calomnie du Hamas est l’un des principaux facteurs de motivation parmi les universitaires qui détestent Israël dans les universités et les lycées occidentaux, et qui ont exploité leurs fausses allégations comme de riches filières de matière première pour endoctriner des générations d’étudiants.

L’idée que les journalistes à Gaza – et en fait la plupart des médias occidentaux, à quelques très honorables exceptions près – aient jamais livré des reportages objectifs et équilibrés sur Israël et les Palestiniens est absolument ridicule. Les implications de cette corruption systémique du journalisme – la certitude qu’elle enflamme et incite une population musulmane déjà nourrie à un régime de mensonges paranoïaques sur Israël et les Juifs et attise la haine d’Israël et du peuple juif dans le reste de la population – sont horribles.

Nous avons eu des décennies de cet abus de journalisme, avec des effets qui sont trop évidents pour ceux qui ont des yeux pour voir. Nous vivons maintenant le dernier round de cette terrible guerre contre les Juifs, contre la vérité et contre la décence élémentaire.


Source : https://melaniephillips.substack.com/p/a-murderous-co-operation?token=eyJ1c2VyX2lkIjoxNDc5ODI1MCwicG9zdF9pZCI6MzY0NzYxNDQsIl8iOiJLNUZOdiIsImlhdCI6MTYyMTI0MjE4OCwiZXhwIjoxNjIxMjQ1Nzg4LCJpc3MiOiJwdWItNzc2NTUiLCJzdWIiOiJwb3N0LXJlYWN0aW9uIn0.5ZtSxlfZnIhYZ5QZuCEkUKXAhXXgGraJF1Bau7s0qyk


vendredi 14 mai 2021

Ce que vous ne lirez pas dans les médias occidentaux sur les émeutes de Jérusalem


L'article suivant est de la main d'une journaliste britannique juive, Mélanie Phillips et date du 10 mai 2021, anniversaire de l'invasion allemande de nos pays. Il permet de mieux comprendre l'arrière-plan de la violence actuelle. Ce n'est pas du luxe.


Ignorez les mensonges. Voici quelques faits importants

Au moment où j'écris ici à Jérusalem, des sirènes ont retenti et des explosions ont été entendues. Il semble que des roquettes aient été tirées par le Hamas sur la ville. Je poste ceci maintenant avant de découvrir ce qui se passe.

Suite à mon article d'hier sur les émeutes de Jérusalem, voici quelques informations supplémentaires que vous ne lirez pas dans la couverture médiatique biaisée qui continue d'obscurcir l'incitation et les attaques des Arabes palestiniens qui ont déclenché ces troubles et qui continuent à blâmer Israël à tort. Dans leurs reportages tordus, une grande partie des médias britanniques et américains [et européens] continuent de répéter aveuglement le récit des Palestiniens qui, comme toujours, cherchent à obscurcir leur propre agression meurtrière et sectaire en prétendant que leurs victimes israéliennes sont les agresseurs tandis que les Arabes ne font que se défendre.

Alors que la police israélienne a eu du mal à contenir les émeutes arabes, comme vous pouvez le lire dans ces rapports ici et ici, voici ce que le haut responsable du Hamas Fathi Hammad a tweeté :

Peuple de Jérusalem, nous voulons que vous coupiez la tête des Juifs avec des couteaux. Avec votre main, coupez leur artère à cet endroit. Un couteau coûte cinq shekels. Achetez un couteau, aiguisez-le, placez-le ici et coupez simplement (leurs têtes). Cela ne coûte que cinq shekels. Avec ces cinq shekels, vous humilierez l'Etat juif. Vous verrez que les pires ennemis des croyants sont les Juifs et les polythéistes. Les Juifs ont répandu la corruption et ont agi avec arrogance, et le moment de leur jugement est venu. Le moment de leur destruction par vos mains est arrivé.

Quelqu'un a-t-il repéré ici ce petit mot qui manque toujours dans les médias britanniques et américains ? Oui, il incite la haine contre les Juifs. Pas des Israéliens – des Juifs. Parce que la guerre des Arabes palestiniens contre Israël est une guerre contre les Juifs, comme cela a été le cas au cours des cent dernières années. C'est quelque chose que les médias libéraux et les politiciens refusent tout simplement de reconnaître ou de rapporter. Lorsqu'ils se réfèrent à la « résistance » palestinienne, ils décrivent en fait la haine palestinienne des juifs; et lorsqu'ils parlent des réponses « disproportionnées » d'Israël, ils décrivent la détermination d'Israël à défendre son peuple contre le génocide prévu de Juifs.

Regardez aussi cette analyse de David Wurmser qui observe avec exactitude que ces troubles ne sont pas un cycle de violence mutuelle mais représentent une

offensive concertée au service des objectifs stratégiques d'un certain nombre d'ennemis d'Israël.

Celles-ci incluent la Liste arabe unie [un parti politique arabe israélien et l'aile politique de la branche sud du mouvement islamique - allez comprendre], l'Autorité palestinienne, le Hamas, le Jihad islamique, la Turquie et l'Iran - « avec une présence considérable du territoire des États-Unis. ».

Décrivant la séquence des événements, qui ont commencé début avril par des attaques arabes non provoquées contre des Juifs israéliens, suivies de petites manifestations de juifs extrémistes avec

un ou deux actes localisés de graffitis anonymes parsemés de slogans haineux et la destruction de quelques arbres.

Wurmser produit cette pépite révélatrice :

Ces incidents étaient isolés et limités. Les autorités israéliennes ont enquêté et les poursuivront. De plus, des enquêtes ultérieures, même ceux menées par des organisations de gauche des droits de l'homme comme BeTzelem, ont été forcées d'admettre qu'elles avaient été induites en erreur et doivent donc retirer certaines de leurs accusations de violence juive, en particulier d'incendie criminel, qui se sont avérés être des actes d'incendie palestinien. [c’est moi qui souligne] Les manifestations et les troubles juifs ont été rapidement réprimés par la police israélienne et ont en grande partie disparu.

Remarque: les médias britanniques et américains avalent généralement avec empressement tout ce que BeTzelem et d'autres ONG anti-israéliennes leur disent.

Entretemps, Israël montre qu'il n’acceptera sans plus l'ingérence malveillante et dangereuse de l'administration Biden. Le Times of Israel rapporte :

Le conseiller à la sécurité nationale d'Israël, Meir Ben-Shabbat, a riposté lorsque son homologue américain lui a dit dimanche que Washington était préoccupé par les affrontements violents entre les forces de sécurité et les Palestiniens à Jérusalem.

Selon les médias, Ben-Shabbat a déclaré au conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan lors d'un appel téléphonique que l'intervention internationale dans les événements (les émeutes quotidiennes dans la vieille ville et dans d'autres endroits de la capitale), ne fait que récompenser ceux qui incitent les troubles.

Israël gère les événements « dans une position de souveraineté, de manière responsable et avec bon sens malgré les provocations », a déclaré Ben Shabbat, selon une source diplomatique proche de la conversation qui a été citée par les médias hébreux.

Ben Shabbat a poursuivi en disant que l'ingérence internationale était « un prix pour les émeutiers et ceux qui les envoyaient et qui espéraient faire pression sur Israël. » Il a dit à Sullivan qu'il serait plus utile que la pression soit dirigée contre ceux qui incitent à la violence.

Aucune chance de cela, hélas, de la part de l'administration Biden dont le comportement, comme je l'ai écrit ici hier, a effectivement donné le feu vert aux Palestiniens pour qu'ils renouvellent leurs tentatives d'assassiner des Juifs et utilisent leurs copains dans les médias britanniques et américains pour diaboliser davantage et délégitimer Israël comme moyen de conduire à sa destruction ultérieure.

Enfin, pour tous ceux qui pensent devoir croire aux sottises qu'on leur a servies ces derniers jours au sujet des expulsions proposées de Cheikh Jarrah et de la façon dont le comportement meurtrier des Arabes palestiniens est censé justifier une « résistance » à cette « discrimination » contre eux, vous pouvez lire la vérité ici du professeur de droit Avi Bell, publié par le Forum Kohelet. En raison de son importance, à la fois pour éclairer les gens sur les faits réels et aussi pour ouvrir les yeux sur l'étendue effroyable de la perfidie des médias et des personnalités publiques britanniques et américaines dans la diffusion de ces mensonges incendiaires sur Sheikh Jarrah, je le reproduis ici dans son intégralité.

Comprendre le différend actuel concernant les propriétés à Sheikh Jarrah (Jérusalem); Professeur Avi Bell

1) Un appel à la discrimination

Le différend actuel à Sheikh Jarrah concerne plusieurs propriétés avec des locataires dont les baux ont expiré et, dans quelques cas, avec des squatteurs sans aucun droit de location, opposés à des propriétaires qui ont réussi à obtenir des ordonnances judiciaires expulsant les squatteurs et les locataires dépassant la durée de séjour. Le litige a duré plusieurs années et les propriétaires ont gagné à chaque étape. Les squatteurs et les locataires qui ont dépassé la durée de leur séjour ont fait appel ces ordonnances d'expulsion devant la Cour suprême. La seule décision qui se trouve devant le gouvernement israélien est de savoir s'il faut honorer les décisions des tribunaux et appliquer les ordonnances d'expulsion si celles-ci sont confirmées par la Cour suprême, ou s'il faut défier les ordonnances des tribunaux et refuser aux propriétaires fonciers leurs droits légaux.

Les critiques affirment que le gouvernement israélien devrait (ou même que le droit international oblige le gouvernement israélien à) refuser aux propriétaires leurs droits de propriété, mais ces revendications ne sont fondées sur aucun argument juridique crédible. Au contraire, les critiques se concentrent sur le fait que les propriétaires dans les cas litigieux sont des Juifs tandis que les squatteurs et les locataires dépassant la durée du séjour sont des Arabes palestiniens. Les critiques exigent qu'Israël discrimine et ne tienne pas compte des droits de propriété légitimes des propriétaires en raison de leur appartenance ethnique juive. Il est évident que les détracteurs d'Israël ne s’intéresseraient aucunement à ce différend si les propriétaires avaient été des Palestiniens et que les squatteurs et les locataires avaient été des Juifs. De même, il est clair que les détracteurs d'Israël exigeraient l'application par Israël des jugements des tribunaux si les propriétaires avaient été des Palestiniens et les squatters et les locataires des Juifs.

Les critiques d'Israël dans cette affaire ont adopté la position sectaire selon laquelle les droits de propriété devraient dépendre de l'ethnicité et que l'ethnicité juive devrait être le motif de refuser les droits de propriété légaux. Ce faisant, ils ont déformé les faits, perverti le droit international et tenté d'intimider les tribunaux israéliens et les responsables de l'application des lois pour qu'ils adoptent le fanatisme des critiques.

2) La base juridique des droits de propriété des parties

Les droits légaux des parties elles-mêmes ont été résolus il y a des décennies, en faveur des propriétaires. Les propriétaires dans ces litiges ont acquis leurs droits par le biais d'une chaîne ininterrompue de transactions des prédécesseurs des titres au XIXe siècle. Ces droits légaux ont été acquis en vertu de la loi ottomane et sont restés valables à travers tous les différents régimes gouvernementaux depuis lors (mandataire britannique, occupation et prétendue annexion jordanienne, et israélien). Personne ne conteste sérieusement la validité des transactions par lesquelles les propriétaires actuels ont acquis les droits de leurs prédécesseurs en titre.

Les locataires dans ces litiges ont acquis leurs droits de bail par le biais du Dépositaire jordanien des biens ennemis dans les années 1950. Leurs droits en tant que locataires (et non propriétaires) ont été réaffirmés dans plusieurs décisions de justice qui ont culminé en 1982, lorsque les tribunaux civils israéliens ont rendu des décisions adoptant des accords de règlement entre les prédécesseurs en titre des titulaires de bail et les propriétaires. Les décisions et accords de règlement établissaient que les locataires avaient des « baux protégés » en vertu de la loi israélienne (un statut supérieur aux baux ordinaires en vertu des lois israélienne, jordanienne et britannique) mais que les propriétaires avaient toujours un titre valable de propriété. Les locataires ont bénéficié et continuent de profiter des avantages des baux protégés jusqu'à aujourd'hui; c'est pourquoi leurs baux se sont poursuivis sans interruption pendant plus d'un demi-siècle, jusqu'à l'expiration récente des baux (dans certains cas en raison de violations graves des termes du bail, dans d'autres en raison de l'expiration naturelle des droits au bail). Les squatteurs, bien sûr, ne possèdent aucun droit légal.

La seule rupture dans la chaîne ininterrompue des propriétaires est la séquestration des propriétés de 1948 à 1967 par le Dépositaire jordanien des biens ennemis. La Jordanie, qui avait occupé illégalement Jérusalem-Est et la Cisjordanie lors de son invasion illégale d'Israël en 1948, a refusé aux Juifs le droit d'exercer tout droit de propriété sur les terres du Royaume pendant toute la durée de ses 19 ans d'occupation (la Jordanie a poursuivi cette pratique discriminatoire jusqu’à ce jour). Après avoir expulsé tous les Juifs des terres qu'elle occupait, la Jordanie a transféré la garde de toutes les propriétés juives au Dépositaire jordanien des biens ennemis. Conformément à la législation britannique sur la propriété ennemie sur laquelle reposait la loi jordanienne, la séquestration par la Jordanie des propriétés ennemies n'éteignait complètement les droits des propriétaires que si l'État saisissait le titre par domaine éminent ou si le Dépositaire transférait le titre à quelqu'un d'autre. Surtout, dans le cas des propriétés de Sheikh Jarrah, le Dépositaire jordanien n'a pas prétendu transférer la propriété des propriétés à quiconque. Au lieu de cela, le Dépositaire loue certaines des propriétés à des Arabes palestiniens (les prédécesseurs en titre aux locataires actuels en fin de bail).

Après que la guerre des Six jours de 1967 a mis fin à l'occupation de Jérusalem-Est par la Jordanie, Israël a adopté une législation qui défendait les droits de propriété privée des personnes de toutes les origines. La loi de 1970 et la loi sur les arrangements administratifs (version consolidée) ont préservé les droits des parties privées qui ont reçu le titre du Dépositaire jordanien des biens ennemis, nonobstant l'illégalité de l'occupation de la Jordanie. (Les personnes qui ont obtenu les droits du Dépositaire jordanien étaient toutes des Arabes, puisque la loi jordanienne refusait les droits de propriété aux Juifs.) Là où le Dépositaire jordanien avait détenu les propriétés séquestrées jusqu'en 1967, la loi de 1970 a assigné la garde à l'administrateur général et receveur officiel israélien avec instruction de remettre la conservation du titre aux propriétaires fonciers. Et là où la Jordanie avait saisi la propriété d'un domaine éminent pour un usage public, la loi de 1970 attribuait la propriété de la propriété à l'État d'Israël pour la poursuite de l'utilisation publique.

Ironiquement, si le Dépositaire jordanien des biens ennemis avait cédé le titre aux prédécesseurs des actuels locataires arabes palestiniens restants sur les terres qu'il a saisies aux propriétaires juifs, la loi israélienne aurait respecté le titre résultant. La raison pour laquelle les locataires restants de Sheikh Jarrah ne sont pas propriétaires aujourd'hui n'est pas parce que l'État d'Israël a refusé aux Arabes palestiniens tous les droits qu'ils avaient acquis, mais plutôt parce que le gouvernement jordanien a refusé de donner aux Arabes palestiniens le titre de propriété sur les terres que la Jordanie avait saisies.

3) Distorsions médiatiques du litige

De nombreux comptes rendus médiatiques sur les récents jugements de la Cour concernant les propriétés de Sheikh Jarrah ont déformé les faits. Contrairement aux affirmations de certains médias, Israël n'a accordé à personne la propriété d'aucune des propriétés affectées sur la base de l'appartenance ethnique. La loi israélienne respecte et défend les droits de propriété des personnes de toutes origine ethnique. Israël a même respecté les droits de propriété créés par les régimes antérieurs qui discriminaient explicitement les Juifs dans leurs lois sur la propriété – l'Empire ottoman, le mandat britannique de la Palestine et le régime d'occupation jordanien.

Contrairement à ce que prétendent certains médias, Israël n'a pas créé de règles différentes pour la « propriété ennemie » basée sur l'appartenance ethnique. La dimension ethnique des conflits de propriété actuels est une discrimination historique contre les Juifs par un pays autre qu'Israël : la Jordanie a refusé aux Juifs toute capacité d'exercer leurs droits de propriété pendant son occupation illégale de Jérusalem-Est de 1948 à 1967. Israël a refusé de poursuivre la pratique discriminatoire de la Jordanie, mais il a respecté les résultats juridiques des actions de la Jordanie. Ironiquement, Israël a été si respectueux des droits de propriété privée des Arabes palestiniens qu'il continue de défendre les droits de propriété privée des Arabes palestiniens qui sont fondés sur la discrimination jordanienne contre les Juifs.

Contrairement aux affirmations de certains médias, le gouvernement israélien n'a décidé d'expulser personne dans les différends actuels. Ce sont des parties privées, plutôt que le gouvernement israélien, qui ont porté leurs réclamations devant les tribunaux. Les propriétaires fonciers ont fait ce qu'ils font dans le monde civilisé – ils ont exercé leurs droits privés d'expulser les locataires restants en se présentant au tribunal et en obtenant une ordonnance d'expulsion. Les propriétaires fonciers s'attendent à juste titre à ce que la police et les autorités israéliennes respectent la loi et exécutent les ordonnances d'expulsion. Contrairement aux affirmations des partisans propalestiniens, l'État d'Israël n'a émis aucun ordre d'expulsion contre les Palestiniens dans ces différends.

Contrairement à l'impression créée par certains comptes rendus des médias, il n'y a pas eu d'ajustement récent des droits de propriété des parties en faveur des Juifs ou au détriment des Arabes palestiniens. Les droits des parties ont été établis par des transactions volontaires pendant de nombreuses années et réaffirmés dans un compromis juridique et des décisions de justice il y a plusieurs décennies. Les justiciables arabes palestiniens dans ces affaires tentent maintenant de renverser plus d'un siècle de transactions immobilières et de renverser une loi établie de longue date afin d'empêcher les propriétaires juifs d'exercer leurs droits légitimes. La seule transaction involontaire dans la chaîne est la séquestration jordanienne de 1948-1967 de biens juifs qui est à l'origine des droits de bail des Arabes palestiniens qui ont été confirmés par les tribunaux.

Contrairement à l'impression créée par certains médias, les litiges fonciers n'impliquent aucune loi israélienne exotique ou inhabituelle. Les problèmes juridiques en jeu en matière de bail sont similaires à ceux rencontrés dans le monde entier, mis à part le contrôle des loyers et les protections des locataires exceptionnellement forts accordés aux locataires protégés (les Arabes palestiniens dans ce différend). Les lois sur la propriété en cause sont également similaires à celles que l'on trouve dans le monde entier et suivent simplement la chaîne des transactions volontaires. Le seul élément exotique dans cette affaire est la séquestration de 19 ans par la Jordanie de toutes les propriétés juives en tant que « propriété ennemie », qui a été respectée au détriment des propriétaires juifs.

Contrairement aux déclarations dans certains média, aucune des propriétés faisant l'objet du conflit actuel n'a été saisie par l'Etat d'Israël. Aucun des conflits de propriété ne porte sur les lois israéliennes sur l'utilisation des terres ou l'aménagement du territoire ou sur la propriété des absents.

Contrairement aux déclarations de certains médias, la question dans les litiges fonciers n'est pas de savoir si « les Juifs possédaient la propriété avant 1948. » L'appartenance ethnique des propriétaires n'est pas juridiquement pertinente pour le litige et ne sert de base à aucun droit légal dans ce cas. La propriété historique n'est pertinente que parce qu'elle fait partie de la chaîne de titres menant au titre des propriétaires actuels. Ce qui a été contesté, ce sont les droits actuels des propriétaires actuels.

4) Distorsions officielles du droit international

De même, de nombreux détracteurs d'Israël ont fabriqué des dispositions du droit international pour insister sur le fait qu'Israël est obligé de discriminer contre les Juifs à Jérusalem-Est parce que, de l'avis des critiques, Jérusalem-Est est un territoire occupé de manière belliqueuse par Israël. Ces affirmations ne sont pas seulement sans fondement en droit international, elles sapent également l'autorité juridique internationale en créant un faux droit international destiné à être utilisé de manière sectaire.

Contrairement aux affirmations des critiques, rien dans le droit de l'occupation belligérante, ni dans aucune autre disposition du droit international, n'oblige Israël à adopter et à appliquer la discrimination foncière raciale et ethnique qui fait partie du droit jordanien. En fait, Israël violerait le droit international (comme les dispositions du Pacte relatif aux droits civils et politiques) s'il continuait la discrimination ethnique jordanienne ou s'il adoptait les vues déformées du droit international proposées par les critiques d'Israël.

Contrairement à ce que prétendent les critiques, il n'y a rien dans les Conventions de Genève ou dans aucune autre partie des lois de l'occupation belligérante qui interdit à Israël d'exécuter des ordonnances de justice faisant respecter les droits de propriété privée des propriétaires pour expulser leurs locataires dépassant la durée de leur séjour. L'affirmation selon laquelle les droits de propriété des Juifs doivent être ignorés alors que d'autres droits de propriété doivent être confirmés ou même renforcés n'a aucun fondement dans la loi et est moralement offensante.

Contrairement à ce que prétendent les critiques, le droit international n'exige pas, ni même autorise les dénégations sur fondement ethnique des droits légaux des propriétaires fonciers en raison de failles présumées dans d'autres lois israéliennes. Certains critiques ont affirmé que les lois israéliennes sur l'aménagement du territoire, les règlements d'utilisation des terres et la loi de 1950 sur la propriété des absents sont problématiques ou biaisées. Quels que soient les mérites de ces revendications, les revendications des parties dans les différends actuels de Sheikh Jarrah n'ont rien à voir avec les lois israéliennes sur l'aménagement du territoire, les règlements d'utilisation des terres ou la loi de 1950 sur la propriété des absents. Rien dans le droit international n'autorise Israël à refuser à des propriétaires fonciers juifs individuels leurs droits légaux en guise de punition pour la culpabilité présumée de leur régime politique en adoptant d'autres lois sans rapport.

Contrairement à ce que prétendent les critiques, permettre aux propriétaires fonciers juifs privés d'exercer leurs droits devant les tribunaux ne constitue pas une « activité de colonisation illégale ». Aucune interprétation raisonnable des diverses dispositions des Conventions de Genève et des autres traités cités à propos du différend juridique sur les « colonies » ne pourrait conduire à la conclusion que le droit international exige que les Juifs soient privés de tous les droits de propriété privée sur les terres dans les zones que les détracteurs d'Israël appelez « Territoires palestiniens occupés ». Alors que les critiques d'Israël aiment prétendre que le droit international interdit aux Juifs de résider dans les terres revendiquées comme faisant partie des « Territoires palestiniens occupés », cette affirmation n'a aucun fondement dans le droit international.


Source : https://melaniephillips.substack.com/p/what-you-wont-read-in-western-media?token=eyJ1c2VyX2lkIjoxNDc5ODI1MCwicG9zdF9pZCI6MzYyNTMxOTksIl8iOiJhRGgxYyIsImlhdCI6MTYyMDg5MTY0NiwiZXhwIjoxNjIwODk1MjQ2LCJpc3MiOiJwdWItNzc2NTUiLCJzdWIiOiJwb3N0LXJlYWN0aW9uIn0.fAlPyvjBPaVq4VoecEZcdXAl1kNpxUuHuwrLhmsTE4A

 

___________________________

 

Permettez-moi d’ajouter deux remarques de grande importance dans les reportages sur la question palestinienne.

Ma première remarque est d’ordre géographique : La ville sainte, El Kuds, HaKodesh, Jérusalem, se décline en trois parties. Il y a d’abord la vieille ville. Pendant de longs siècles, Jérusalem, c’était cela et rien que cela. Quand on parle aujourd’hui encore de Jérusalem, on parle d’abord de la vieille ville.

Les Israéliens ont construit à l’ouest de cette ville Jérusalem Ouest. Pendant l’occupation jordanienne – illégale – de 1948 à 1967, ce fut l’unique partie juive de Jérusalem, puisque les Jordaniens ont pratiqué une politique de purification ethnique active : les territoires occupés devaient être « Judenrein », comme l’auraient dit les Nazis, libres de toute présence juive.

A l’est de Jérusalem s’est développé Jérusalem Est (dont fait partie le quartier de Sheikh Jarrah, au nord de la vieille ville). Ce sont des quartiers et des bourgades à population mixte, juive et arabe.

Aujourd’hui, sur initiative de Mahmoud Abbas, on parle de Jérusalem Est comme étant la vieille ville. Quand il dit que Jérusalem Est doit être la capitale de la "Palestine", il y inclut la vieille ville. C’est un vol linguistique, géographique et politique, malheureusement repris sans critique par beaucoup de média occidentaux, pour qui l’histoire et la géographie ont depuis longtemps disparu du savoir minimal nécessaire dans la conception des articles sur ce coin du monde.

Un peu plus de prudence et d’exactitude permettrait sans doute une meilleure compréhension.

 

Ma deuxième remarque est d’ordre politique : Nos média dépeignent ce conflit avec une tentative d’égalitarisme qu’ils prennent sans doute pour de l’objectivité. Les deux parties ont tort et des deux parties, Israël est le plus fort et donc le plus coupable. Cela est faux pour une raison que nos média ne peuvent ignorer : Si demain, les Palestiniens décident en faveur de la paix, le conflit s’éteint le jour après. Ce sont leurs décisions qui ont créé la guerre et qui continuent à l’entretenir. Ils ont décidé de haïr le Juif. Leur plan de paix est d’une simplicité ‘désarmante’ : tuons tous les Juifs et la paix se fera comme par miracle. Vérifiez ! Il n’y a pas de plan de paix palestinien, et il n’y en a jamais eu. Veulent-ils une solution à deux états ? Non à répétition ! Car cela implique une reconnaissance de jure et de facto de l’Etat d’Israël, ce qu’ils refusent. Ils ne veulent pas la paix parce qu’ils veulent la victoire dans un bain de sang.

Si demain, la « Palestine » dépose les armes et abandonne la terreur, la paix commencera le lendemain. Mais si demain, Israël dépose les armes, le bain de sang commencera le lendemain.

Si je devais décrire l’invasion allemande de nos pays en mai 1940 de la même façon que nos média se plaisent à décrire le conflit israélo-palestinien, je serais mis au tribunal pour négationnisme de l’histoire, et à raison. Car je devrais parler des « pauvres Allemands » en butte au terrorisme franco-anglo-belge, et qui ne font que se défendre. Ce serait une approche digne de Goebbels. Mais pourquoi nos média ont-ils choisi ce genre d’approche ?

J’avais écrit ceci en juillet 2014 :

« … changeons de feuille de route ! Arrêtons tout envoi d’argent vers les caisses de l’OLP. Fermons les représentations palestiniennes dans nos pays. Bloquons, pour autant que nous le puissions, leurs politiques internationales. Arrêtons les frais d’une aide aux “réfugiés” palestiniens qui dure déjà depuis 1948. Disons clairement qu’ils n’auront plus rien tant qu’ils ne font pas de progrès dans leur politique intérieure et dans leurs relations avec le voisin israélien. Créons un boycott des autorités palestiniennes. Conjointement, reconnaissons la seule vraie démocratie au Moyen-Orient comme nos amis et faisons passer tout soutien à la population palestinienne par eux.

Acceptons que nous n’avons pas de solution à proposer, que ce que nous avons fait pendant des années a plutôt aggravé qu’amélioré la situation. Agissons donc autrement pour les prochaines dix années et donnons une chance au développement d’un autre genre de relations entre Palestiniens et Israéliens. Donnons une chance à la paix en acceptant qu’Israël constitue le seul peuple sur place capable de créer les conditions en vue d’une telle paix. Laissons-le agir pour le bien de l’ensemble de ce territoire en lui donnant un mandat pour dix ans renouvelable. Encourageons les pays limitrophes dans leurs relations de bon voisinage entre eux et avec Israël. Soyons radicalement et totalement opposés à tout effort de résoudre ce conflit par la haine. »

On en est toujours au même point.